EURONEWS 🔵 Le PPE ne cherchera pas Ă  conclure un accord avec Giorgia Meloni – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

EURONEWS 🔵 Le PPE ne cherchera pas à conclure un accord avec Giorgia Meloni

Le Pacte vert a Ă©tĂ© « trop idĂ©ologique » et doit ĂŞtre repensĂ© pour mettre l’accent sur la « concurrence », estime le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du PPE, Thanasis Bakolas.

PUBLICITÉ

Le Parti populaire europĂ©en (PPE) ne cherchera pas Ă  conclure d’accord formel avec la droite radicale et l’extrĂŞme droite. Le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de la formation de centre-droite assure que le PPE ne souhaitera pas, au lendemain des Ă©lections europĂ©ennes, Ă  se rapprocher de la Première ministre italienne, Giorgia Meloni, et de son groupe au Parlement europĂ©en : les Conservateurs et RĂ©formistes europĂ©ens (CRE), ni pour rĂ©Ă©lire Ursula von der Leyen, ni pour soutenir une majoritĂ© lors de la prochaine lĂ©gislature.

Selon les projections, les chrétiens-démocrates ont remporté 186 sièges, loin devant les 135 sièges obtenus par le groupe des socialistes et démocrates (S&D) et les 79 sièges du groupe libéral Renew Europe.

« Le PPE cherchera Ă  former une majoritĂ© au Parlement europĂ©en avec des amis et des alliĂ©s avec lesquels nous avons dĂ©jĂ  travaillĂ©, avec les socialistes, les libĂ©raux et, nous l’espĂ©rons, les Verts. Et les chiffres sont lĂ  pour une telle majoritĂ©, et c’est une bonne chose« , assure Thanasis Bakolas.

Le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du PPE ajoute que lorsqu’il s’agira de « lĂ©gislation majeure, nous nous tournerons vers les eurodĂ©putĂ©s qui sont prĂŞts Ă  nous Ă©couter et Ă  voter pour nous« . Cette coopĂ©ration dĂ©pendra du choix pro-europĂ©en, pro-Etat de droit et pro-Ukraine des eurodĂ©putĂ©s de droite radicale, explique-t-il, faisant Ă©cho aux principaux critères que la prĂ©sidente de l’actuelle Commission europĂ©enne, Ursula von der Leyen, a Ă©tablis lors de sa campagne.

« Les eurodĂ©putĂ©s de Giorgia Meloni pourraient vouloir voter pour nous. Et je pense que ce serait formidable. Mais je ne vois pas d’accord institutionnel ou plus formel au-delĂ  de cela« , poursuit-il.

InterrogĂ© sur le fait que ce rapprochement, mĂŞme au cas par cas, pourrait aider Ă  normaliser les politiques nationalistes, Thanasis Bakolas salue l’approche de Giorgia Meloni en matière de politique europĂ©enne.

La Première ministre italienne est une dirigeante « très apprĂ©ciĂ©e et respectĂ©e au sein du Conseil (europĂ©en), non seulement avec les dirigeants du PPE, mais aussi avec d’autres dirigeants. Elle est très constructive. Elle travaille bien au Conseil et c’est important pour l’Europe car elle vient d’un grand pays, l’Italie. C’est un fait« , rĂ©sume le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du PPE.

« A ce stade, Giorgia Meloni est une actrice très constructive sur la scène européenne« .

Une possible alliance entre le PPE et CRE a alimentĂ© des spĂ©culations sur la future majoritĂ© au Parlement europĂ©en. Ursula von der Leyen a Ă©tĂ© interrogĂ©e Ă  plusieurs reprises pour savoir si elle accepterait ou rejetterait les votes de Giorgia Meloni, donnant Ă  chaque fois une rĂ©ponse plus explicite, Ă  savoir qu’elle les accepterait.

Mais lorsque les rĂ©sultats provisoires sont devenus officiels dimanche soir, la tĂŞte de liste du PPE a changĂ© de discours et a tendu la main aux socialistes et aux libĂ©raux pour construire une majoritĂ© centriste forte pour les cinq prochaines annĂ©es – sans aucune mention de Giorgia Meloni.

