FRANCE INFO ūüĒĶ Biodiversit√© : des scientifiques alertent sur la perte de branches enti√®res de l’”arbre de la vie” – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

FRANCE INFO ūüĒĶ Biodiversit√© : des scientifiques alertent sur la perte de branches enti√®res de l'”arbre de la vie”

Les auteurs d’une √©tude, publi√©e lundi dans la revue PNAS, ont recens√© l’extinction de 73 genres. Ce ph√©nom√®ne aurait d√Ľ prendre 18 000 ans, et non 500.

Avec la disparition rapide de nombreuses esp√®ces animales, les humains provoquent la perte de branches enti√®res de l’“arbre de la vie”, selon une nouvelle √©tude publi√©e lundi 18 septembre, qui alerte sur la menace d’une sixi√®me extinction de masse. La crise de la biodiversit√©, “est aussi grave que le changement climatique”, mais pas aussi connue du grand public, regrette Gerardo Ceballos, professeur √† l’Universit√© nationale autonome du Mexique, et co-auteur de cette √©tude publi√©e dans la revue PNAS.

>> L’article √† lire pour comprendre la crise de la biodiversit√©, qui menace l’avenir de nos soci√©t√©s

De nombreuses √©tudes existent d√©j√† sur les disparitions d’esp√®ces, mais la sp√©cificit√© de celle-ci est de s’√™tre pench√©e sur l’extinction de genres entiers. Dans la classification des √™tres vivants, le genre se trouve entre le rang de l’esp√®ce, et celui de la famille. Par exemple, le chien est une esp√®ce appartenant au genre canis, lui-m√™me dans la famille des canid√©s.

“Je pense que c’est la premi√®re fois qu’on cherche √† √©valuer le taux d’extinction √† un niveau sup√©rieur que celui de l’esp√®ce”, a comment√© pour l’AFP Robert Cowie, biologiste √† l’Universit√© d’Hawa√Į n’ayant pas particip√© √† l’√©tude. “Cela d√©montre la perte de branches enti√®res de l’arbre de la vie”, une repr√©sentation du vivant d’abord d√©velopp√©e par Charles Darwin. L’√©tude montre que “nous ne sommes pas juste en train de tailler des brindilles, mais que nous utilisons une tron√ßonneuse pour nous d√©barrasser de grosses branches”, a abond√© Anthony Barnosky, professeur √©m√©rite √† l’universit√© de Californie √† Berkeley.

Les chercheurs se sont notamment appuy√©s sur les listes d’esp√®ces √©teintes de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Ils se sont concentr√©s sur les esp√®ces de vert√©br√©s (excluant les poissons), pour lesquels on dispose davantage de donn√©es. Sur environ 5 400 genres (comprenant 34 600 esp√®ces), ils ont conclu que 73 d’entre eux s’√©taient √©teints ces 500 derni√®res ann√©es, la plupart durant les deux derniers si√®cles. En premier lieu des oiseaux, suivis de mammif√®res, d’amphibiens et de reptiles.

>> “Le B.A.-BA du climat et de la biodiversit√©” : le Cned lance la premi√®re formation aux enjeux environnementaux en ligne et gratuite

Pour comprendre si ce rythme est plus √©lev√© que la normale, les chercheurs ont ensuite compar√© ce r√©sultat au taux d’extinction estim√© gr√Ęce aux traces fossiles sur le tr√®s long terme. “En se fondant sur le taux d’extinction du dernier million d’ann√©es, on s’attendrait √† l’extinction de deux genres, mais nous en avons perdu 73”, a expliqu√© Gerardo Ceballos. Selon l’√©tude, l’extinction de ces 73 genres aurait d√Ľ prendre 18 000 ans, et non 500.

Ces estimations restent incertaines, de nombreuses esp√®ces n’√©tant pas m√™me connues, et les relev√©s fossiles incomplets. Mais selon le chercheur, elles sont probablement sous-estim√©es.

La cause de ces extinctions ? Les activit√©s humaines, qui d√©truisent des habitats pour les cultures, infrastructures et autres besoins, mais aussi la surexploitation (surp√™che, chasse, trafic d’animaux…).  Or la perte d’un genre peut avoir des cons√©quences sur le fonctionnement de tout un √©cosyst√®me. Avec √† terme un possible “effondrement de la civilisation”, argue Gerardo Ceballos.

Selon lui aucun doute, il s’agit d’une sixi√®me extinction de masse. La question de savoir si elle a d√©j√† commenc√© reste toutefois sujet de d√©bat, m√™me si tous les experts s’accordent pour dire que le rythme d’extinction actuel est alarmant. La derni√®re extinction de masse remonte √† 66 millions d’ann√©es, lorsque l’impact d’un ast√©ro√Įde a caus√© la disparition des dinosaures.

Bouton retour en haut de la page
Fermer