News-FRONT-FRNews-URGENT

20 MINUTES 🔵 Pourquoi les Hauts-de-France ne vont pas accueillir de sans-abri parisiens

Les Jeux olympiques approchent, la Coupe du monde de rugby aussi. Et ces deux événements sont censés attirer touristes et spectateurs du monde entier. Qui dit tourisme, dit hébergement. Ainsi, le gouvernement veut inciter des milliers de sans-abri, principalement des migrants, à quitter la région parisienne pour la province, arguant de la baisse du nombre d’hôtels prêts à les héberger.

Selon le ministre du Logement, Olivier Klein, de nombreux hĂ´teliers ne souhaitent plus accueillir ces publics prĂ©caires car ils attendent un afflux de clientèle dès l’automne prochain avec la coupe du monde rugby et Ă  l’étĂ© 2024 pour les JO. Il l’a affirmĂ©, dĂ©but mai, Ă  l’AssemblĂ©e nationale. Pour la dĂ©putĂ©e (Modem) Maud Gatel, ce sont près de 5.000 chambres qui ont ainsi Ă©tĂ© perdues pour l’hĂ©bergement d’urgence.

« Sas d’accueil temporaires rĂ©gionaux Â»

Depuis la mi-mars, l’exĂ©cutif a donc demandĂ© aux prĂ©fets de crĂ©er des « sas d’accueil temporaires rĂ©gionaux Â» dans toutes les rĂ©gions afin de « dĂ©sengorger les centres d’hĂ©bergement Â» d’Ile-de-France. Toutes Ă  l’exception des Hauts-de-France et de la Corse.

Si l’exclusion de la Corse de ce dispositif peut se comprendre pour des raisons essentiellement logistiques, celle des Hauts-de-France est plus surprenante. InterrogĂ©e par 20 Minutes, la prĂ©fecture de rĂ©gion des Hauts-de-France justifie cette dĂ©cision par « une forte pression migratoire Â» sur la bande littorale. « La population migrante prĂ©sente sur les campements du littoral varie quotidiennement entre 300 et 500 personnes Â», explique-t-elle.

Ce sont ces migrants, candidats Ă  la traversĂ©e vers la Grande-Bretagne par des moyens de fortune qui, selon la prĂ©fecture, rendent impossible l’absorbtion d’un nouvel afflux venu de l’Île-de-France. « En 2022, ce sont au total 16.243 mises Ă  l’abri de personnes migrantes du littoral qui ont Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©es dans les Hauts-de-France, soit une augmentation de 14 % par rapport Ă  l’annĂ©e 2021. Depuis, le 1er janvier 2023, 3.606 personnes migrantes ont Ă©tĂ© mises Ă  l’abri, en hausse de 34 % par rapport Ă  la mĂŞme pĂ©riode en 2022 Â», indique la prĂ©fecture.

« Il est vrai que notre rĂ©gion souffre d’une grosse pression sur les capacitĂ©s d’hĂ©bergement d’urgence, mais la situation est la mĂŞme partout Â», assure la Fondation AbbĂ©-Pierre. Une chose est sĂ»re : la dĂ©cision d’exclure les Hauts-de-France du dispositif semble avoir Ă©tĂ© prise par le gouvernement sans concertation avec les associations qui s’occupent des sans-abri, comme la Fondation AbbĂ©-Pierre ou encore l’Abej-SolidaritĂ©. ContactĂ©e, la FĂ©dĂ©ration des acteurs de la solidaritĂ© n’a pas donnĂ© suite.

Bouton retour en haut de la page
Fermer