FRANCE 24 🔵 Le SĂ©nĂ©gal fait son entrĂ©e dans le cercle des producteurs de pĂ©trole – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

FRANCE 24 🔵 Le Sénégal fait son entrée dans le cercle des producteurs de pétrole

L’exploitation d’un champ de pĂ©trole et de gaz au large des cĂ´tes africaines a dĂ©butĂ© pour le SĂ©nĂ©gal qui espère atteindre une production de 100 000 barils par jour. Un chiffre modeste comparĂ© aux gĂ©ants mondiaux et africains, mais qui devrait gĂ©nĂ©rer des milliards de dollars de revenus et accĂ©lĂ©rer le dĂ©veloppement de l’Ă©conomie du pays.

Publié le : Modifié le :

4 mn

Publicité

Une nouvelle ère s’ouvre pour le SĂ©nĂ©gal. Le pays est entrĂ© dans le cercle des producteurs d’hydrocarbures avec l’annonce mardi 11 juin par la compagnie australienne Woodside Energy du dĂ©but de l’extraction de pĂ©trole du champ de Sangomar au large des cĂ´tes africaines [la pointe de Sangomar est une flèche littorale situĂ©e au dĂ©bouchĂ© du delta du Saloum, qui marque la fin de la Petite-CĂ´te Ă  l’Ouest du SĂ©nĂ©gal, Ă  100 km au sud de Dakar].

« Woodside a procĂ©dĂ© Ă  la première extraction de pĂ©trole du champ de Sangomar, menant Ă  bien la livraison du premier projet pĂ©trolier offshore du pays », a indiquĂ© dans un communiquĂ© la compagnie qui opère le champ avec la SociĂ©tĂ© des pĂ©troles du SĂ©nĂ©gal (Petrosen).

Le champ en eaux profondes, Ă  environ 100 km au sud de Dakar, contient du pĂ©trole et du gaz. Le projet, dont le dĂ©veloppement a Ă©tĂ© lancĂ© en 2020, a nĂ©cessitĂ© environ 5 milliards de dollars d’investissements, selon la compagnie. Il vise une production de 100 000 barils par jour.

Cette première extraction de Sangomar prĂ©cède l’entrĂ©e en production d’un autre projet, celui de Grand tortue/Ahmeyim (GTA), Ă  la frontière avec la Mauritanie, dĂ©veloppĂ© par le Britannique BP avec l’amĂ©ricain Kosmos Energy, la SociĂ©tĂ© mauritanienne des hydrocarbures (SMH) et Petrosen. Il devrait produire environ 2,5 millions de tonnes de gaz naturel liquĂ©fiĂ© par an et la production pourrait y dĂ©buter au troisième trimestre.

La production de pĂ©trole et de gaz au SĂ©nĂ©gal sera destinĂ©e Ă  l’exportation et Ă  la consommation domestique.

Ă€ lire aussiPĂ©trole et gaz : Afrique, le nouvel eldorado ?

Elle sera loin d’atteindre les niveaux des gĂ©ants mondiaux et africains comme le Nigeria. Mais des revenus en milliards de dollars en sont attendus, ainsi qu’une transformation accĂ©lĂ©rĂ©e de l’Ă©conomie.

« Le dĂ©but de l’extraction du champ de Sangomar marque le commencement d’une nouvelle ère, non seulement pour l’industrie et l’Ă©conomie de notre pays, mais surtout pour notre peuple », explique le directeur gĂ©nĂ©ral de Petrosen Exploration et Production, Thierno Ly, dans le communiquĂ© de Woodside.

La patronne de la compagnie australienne, Meg O’Neill, parle quant Ă  elle de « jour historique pour le SĂ©nĂ©gal et pour Woodside ».

La dĂ©couverte de vastes gisements de pĂ©trole et de gaz dans l’Atlantique depuis 2014 a soulevĂ© des espoirs considĂ©rables dans ce pays pauvre sur la voie du dĂ©veloppement. Les revenus attendus du gaz et du pĂ©trole sont chiffrĂ©s par Petrosen Ă  une moyenne annuelle de plus de 1 milliard d’euros sur une pĂ©riode de trente ans.

Renégociation des accords

Cette dĂ©couverte a aussi suscitĂ© la crainte que le pays connaisse, comme d’autres, la « malĂ©diction » du pĂ©trole, avec une manne alimentant la corruption sans profiter Ă  la population.

Le SĂ©nĂ©gal revendique avec force l’exploitation de ses ressources en gaz et en pĂ©trole face aux efforts d’une partie de la communautĂ© internationale pour rĂ©duire la dĂ©pendance aux Ă©nergies fossiles.

La production Ă  venir de gaz et de pĂ©trole, plusieurs fois reportĂ©e, a Ă©tĂ© un thème majeur de la rĂ©cente campagne prĂ©sidentielle qui a vu la victoire du candidat antisystème Bassirou Diomaye Faye, se rĂ©clamant d’un souverainisme et d’un panafricanisme de gauche.

Le camp de Bassirou Diomaye Faye a fait campagne sur la promesse de revoir ou renĂ©gocier les accords pĂ©troliers et gaziers, miniers ou de pĂŞche passĂ©s par l’ancienne administration et jugĂ©s dĂ©favorables au SĂ©nĂ©gal.

À lire aussiLe Gabon, un pays aux immenses richesses naturelles toujours dépendant de son pétrole

Le nouveau président investi en avril a annoncé parmi ses premières mesures un audit du secteur minier, gazier et pétrolier.

Le Premier ministre et ancien mentor de Bassirou Diomaye Faye, Ousmane Sonko, a réaffirmé dimanche la volonté de revoir les contrats.

« C’est nous qui vous avions promis qu’on allait renĂ©gocier les contrats et nous allons le faire, et on a mĂŞme dĂ©jĂ  commencé », a-t-il dit Ă  Dakar devant les jeunes de son parti.

La phase initiale de Sangomar consiste en une unitĂ© flottante de production et de stockage reliĂ©e Ă  des infrastructures sous-marines conçues en prĂ©vision de phases ultĂ©rieures de dĂ©veloppement. Elle comprend 23 puits, dont 11 de production, 10 d’injection d’eau et 2 d’injection de gaz, indique Woodside. Vingt-et-un puits sont achevĂ©s, dit-elle.

Cette phase initiale produira Ă  partir des rĂ©serves les moins complexes et testera d’autres rĂ©servoirs, dit-elle.

Avec AFP

Bouton retour en haut de la page
Fermer