FRANCE INFO 🔵 « AntidĂ©mocratique », « irresponsable », « un cynisme aberrant » : les forces politiques rĂ©agissent Ă  la lettre d’Emmanuel Macron aux Français – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

FRANCE INFO 🔵 « AntidĂ©mocratique », « irresponsable », « un cynisme aberrant » : les forces politiques rĂ©agissent Ă  la lettre d’Emmanuel Macron aux Français

Le chef de l’État est sorti de son silence mercredi pour adresser un courrier via la presse rĂ©gionale et France Bleu, trois jours après les Ă©lections lĂ©gislatives. Une lettre qui a provoquĂ© la colère Ă  gauche.

Radio France


Publié



Mis Ă  jour



Temps de lecture : 4 min

FRANCE INFO 🔵 « AntidĂ©mocratique », « irresponsable », « un cynisme aberrant » : les forces politiques rĂ©agissent Ă  la lettre d’Emmanuel Macron aux Français

Sa parole Ă©tait attendue. Trois jours après le rĂ©sultat des Ă©lections lĂ©gislatives, Emmanuel Macron publie mercredi 10 juillet une lettre Ă  l’adresse des Français dans la presse rĂ©gionale et sur France Bleu. Le prĂ©sident de la RĂ©publique y demande aux « forces rĂ©publicaines » de « bâtir une majoritĂ© solide » et, dit-il, « laisser un peu de temps pour bâtir ces compromis avec sĂ©rĂ©nitĂ© et respect de chacun ». Le chef de l’État juge Ă©galement que « personne ne l’a emporté » lors des lĂ©gislatives anticipĂ©es. Dans la foulĂ©e de la parution de cette lettre, les forces politiques n’ont pas tardĂ© Ă  rĂ©agir, notamment au sein du Nouveau front populaire.

La gauche vent debout

Les membres du Nouveau Front populaire fustigent l’initiative du prĂ©sident de la RĂ©publique. « Dans sa lettre, Emmanuel Macron persiste dans le dĂ©ni et refuse d’accepter sa dĂ©faite », rĂ©agit sur le rĂ©seau social X l’eurodĂ©putĂ©e LFI Manon Aubry. La dĂ©putĂ©e insoumise de Seine-Saint-Denis AurĂ©lie TrouvĂ©, invitĂ©e de franceinfo, estime qu’Emmanuel Macron « entreprend un coup de force antidĂ©mocratique ». Pour ClĂ©mence GuĂ©ttĂ©, dĂ©putĂ©e insoumise du Val-de-Marne, cette lettre n’est Â«Â pas Ă  la hauteur de l’Histoire ». « Plus seul que jamais, Emmanuel Macron brutalise », ajoute-t-elle sur X. « C’est le retour du droit de veto royal sur le suffrage universel », dĂ©nonce Jean-Luc MĂ©lenchon.

François Ruffin, dĂ©putĂ© Nouveau Front populaire (ex-LFI) de la Somme, critique la « manière de gouverner » d’Emmanuel Macron « avec arrogance et toute puissance » que « personne Ă  gauche ne souhaite reproduire ». « Qu’il nous laisse travailler, ajoute-t-il, pour changer la vie des gens, un peu, en mieux« .

« Emmanuel Macron a décidé seul de cette dissolution. Qu’il tire maintenant les conséquences de son résultat« , estime pour sa part Marine Tondelier. « La logique institutionnelle lui dicte d’appeler les chefs de parti du NouveauFrontPopulaire pour nous demander de lui proposer le nom d’un Premier ministre et un gouvernement », écrit sur X la cheffe de file des Ecologistes.

Le RN dĂ©nonce « d’indignes arrangements »

Du cĂ´tĂ© du Rassemblement national aussi, le texte d’Emmanuel Marcron est sĂ©vèrement jugĂ©. « Irresponsable ! » condamne Jordan Bardalla. « Emmanuel Macron organise la paralysie du pays en positionnant l’extrĂŞme gauche aux portes du pouvoir, après d’indignes arrangements. Son message est dĂ©sormais : dĂ©brouillez-vous », rĂ©agit sur X le prĂ©sident du Rassemblement national. Marine Le Pen dĂ©nonce quant Ă  elle le « cirque indigne » du prĂ©sident de la RĂ©publique. « Si je comprends bien, dans sa lettre, Emmanuel Macron propose de faire barrage Ă  LFI qu’il a contribuĂ© Ă  faire Ă©lire il y a trois jours et grâce Ă  qui les dĂ©putĂ©s Renaissance ont Ă©tĂ© Ă©lus, il y a Ă©galement trois jours… », Ă©crit-elle sur X.

