FRANCE INFO 🔵 Drapeau palestinien Ă  l’AssemblĂ©e : « Partout, les gens me remercient et me disent que j’ai Ă©crit l’histoire », se fĂ©licite le dĂ©putĂ© LFI SĂ©bastien Delogu – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

FRANCE INFO 🔵 Drapeau palestinien Ă  l’AssemblĂ©e : « Partout, les gens me remercient et me disent que j’ai Ă©crit l’histoire », se fĂ©licite le dĂ©putĂ© LFI SĂ©bastien Delogu

Selon le député LFI des Bouches-du-Rhône, son geste doit permettre un « soulèvement des consciences » en France sur la situation à Gaza.

Radio France


Publié



Mis Ă  jour



Temps de lecture : 3 min

Le député de La France Insoumise (LFI) Sébastien Delogu brandit un drapeau national palestinien lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale à Paris, le 28 mai 2024. (MIGUEL MEDINA / AFP)

« Partout les gens me remercient et me disent que j’ai Ă©crit l’histoire« , se fĂ©licite SĂ©bastien Delogu dĂ©putĂ© LFI des Bouches-du-RhĂ´ne qui a brandi un drapeau palestinien Ă  l’AssemblĂ©e nationale, mardi 28 mai. . Il annonce jeudi sur son compte X qu’il va saisir la CEDH (Cour europĂ©enne des droits de l’Homme) après sa sanction. InvitĂ© de France Bleu Provence, il a, en revanche, estimĂ© qu’Ă©teindre les lumières de l’hĂ´tel de ville Ă  Marseille en soutien aux victimes de Rafah est « hypocrite« .

Mardi dernier, la sĂ©ance de questions au gouvernement a Ă©tĂ© suspendue Ă  l’AssemblĂ©e nationale après que le dĂ©putĂ© LFI SĂ©bastien Delogu a brandi un drapeau palestinien en pleine intervention de Franck Riester, ministre dĂ©lĂ©guĂ© auprès du ministre de l’Europe et des Affaires Ă©trangères. Le dĂ©putĂ© LFI a Ă©tĂ© exclu pendant 15 jours de l’AssemblĂ©e nationale. Son indemnitĂ© est Ă©galement partiellement suspendue. 

« Ma sanction pour avoir brandi le drapeau d’un peuple colonisĂ© et massacrĂ©, est digne d’un rĂ©gime autoritaire, Ă©crit SĂ©bastien Delogu ce jeudi sur son compte X. Les voix de la paix subissent interdictions, convocations et violences d’un pouvoir Ă  l’agonie« . Face Ă  sa sanction, il annonce ainsi : « Je saisis la CEDH. La France des complices du gĂ©nocide n’est pas la nĂ´tre !« 

Mercredi soir, l’HĂ´tel de ville de Marseille et Notre-Dame de la Garde ont Ă©tĂ© plongĂ©es dans le noir Ă  22h en soutien aux victimes de Rafah en Palestine. Mais pour le dĂ©putĂ© insoumis, « ça a apportĂ© quoi d’Ă©teindre des lumières ? Ça n’a rien apporté ». « Le maire de Marseille aurait pu agir depuis bien longtemps et il ne l’a pas fait, il l’a fait de manière hypocrite, comme le gouvernement l’a fait », dĂ©clare SĂ©bastien Delogu.

Selon lui, il faut plutĂ´t « continuer Ă  mettre une pression constante sur les institutions pour dĂ©noncer qu’il y a un gĂ©nocide en cours en Palestine, continuer Ă  expliquer que le drapeau palestinien ce n’est pas le drapeau du Hamas, mais le drapeau de million de personnes, d’hommes de femmes et d’enfants qui sont opprimĂ©s, occupĂ©s et colonisĂ©s« . Le dĂ©putĂ© LFI ajoute que lui l’a fait « à l’AssemblĂ©e nationale, le maire de Marseille aurait pu par exemple hisser le drapeau palestinien et le mettre en berne Ă  la mairie de Marseille, comme je l’avais demandĂ©. Il a fait le choix de ne jamais me rĂ©pondre ».

L’Ă©lu affirme ĂŞtre entrĂ© dans l’histoire avec son geste Ă  l’AssemblĂ©e nationale. « Depuis que j’ai fait ça Ă  l’AssemblĂ©e nationale, je me fais arrĂŞter dans la rue. Partout, les gens me remercient et me disent que j’ai Ă©crit l’histoire ». Le fait de lever ce drapeau, « toute la France a vu ce geste en disant vous voyez des enfants avec des tĂŞtes arrachĂ©es, vous voyez des villes dĂ©truites, vous voyez un gĂ©nocide en cours, vous ne faites rien, vous n’agissez pas, il faut agir.« 

Le dĂ©putĂ© affirme qu’il ne fait pas « de coups d’Ă©clat » et sur les rĂ©seaux sociaux, il a appelĂ© Ă  un « soulèvement » : « Il faut que ça soulève les consciences, que les gens s’insurgent de cette situation. Il faut que tout le monde aille dans la rue. Au dĂ©but, on Ă©tait verbalisĂ©s, maintenant, on est du bon cĂ´tĂ© de l’histoire. Ă€ l’AssemblĂ©e, je ne suis pas du bon cĂ´tĂ© du règlement, mais je suis du bon cĂ´tĂ© de l’histoire, je suis bien content et fier d’être du cĂ´tĂ© de l’histoire« , conclut-il.

Bouton retour en haut de la page
Fermer