News-FRONT-FRNews-URGENT

CLUBIC 🔵 Jamais 2 sans 3 ! Pour la troisième fois en quelques mois, Meta, maison-mère de Facebook, licencie des salariés

Zuckerberg 2022 © Frederic Legrand - COMEO / Shutterstock.com x Clubic.com

Frederic Legrand – COMEO / Shutterstock.com x Clubic.com

Pour la troisième fois depuis novembre, Meta a licenciĂ© des milliers d’employĂ©s et la raison est plutĂ´t… surprenante.

En novembre dernier, Mark Zuckerberg s’adressait Ă  ses employĂ©s, mais aussi au public, pour expliquer que l’entreprise devait se sĂ©parer d’environ 11 000 de ses « talentueux Ă©lĂ©ments Â», notamment pour rĂ©pondre Ă  la situation Ă©conomique dĂ©gradĂ©e de l’entreprise. Et le patron de Facebook semble y avoir pris goĂ»t puisque, après avoir lancĂ© une nouvelle vague de licenciements en avril, voilĂ  que depuis quelques jours, des milliers de salariĂ©s de son entreprise ont mis Ă  jour leur profil sur LinkedIn.

2022, année compliquée pour Meta

Si Meta n’a pas Ă©tĂ© le seul gĂ©ant de la tech Ă  connaĂ®tre des difficultĂ©s au cours de l’annĂ©e 2022, c’est probablement l’exemple le plus marquant. En effet, son modèle Ă©conomique a Ă©tĂ© rudement mis Ă  l’Ă©preuve par l’adoption de lois et de rĂ©gulations sur la protection des donnĂ©es et le groupe a collectionnĂ© les amendes record. De plus, la baisse gĂ©nĂ©rale des budgets publicitaires sur Internet l’a durement impactĂ©. L’avènement de plateformes concurrentes, TikTok en tĂŞte, n’a Ă  l’Ă©vidence pas dĂ» non plus arranger la situation. Mais surtout, le titanesque projet si cher au cĹ“ur de Zuckerberg, le metaverse, a englouti des dizaines de milliards de dollars, pour un retour sur investissement qui reste dĂ©risoire. Au point que, pour la première fois de son histoire, Meta enregistre en 2022 une baisse de revenus sur l’annĂ©e.

Alors, devant l’obstination du P.-D.G. et ces rĂ©sultats inquiĂ©tants, les actionnaires de l’entreprise ont commencĂ© Ă  hausser le ton, le forçant Ă  prendre des mesures pour retrouver la rentabilitĂ©. En jargon d’actionnaire, cela veut dire qu’il faut virer des gens. Il est Ă  noter que si 11 000 personnes avaient ainsi perdu leur emploi du jour au lendemain, ces derniers avaient de quoi se consoler en voyant le sourire enfantin des actionnaires de Meta, dont l’action avait bondi de 7,7 % le jour suivant.

Horizon Worlds PS1 © Meta

© Meta

2023, « annĂ©e de l’efficacitĂ© Â» pour Meta

Sauf que licencier, Mark Zuckerberg semble vraiment adorer ça. Car il lui aura fallu seulement cinq mois pour rĂ©cidiver, en libĂ©rant des milliers d’employĂ©s supplĂ©mentaires en avril, la plupart d’entre eux ayant des emplois techniques. Lors de la première vague de licenciements, Mark Zuckerberg s’Ă©tait longuement expliquĂ©, et avait reconnu ses propres erreurs dans la gestion de l’entreprise. Mais cette fois-ci, la justification Ă©tait diffĂ©rente : après les 11 000 premiers dĂ©parts, le milliardaire aurait dĂ©couvert que son entreprise Ă©tait plus rapide et plus efficace avec une moindre masse salariale. Il n’en fallait pas plus pour lui donner envie de procĂ©der Ă  des coupes drastiques, au nom de ce qu’il a appelĂ© «  l’annĂ©e de l’efficacitĂ© Â».

Et un mois plus tard, le voici donc en train de se dĂ©barrasser de milliers d’employĂ©s, cette fois principalement en poste dans le secteur du marketing, du recrutement, et de l’UX. Il ne s’est, cette fois-ci, pas mĂŞme donnĂ© la peine de les gratifier d’un commentaire. Aujourd’hui, le cours de Meta est plus Ă©levĂ© de 180 % par rapport Ă  celui de novembre dernier.

Quant au metaverse, c’est bien le seul dont la position chez Meta ne semble pas menacĂ©e : près de quatre milliards de dollars y ont Ă©tĂ© investis au cours du premier trimestre 2023, gĂ©nĂ©rant un revenu d’un peu plus de 300 millions sur la pĂ©riode.

Source : CNBC

Bouton retour en haut de la page
Fermer