FRANCE INFO 🔵 Elections lĂ©gislatives 2024 : après l’appel d’Eric Ciotti Ă  une alliance avec le RN, comment les membres des RĂ©publicains ont-ils rĂ©agi ? – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

FRANCE INFO 🔵 Elections lĂ©gislatives 2024 : après l’appel d’Eric Ciotti Ă  une alliance avec le RN, comment les membres des RĂ©publicains ont-ils rĂ©agi ?

Plusieurs cadres ont demandé au député sortant des Alpes-Maritimes de quitter la direction de la formation politique de droite.

France Télévisions


Publié



Mis Ă  jour



Temps de lecture : 4 min

Laurent Wauquiez, Eric Ciotti, Annie Genevard et Bruno Retailleau, Ă  Valence (DrĂ´me), le 23 novembre 2023. (NICOLAS GUYONNET / HANS LUCAS / AFP)

Tremblement de terre Ă  droite. Eric Ciotti, prĂ©sident des RĂ©publicains, a annoncĂ©, mardi 11 juin sur TF1, son souhait de s’allier avec le RN, après la main tendue par l’extrĂŞme droite en vue des lĂ©gislatives anticipĂ©es. Après avoir Ă©changĂ© avec Marine Le Pen et Jordan Bardella, le responsable de droite a dĂ©voilĂ© les contours d’un accord Ă©lectoral permettant aux 61 dĂ©putĂ©s sortants de son groupe de ne pas ĂŞtre opposĂ©s Ă  des candidats du RN lors du scrutin des 30 juin et 7 juillet. 

La dĂ©cision a dĂ©clenchĂ© un tollĂ© dans son camp et suscitĂ© la rĂ©probation d’une grande partie de sa famille politique, hĂ©ritière du gaullisme opposĂ© Ă  l’extrĂŞme droite. Des cadres ont publiĂ© une tribune pour condamner ce choix. Franceinfo revient sur les diffĂ©rentes rĂ©actions qu’ont dĂ©clenchĂ©es les mots d’Eric Ciotti.

Ceux qui condamnent le principe d’une alliance avec le RN

Dans une tribune publiĂ©e mardi après-midi par Le Figaro, plusieurs cadres des RĂ©publicains ont fustigĂ© la dĂ©claration d’Eric Ciotti. Pour eux, cette position est « une impasse, n’engage pas notre famille politique et ne reprĂ©sente en aucun cas la ligne des RĂ©publicains ». Parmi les signataires : GĂ©rard Larcher, prĂ©sident du SĂ©nat, Bruno Retailleau, prĂ©sident du groupe LR au SĂ©nat, Olivier Marleix, qui fut son homologue Ă  l’AssemblĂ©e nationale, ou encore ValĂ©rie PĂ©cresse, candidate LR Ă  la prĂ©sidentielle de 2022. Dans ce texte, les tĂ©nors du parti ne vont toutefois pas jusqu’Ă  demander son dĂ©part.

Signataire de cette tribune, Laurent Wauquiez, ex-prĂ©sident des RĂ©publicains qu’Eric Ciotti voyait se prĂ©senter Ă  la prĂ©sidentielle de 2027, juge par ailleurs qu’« il n’y a aucun avenir pour les combinaisons d’appareil ». « C’est la voix que je porterai, sans aucune compromission, quelles que soient les circonstances », a dĂ©noncĂ© sur X le prĂ©sident de la rĂ©gion Auvergne-RhĂ´ne-Alpes. 