« Le centre tient bon« , a déclaré Ursula von der Leyen.

La prĂ©sidente sortante a Ă©galement refusĂ© de dire si les Verts, qui sont passĂ©s de 71 Ă  53 eurodĂ©putĂ©s, feraient partie de cette majoritĂ© pro-europĂ©enne, notant simplement que sa prioritĂ© serait le S&D et Renew et que la porte restait « ouverte » pour d’autres.

Lors de son interview à Euronews, Thanasis Bakolas a parlé des Verts comme des partenaires possibles pour une grande coalition qui peut « aller sur le long terme et qui peut aussi grandir« .

« Le cordon sanitaire tiendra« , prédit-il.

Le Pacte vert n’est pas mort

Les 27 dirigeants doivent se rencontrer le 17 juin et le 27 juin pour discuter de la rĂ©partition des postes majeures de l’UE, oĂą la candidature d’Ursula von der Leyen Ă  sa rĂ©Ă©lection sera mise sur la table. Si elle est dĂ©signĂ©e Ă  la tĂŞte de la Commission europĂ©enne pour cinq annĂ©es de plus, elle devra se soumettre Ă  un vote de confirmation au Parlement europĂ©en. Elle devra obtenir au moins 361 voix en sa faveur. En 2019, elle n’avait passĂ© le seuil qu’avec neuf voix d’avance.

Alors que l’approbation des dirigeants semble garantie, le chemin au Parlement sera « dĂ©licat et difficile« , admet Thanasis Bakolas. Le Pacte vert d’Ursula von der Leyen s’est attirĂ© les foudres de certains Ă©lus du PPE, notamment Les RĂ©publicains en France, qui accusent la responsable allemande d’avoir embrassĂ© des « politiques de dĂ©croissance promues par la gauche« .

« Le travail doit ĂŞtre fait politiquement pour motiver nos eurodĂ©putĂ©s Ă  suivre la ligne voulue par les dirigeants. Il est très important, Ă  mon avis, que le Parlement agisse de manière stratĂ©gique et très politique, car c’est le seul moyen de maintenir une coalition centriste« , souligne le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du PPE.

« Nous sommes un grand parti, nous sommes une grande tente« , ajoute-t-il. « Nous devons faire ce qu’il faut« .

PUBLICITÉ

La rhĂ©torique de plus en plus dure du PPE contre le Pacte vert, rĂ©sumĂ©e dans la bataille acharnĂ©e pour faire tomber la loi sur la restauration de la nature, a rendu furieux les progressistes, qui affirment que les conservateurs veulent mettre en pause – voire inverser – les efforts faits pour atteindre la neutralitĂ© climatique. Certaines des affirmations utilisĂ©es par le PPE pour contester cette rĂ©glementation ont Ă©tĂ© qualifiĂ©es de dĂ©sinformation par les ONG.

« En tant que parti politique, nous voulons que le Pacte vert rĂ©ussisse et c’est ce que veulent les citoyens« , assure Thanasis Bakolas. « Nous ne sommes pas des nĂ©gationnistes du climat« .

« Mais je pense qu’il y a eu un Ă©chec collectif, dans un sens, en ce qui concerne le Pacte vert, parce qu’il Ă©tait trop idĂ©ologique. Et nous, au sein du PPE, avons Ă©galement une responsabilitĂ© parce que nous avons permis qu’il soit idĂ©ologiquement orienté« .

Selon Thanasis Bakolas, la pièce manquante est « l’angle de la concurrence« .

Ses commentaires sur l' »idĂ©ologie » environnementale ressemblent aux arguments que Giorgia Meloni et ses alliĂ©s nationalistes et de l’extrĂŞme droite utilisent pour dĂ©noncer la politique climatique de l’UE. Dans son manifeste, le parti CRE s’engage Ă  renverser plusieurs volets du texte.

PUBLICITÉ
Bouton retour en haut de la page
Fermer