La dĂ©putĂ©e RN du Var Laure Lavalette fustige « un cynisme absolument aberrant », accusant le chef de l’État d’avoir « organisĂ© l’impasse institutionnelle et politique dans laquelle nous sommes ». « Emmanuel Macron se moque une fois de plus des Français », estime pour sa part Jean-Philippe Tanguy, dĂ©putĂ© RN de la Somme. « Le RN a eu trois victoires Ă©lectorales, il est hors de question qu’Emmanuel Macron prĂ©tende les effacer » avec sa lettre aux Français, assure-t-il.

Le camp prĂ©sidentiel divisĂ© 

Le parti Renaissance et ses alliĂ©s semblent partagĂ©s. D’un cĂ´tĂ©, le dĂ©putĂ© Karl Olive, ex-LR, rappelle que ses « lignes rouges avec le Nouveau Front populaire (sont) des lignes Maginot », reprochant Ă  l’alliance de gauche d’ĂŞtre, selon lui, « pour le dĂ©sarmement de la police », « l’augmentation » et « la crĂ©ation d’impĂ´ts ». Le prĂ©sident du groupe Horizons Ă  l’AssemblĂ©e, Laurent Marcangeli, appelle au contraire Ă  la formation d’un gouvernement « le plus large possible, qui partirait des LR pour aller jusqu’aux sociaux-dĂ©mocrates (…), voire le Parti communiste et les Ă©cologistes ».

Dominique Faure, ministre dĂ©lĂ©guĂ©e chargĂ©e des CollectivitĂ©s territoriales et de la RuralitĂ© de France, affirme de son cĂ´tĂ© « avoir confiance dans la capacitĂ© de chacune et chacun Ă  construire une coalition centrale qui fĂ©dère de la gauche sociale-dĂ©mocrate jusqu’Ă  la droite rĂ©publicaine que le prĂ©sident de la RĂ©publique appelle de ses vĹ“ux ».

« Je pense que le moment que nous traversons exige que nous dĂ©passions les postures partisanes et que nous cherchions Ă  construire des passerelles avec des partis adverses dans les Ă©lections », ajoute quant Ă  lui le dĂ©putĂ© Renaissance Pieyre-Alexandre Anglade. Il souhaite toutefois que cette construction se fasse sans le RN et sans LFI qui sont « des partis contestataires qui malmènent les valeurs de la RĂ©publique ». 

La droite ne veut pas ĂŞtre dans une coalition

Chez les RĂ©publicains, la lettre du chef de l’Etat est accueillie fraĂ®chement. Bruno Retailleau, prĂ©sident du groupe LR au SĂ©nat, balaye l’hypothèse de voir la droite entrer dans une grande coalition. « La coalition est arithmĂ©tiquement impossible. Tout nous oppose avec la gauche », estime-t-il. « La seule voie de passage que je vois, c’est la nomination d’un Premier ministre d’intĂ©rĂŞt public, dĂ©gagĂ© des jeux partisans et dont l’Ă©quation personnelle permettra de rassembler. C’est une façon de sortir d’une majoritĂ© introuvable ».

Le dĂ©putĂ© LR de Moselle Fabien di Filippo ironise : « Emmanuel Macron demande aux forces politiques de faire preuve de toutes les qualitĂ©s dont il a cruellement manquĂ© depuis plusieurs annĂ©es Ă  la tĂŞte de notre pays ». Avant la parution de la lettre, Laurent Wauquiez, Ă©lu Ă  la tĂŞte du groupe parlementaire LR, rebaptisĂ© « droite rĂ©publicaine », s’Ă©tait prononcĂ© pour un « pacte lĂ©gislatif » et non « des coalitions gouvernementales ».

Bouton retour en haut de la page
Fermer