EURONEWS 🔵 Éric Ciotti souhaite s’allier au RN, tempĂŞte chez les RĂ©publicains – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

EURONEWS 🔵 Éric Ciotti souhaite s’allier au RN, tempĂŞte chez les RĂ©publicains

Le patron des RĂ©publicains Eric Ciotti a provoquĂ© mardi un sĂ©isme dans sa famille politique en annonçant que la droite avait « besoin d’une alliance » avec le Rassemblement national pour les lĂ©gislatives du 30 juin. Une dĂ©claration immĂ©diatement saluĂ©e par Marine le Pen comme un « choix courageux ».

PUBLICITÉ

SĂ©isme Ă  droite : le prĂ©sident des RĂ©publicains, Eric Ciotti, a annoncĂ© sa volontĂ© de bâtir une alliance avec le RN pour les lĂ©gislatives. Le prĂ©sident des RĂ©publicains, qui a reconnu avoir Ă©changĂ© avec Jordan Bardella et Marine Le Pen, dit avoir conclu avec l’extrĂŞme droite « un accord qui concernera tout le territoire national ». Objectif affichĂ© : que « tous » les 61 dĂ©putĂ©s sortants de son groupe puissent ĂŞtre rĂ©Ă©lus afin de peser dans la prochaine AssemblĂ©e nationale. Marine Le Pen a dans la foulĂ©e saluĂ© le « choix courageux » d’Eric Ciotti ainsi que son « sens des responsabilitĂ©s »

Plusieurs ténors de droite opposés à un accord avec le RN

En acceptant la main tendue par l’extrĂŞme droite, le prĂ©sident de LR a crĂ©Ă© la surprise au sein mĂŞme de sa formation. * »Je crois Ă  la politique qui est faite dans la clartĂ©, en dĂ©fendant ses idĂ©es: parfois on convainc, parfois on ne convainc pas, mais on ne trahit jamais »***, a dĂ©clarĂ© mardi Laurent Wauquiez** après l’appel d’Eric Ciotti de nouer une alliance entre LR et le RN. « Je vois tous ceux qui sont en train de s’agiter pour faire des coalitions, pour faire des alliances, pour faire des petites combinaisons. Je le dis tout de suite: je n’y crois pas », a ajoutĂ© l’ancien patron de LR lors d’une confĂ©rence de presse Ă  Yssingeaux (Haute-Loire), alors que la plupart des figures du parti gaulliste ont dĂ©savouĂ© la prise de position de leur prĂ©sident.

MĂŞme rĂ©action pour ValĂ©rie PĂ©cresse, candidate LR lors de la dernière prĂ©sidentielle. « Je n’accepterai jamais aucune compromission avec les extrĂŞmes, dont j’ai la conviction qu’ils amèneront la France Ă  la faillite et au chaos ». Xavier Bertrand avait Ă©galement lancĂ© un avertissement sur franceino : « jamais les extrĂŞmes ».

Bruno Retailleau, prĂ©sident du groupe LR au SĂ©nat, s’exprime lors d’un point-presse après l’annonce d’Eric Ciotti : « Les RĂ©publicains ne feront jamais d’alliance avec le Rassemblement national. Nous avons des divergences idĂ©ologiques profondes et nous devons prĂ©server notre indĂ©pendance et notre intĂ©gritĂ©. »Eric Ciotti « a menti » Ă  son parti, dĂ©nonce Bruno Retailleau en confĂ©rence de presse.« Tout cela a Ă©tĂ© mĂ»rement rĂ©flĂ©chi et mĂ»rement camouflĂ©, c’est un manque de loyautĂ©, un manque de droiture », poursuit ce cadre de la droite. (…) Le spectacle que nous donnons est sans doute un spectacle qui attriste nos compatriotes. »

Le prĂ©sident du SĂ©nat GĂ©rard Larcher a assurĂ© mardi devant les sĂ©nateurs Les RĂ©publicains qu’il « n’avalisera jamais » un accord avec le Rassemblement national, prĂ´nĂ© par le patron de LR Eric Ciotti aux lĂ©gislatives.

« Je n’avaliserai jamais, sous aucun prĂ©texte, un accord avec le RN contraire Ă  l’intĂ©rĂŞt de la France et Ă  notre histoire », a lancĂ© le prĂ©sident de la Haute assemblĂ©e Ă  ses troupes, avant de demander Ă  Eric Ciotti dans un message sur X de quitter la prĂ©sidence de LR.

De son côté, Eric Ciotti refuse de démissionner de la présidence des Républicains, a-t-il fait savoir à la presse.

