FRANCE INFO 🔵 LĂ©gislatives : le dĂ©putĂ© MoDem Erwan Balanant milite pour une « majoritĂ© solide » allant « de la droite modĂ©rĂ©e jusqu’aux Ă©cologistes » – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

FRANCE INFO 🔵 LĂ©gislatives : le dĂ©putĂ© MoDem Erwan Balanant milite pour une « majoritĂ© solide » allant « de la droite modĂ©rĂ©e jusqu’aux Ă©cologistes »

L’Ă©lu breton fait Ă©cho Ă  la lettre aux Français publiĂ©e mercredi dans la presse rĂ©gionale par Emmanuel Macron.

Radio France


Publié



Temps de lecture : 1 min

FRANCE INFO 🔵 LĂ©gislatives : le dĂ©putĂ© MoDem Erwan Balanant milite pour une « majoritĂ© solide » allant « de la droite modĂ©rĂ©e jusqu’aux Ă©cologistes »

« Il faut qu’on apprenne Ă  faire un compromis et qu’on apprenne Ă  travailler ensemble », a plaidĂ© jeudi 11 juillet sur franceinfo le dĂ©putĂ© MoDem du Finistère Erwan Balanant, au lendemain de la lettre d’Emmanuel Macron publiĂ©e dans la presse quotidienne rĂ©gionale dans laquelle il demande aux « forces rĂ©publicaines » de bâtir une « majoritĂ© solide » pour gouverner. 

« La coalition qui irait des Ă©cologistes Ă  la droite modĂ©rĂ©e me semble la plus possible de rĂ©ussir », a soulignĂ© le dĂ©putĂ© breton. « NumĂ©riquement, elle est largement majoritaire », puisque, selon les calculs de l’Ă©lu du Finistère, une telle coalition conduirait Ă  un bloc d’environ 300 dĂ©putĂ©s. « Je pose un spectre large de discussion parce que c’est comme ça qu’on arrivera Ă  avoir une majoritĂ© solide », a-t-il ajoutĂ©, excluant de facto le Rassemblement national et La France insoumise.

Concernant le mouvement de gauche radical, le dĂ©putĂ© du camp prĂ©sidentiel revient sur les « attitudes et les positions » d’un « certain nombre de personnalitĂ©s » qui « posent questions » et qui « clivent Ă©normĂ©ment les Français ». « Mais je n’exclus pas certaines bonnes volontĂ©s d’Ă©voluer et de vouloir travailler avec nous », a nuancĂ© Erwan Balanant.

Face Ă  la coexistence inĂ©dite de trois blocs dans l’hĂ©micycle, le dĂ©putĂ© Modem plaide pour « une nouvelle façon de faire de la politique oĂą le consensus et le compromis sont des solutions », pour sortir « de l’habitude qu’on a en France d’avoir le fait majoritaire qui emporte tout ». « Un casse-tĂŞte auxquel sont confrontĂ©es toutes les dĂ©mocraties modernes europĂ©ennes », a-t-il poursuivi. « Une fois que tout ça aura dĂ©cantĂ©, chacun retrouvera ses esprits et on pourra se mettre autour de la table avec la nĂ©cessitĂ© de non pas personnaliser les choses mais de se poser la question du projet et des idĂ©es », a-t-il expliquĂ©.

Bouton retour en haut de la page
Fermer