FRANCE 24 🔵 En Iran, ouverture des inscriptions pour les candidats Ă  la prĂ©sidentielle anticipĂ©e – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

FRANCE 24 🔵 En Iran, ouverture des inscriptions pour les candidats à la présidentielle anticipée

Les candidats Ă  l’Ă©lection prĂ©sidentielle anticipĂ©e du 28 juin en Iran peuvent s’inscrire, Ă  partir de jeudi et durant cinq jours, au sein du ministère de l’IntĂ©rieur. Les candidatures devront ĂŞtre validĂ©es d’ici au 11 juin par le Conseil des gardiens de la Constitution, un organe non Ă©lu dominĂ© par les conservateurs et chargĂ© de superviser le processus Ă©lectoral.

Publié le :

2 mn

Publicité

L’inscription des candidats pour l’Ă©lection prĂ©sidentielle anticipĂ©e fin juin a dĂ©butĂ©, jeudi 30 mai, en Iran pour Ă©lire un successeur Ă  l’ultraconservateur Ebrahim RaĂŻssi tuĂ© dans un accident d’hĂ©licoptère, a annoncĂ© un mĂ©dia d’État.

« L’inscription des candidats Ă  la 14e Ă©lection prĂ©sidentielle a dĂ©butĂ© Ă  8 h [4 h 30 GMT, NDLR] jusqu’Ă  18 h au sein du ministère de l’IntĂ©rieur et se poursuivra pour cinq jours », a dĂ©clarĂ© l’agence de presse officielle iranienne Irna.

Initialement prĂ©vu au printemps 2025, le scrutin a Ă©tĂ© anticipĂ© au 28 juin après la mort inattendue d’Ebrahim RaĂŻssi le 19 mai dans le nord-est du pays et de sept autres personnes, parmi lesquelles le chef de la diplomatie Hossein Amir-Abdollahian.

Ă€ lire aussiBernard Hourcade : « En Iran, la base populaire du rĂ©gime s’est dĂ©litĂ©e avec le temps »

« Aux premières heures de jeudi, une trentaine de personnes se sont rendues au ministère de l’IntĂ©rieur » mais « aucune ne remplissait les conditions de base pour se porter candidate », a indiquĂ© un responsable Ă  la tĂ©lĂ©vision d’État.

Selon la loi Ă©lectorale iranienne, les postulants doivent ĂŞtre âgĂ©s de 40 Ă  75 ans, titulaires d’au moins un master universitaire et peuvent ĂŞtre ou non membres du clergĂ©.

Un système permettant une présélection

En Iran, les principaux candidats des courants politiques s’inscrivent traditionnellement lors des derniers jours du dĂ©pĂ´t des candidatures.

ConformĂ©ment Ă  la Constitution, le guide suprĂŞme, l’ayatollah Ali Khamenei, plus haute autoritĂ© de la RĂ©publique islamique, a chargĂ© le prĂ©sident par intĂ©rim Mohammad Mokhber d’organiser dans l’urgence une prĂ©sidentielle.

Les candidatures devront ĂŞtre validĂ©es d’ici au 11 juin par le Conseil des gardiens de la Constitution, un organe non Ă©lu dominĂ© par les conservateurs et chargĂ© de superviser le processus Ă©lectoral.

À lire aussiLes ultraconservateurs du Front Paydari lorgnent sur le pouvoir en Iran après la mort du président

En 2021, cette instance avait invalidĂ© de nombreuses personnalitĂ©s rĂ©formistes et modĂ©rĂ©es, permettant ainsi Ă  Ebrahim RaĂŻssi, le candidat du camp conservateur et ultraconservateur, d’ĂŞtre facilement Ă©lu au premier tour.

Mais, rebutĂ©s par cette compĂ©tition tronquĂ©e, de nombreux Ă©lecteurs avaient boudĂ© les urnes. La participation n’avait atteint que 49 %, soit le plus faible taux pour une prĂ©sidentielle depuis la rĂ©volution islamique de 1979.

Cette Ă©lection sera scrutĂ©e de près sur la scène internationale alors que TĂ©hĂ©ran est un acteur majeur au Moyen-Orient, sur fond de guerre dans la bande de Gaza et d’inquiĂ©tudes sur le programme nuclĂ©aire iranien.

Avec AFP

Bouton retour en haut de la page
Fermer