Le prĂ©sident du groupe LR au SĂ©nat a accusĂ© Eric Ciotti de « dĂ©loyauté ». Il « nous a menti dans un but sans doute personnel (…) pour nous placer dans une situation telle qu’on ne puisse pas se retourner », a dĂ©plorĂ© Bruno Retailleau lors d’une confĂ©rence de presse, alors que les sĂ©nateurs LR avaient refusĂ© Ă  l’unanimitĂ© tout accord avec le RN, avant les dĂ©clarations d’Eric Ciotti. L’eurodĂ©putĂ© François-Xavier Bellamy, tĂŞte de liste LR qui a rĂ©coltĂ© 6,9% des voix, a estimĂ© dans un communiquĂ© que la droite ne devait « pas abandonner ses couleurs »

Ceux qui appellent ouvertement au dĂ©part d’Eric Ciotti

Plusieurs tĂ©nors de LR sont allĂ©s plus loin que la condamnation verbale et n’ont pas hĂ©sitĂ© Ă  demander le dĂ©part du prĂ©sident du parti sitĂ´t son souhait formulĂ© sur TF1. « J’estime qu’il ne peut plus prĂ©sider notre mouvement et doit se dĂ©mettre de son mandat de prĂ©sident des RĂ©publicains », a tweetĂ© GĂ©rard Larcher, prĂ©sident du SĂ©nat. L’appel a Ă©galement Ă©tĂ© formulĂ© par de nombreux autres Ă©lus comme les dĂ©putĂ©s VĂ©ronique Louwagie, JĂ©rĂ´me Nury, Ian Boucard, Philippe Gosselin ou encore Olivier Marleix, prĂ©sident de l’ancien groupe LR Ă  l’AssemblĂ©e nationale.

Sur TF1, Eric Ciotti a devancĂ© tout appel Ă  la dĂ©mission. « Mon mandat, je le tiens des militants, et seuls les militants pourraient me l’enlever. Je le dis très clairement et je ne cĂ©derai pas Ă  ce genre de dĂ©cision ou de propos », a-t-il lancĂ©.

Vice-prĂ©sidente des RĂ©publicains, Florence Portelli a dĂ©clarĂ© vouloir contraindre Eric Ciotti au dĂ©part, contre son grĂ©. « On le vire », a-t-elle lancĂ© sur franceinfo Ă  propos du dĂ©putĂ© des Alpes-Maritimes. « On va Ă©plucher les statuts de ce parti qui a des problèmes de dĂ©mocratie interne sĂ©rieux. (…) Je pense qu’il y a une possibilitĂ© de le faire partir s’il ne part pas par lui-mĂŞme. » 

Ceux qui ont décidé de quitter le parti après cet appel

Deux sĂ©nateurs influents des RĂ©publicains, Sophie Primas et Jean-François Husson, ont dĂ©cidĂ© de claquer la porte du parti. « Au regard des dĂ©clarations de Mr Eric Ciotti, Ă  contrecĹ“ur, et après des annĂ©es au RPR puis Ă  l’UMP puis aux RĂ©publicains, je quitte ce mouvement », a annoncĂ© la première, vice-prĂ©sidente du SĂ©nat, sur X. « Je quitte Les RĂ©publicains et continue le combat avec le soutien unanime du groupe de GĂ©rard Larcher et Bruno Retailleau », a dĂ©clarĂ© le second, rapporteur gĂ©nĂ©ral du budget, sur la mĂŞme plateforme. Le maire LR du 17e arrondissement, Geoffroy Boulard, a lui suspendu sa cotisation au parti tant qu’Eric Ciotti en restait le prĂ©sident, a-t-il dĂ©clarĂ© sur X.

Ceux qui saluent la dĂ©cision d’Eric Ciotti

Sur TF1, Eric Ciotti a annoncĂ© que « l’immense majoritĂ© des RĂ©publicains souhait[aient] cet accord » et qu’il Ă©tait suivi par le prĂ©sident des jeunes LR, Guilhem Carayon. Ce dernier n’avait pas hĂ©sitĂ© Ă  poser en couverture du magazine conservateur L’Incorrect, en mars 2023, avec ses homologues du Rassemblement national et de ReconquĂŞte, Pierre-Romain Thionnet et Guilhem Carayon.

Numéro 2 sur la liste LR aux élections européennes, Céline Imart a aussi apporté sur X son « soutien total » à Eric Ciotti, tout en revendiquant son appartenance aux LR.

Bouton retour en haut de la page
Fermer