EURONEWS 🔵 Pourquoi le projet de coalition conservatrice PPE-CER pourrait Ă©chouer en Pologne – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

EURONEWS 🔵 Pourquoi le projet de coalition conservatrice PPE-CER pourrait échouer en Pologne

Cet article a Ă©tĂ© initialement publiĂ© en anglais

Les forces conservatrices polonaises sont en passe de remporter les Ă©lections europĂ©ennes. En Pologne, le parti affiliĂ© au PPE et le parti PiS, membre de l’ECR, sont au coude Ă  coude, selon le super sondage d’Euronews. Cependant, leurs profondes divergences pourraient affecter la crĂ©ation d’une coalition conservatrice au sein du Parlement europĂ©en.

PUBLICITÉ

Le profond clivage entre la droite et le centre-droit en Pologne pourrait entraver la formation d’une coalition conservatrice au sein de l’UE, malgrĂ© l’Ă©crasante tendance populaire conservatrice polonaise, affirment les analystes du Centre de sondages d’Euronews.

Le Superpoll d’Euronews en vue des Ă©lections europĂ©ennes du 9 juin prĂ©voit une course au coude Ă  coude entre le parti de droite nationaliste Droit et Justice (PiS) dirigĂ© par JarosĹ‚aw KaczyĹ„ski et les conservateurs modĂ©rĂ©s de_(KO_), l’actuel parti au pouvoir en Pologne.

Dans les projections les plus récentes, entre début mars et fin mai, le PiS ultra-conservateur a dépassé, pour quelques intentions de vote, la coalition au pouvoir du premier ministre Donald Tusk, affiliée au PPE.

Depuis mars, le parti d’extrĂŞme droite Konfederacja (non-inscrit) a perdu quelques intentions de vote qui ont apparemment migrĂ© vers le PiS, permettant Ă  cette force ultraconservatrice de devancer le parti pro-UE Koalicja.

Au Parlement europĂ©en, le parti Droit et Justice est un membre important (avec le FdI de la première ministre italienne Giorgia Meloni) du groupe de droite nationaliste des Conservateurs et RĂ©formistes europĂ©ens (ECR), tandis que la Coalition civique du premier ministre Tusk est l’un des plus importants affiliĂ©s du Parti populaire europĂ©en (PPE), avec la CDU allemande et le PP espagnol.

Le cadre politique polonais est un terrain pertinent pour observer les dynamiques, les contradictions et le potentiel de crĂ©ation d’une coalition euro-conservatrice Ă©largie entre le PPE et l’ECR, comme le prĂ©voit l’entente politique scellĂ©e de facto par la prĂ©sidente de la Commission europĂ©enne, l’Allemande Ursula von der Leyen (PPE) et le Premier ministre italien Giorgia Meloni (ECR).

Les chiffres sont clairs comme de l’eau de roche : la Pologne, d’un point de vue politique, s’installe progressivement Ă  droite de l’Ă©chiquier politique de l’UE. La somme des intentions de vote des conservateurs atteint presque les 80 %. Cependant, la rĂ©alitĂ© politique des conservateurs dans ce pays est profondĂ©ment divisĂ©e.

Pourquoi ?

Les visions divergentes des principes et des valeurs du droit europĂ©en sont la principale source de tensions et d’antagonismes entre les membres polonais du PPE, le PiS et la Konfederacja.

Les jeux de pouvoir entre les dirigeants sont Ă©galement Ă  l’origine de la profonde division entre les forces modĂ©rĂ©es et ultra-conservatrices polonaises.

Elles ont un terrain d’entente solide basĂ© sur les valeurs patriotiques, une approche anti-russe assez active sur la guerre en Ukraine, et des sentiments pro-US et pro-OTAN très forts.

Pourtant, malgrĂ© leurs racines conservatrices et une grande convergence sur les questions de dĂ©fense et de sĂ©curitĂ©, le PiS et le KO restent des alliĂ©s peu probables pour une coalition potentielle au niveau du Parlement europĂ©en, suggère Tomasz Kaniecki, du Centre de sondages d’Euronews :

« Il s’agit purement de tactiques et de mĂ©canismes, sur le papier la situation pourrait sembler plus ou moins la mĂŞme, mais ce sont des partis qui sont en conflit Ă©ternel, un conflit sur la base des valeurs politiques, du respect de l’Etat de droit, de l’indĂ©pendance des institutions, du respect de leurs partenaires ».

La question de l’État de droit est un facteur de polarisation depuis près d’une dĂ©cennie entre le PiS et KO.

Le parti Droit et Justice de JarosĹ‚aw KaczyĹ„ski est entrĂ© en conflit ouvert avec Bruxelles sur des questions telles que l’indĂ©pendance du pouvoir judiciaire lorsqu’il dirigeait la Pologne.

Le gouvernement ultraconservateur s’est fermement opposĂ© Ă  la politique migratoire de l’UE et aux valeurs europĂ©ennes sur la libertĂ© de choix des femmes en faisant pression pour une lĂ©gislation nationale restrictive sur le droit Ă  l’avortement.

La gauche et le centre-gauche en Pologne sont faibles depuis des années. En Pologne, la véritable dialectique se situe entre les conservateurs modérés et les ultra-conservateurs.

Les ultraconservateurs ne sont pas opposĂ©s Ă  l’idĂ©e que la Pologne soit membre de l’UE.

PUBLICITÉ

Sur les questions environnementales, la Pologne et ses forces ultraconservatrices ont exprimĂ© de nombreuses critiques Ă  l’Ă©gard des orientations anti-carbone de l’UE.

Pourtant, déclare Tomasz Kaniecky :

« Le parti au pouvoir (le KO de Donald Tusk) sera, en thĂ©orie, beaucoup plus favorable aux sources d’Ă©nergie renouvelables parce qu’il pense que c’est la bonne voie Ă  suivre. Le PiS dĂ©ploierait les Ă©nergies renouvelables en mĂŞme temps qu’il dĂ©fendrait l’industrie du charbon ».

C’est une question de narration. MĂŞme les ultra-conservateurs polonais se rendent compte que la Pologne ne peut pas tourner le dos aux fonds de l’UE et Ă  l’investissement financier du Green Deal de l’UE.

La Pologne a organisĂ© des Ă©lections nationales en octobre 2023 et des Ă©lections locales en avril dernier. Lors de ces deux scrutins, les ultraconservateurs ont obtenu plus de voix que leurs rivaux modĂ©rĂ©s. Mais Ă  l’automne dernier, le centre-droit est devenu la force dirigeante uniquement parce que les ultraconservateurs n’ont pas rĂ©ussi Ă  former une coalition pour des raisons internes.

PUBLICITÉ

La question des libertĂ©s individuelles et la rivalitĂ© personnelle entre Donald Tusk et JarosĹ‚aw KaczyĹ„ski ont Ă©tĂ© des facteurs constants de division entre le PiS et l’OC. Sur le papier, il s’agit de forces intransigeantes :

« KO et PiS sur une variĂ©tĂ© de sujets pourraient voter exactement de la mĂŞme manière ainsi que sur certaines rĂ©glementations spĂ©cifiques. Mais cela ne se produira jamais dans le cadre d’une coalition formelle. Et nous revenons Ă  la politique, ils ne seront jamais ensemble », conclut Tomasz Kaniecki.

Bouton retour en haut de la page
Fermer