En parallèle, deux influents sĂ©nateurs, la vice-prĂ©sidente Sophie Primas et le rapporteur gĂ©nĂ©ral du Budget Jean-François Husson, ont annoncĂ© qu’ils quittaient le parti gaulliste après que le patron du parti Eric Ciotti a prĂ´nĂ© « une alliance » avec le Rassemblement national.

« Une alliance avec le RN aux lĂ©gislatives, c’est bien sĂ»r sans moi ! Je quitte Les RĂ©publicains et continue le combat avec le soutien unanime du groupe de GĂ©rard Larcher [prĂ©sident du SĂ©nat] et Bruno Retailleau [chef des sĂ©nateurs LR] », a Ă©crit Jean-François Husson sur X, tandis que Sophie Primas, vice-prĂ©sidente de la chambre haute, a affirmĂ© sur le mĂŞme rĂ©seau social qu’elle faisait ce choix « à contrecĹ“ur », appelant la droite Ă  « se reconstruire ».

Le prĂ©sident des Jeunes RĂ©publicains, Guilhem Carayon, est l’un des rares LR Ă  afficher son soutien Ă  Eric Ciotti.« Avec Eric Ciotti et des milliers de militants LR, nous faisons le choix du courage et du bon sens. Un choix approuvĂ© par des millions de Français. Il faut Ă©couter le peuple qui n’en peut plus de la politique de Monsieur Macron », a-t-il dĂ©clarĂ© au Journal du dimanche.

De son cĂ´tĂ©, la tĂŞte de liste LR aux europĂ©ennes, François-Xavier Bellamy, a publiĂ© un communiquĂ©. Il estime qu’un accord LR-RN « serait contre-productif : il accomplirait en effet ce dont rĂŞve Emmanuel Macron depuis toujours, qui veut faire croire que rien n’existe entre lui et le RN.J’ai combattu ce faux duel pendant des annĂ©es. Je crois Ă  un dĂ©bat clair », Ă©crit-il, rompant, lui aussi, avec la position d’Eric Ciotti.

Un « choix courageux » selon plusieurs membres du Rassemblement national

CĂ´tĂ© RN, cette dĂ©claration a Ă©tĂ© bien acceuillie. « L’union fait la France », lance Jordan Bardella, tĂŞte de liste du Rassemblement national, qui se rĂ©jouit de cette union, « pour lutter contre le chaos migratoire, rĂ©tablir l’autoritĂ© et l’ordre ».

« Je me rĂ©jouis qu’il y ait un accord des patriotes, des LR, du Rassemblement national. D’autres viendront demain, je l’espère, de tous les horizons parce qu’il y a une urgence Ă  sauver notre pays ». InterrogĂ© sur franceinfo, *le dĂ©putĂ© RN de Moselle Laurent Jacobelli estime que, « malgrĂ© des diffĂ©rends », « il y a un socle, une base identique » entre le Rassemblement national et Eric Ciotti.*

Marine Le Pen a elle aussi saluĂ© « le choix courageux » et « le sens des responsabilitĂ©s » d’Éric Ciotti et a dit espĂ©rer « qu’un nombre consĂ©quent de cadres LR le suivent », après que le patron du parti de droite a prĂ´nĂ© « une alliance » avec le RN. « Quarante ans d’un pseudo cordon sanitaire, qui a fait perdre beaucoup d’Ă©lections, est en train de disparaĂ®tre », a fait valoir la patronne des dĂ©putĂ©s Rassemblement national Ă  l’AssemblĂ©e nationale.

L’annonce d’Eric Ciotti vivement critiquĂ©e par le gouvernement et la Gauche

La dĂ©claration d’Éric Ciotti a Ă©galement provoquĂ© une avalanche de rĂ©actions outrĂ©es au sein du gouvernement et des partis de gauche.

L’ex-Première ministre Elisabeth Borne commente elle sur les rĂ©seaux sociaux: « dans cette pĂ©riode cruciale de notre histoire, certains perdent leurs repères et ne sont pas Ă  la hauteur du moment. »

« Offrir à Le Pen le parti du général de Gaulle sur un plateau d’argent, la honte a désormais un nom », affirme de son côté le garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti.

Le ministre de l’IntĂ©rieur, GĂ©rald Darmanin, estime qu’Eric Ciotti « signe les accords de Munich et enfonce dans le dĂ©shonneur la famille gaulliste ».

PUBLICITÉ

« Honte à vous ! », a lancé la députée écologiste Sandrine Rousseau au patron des Républicains Eric Ciotti, qui répondait à la presse devant le siège de son parti.« Vous ne méritez pas le nom qui est inscrit sur votre façade », a-t-elle ajouté, en référence au logo du parti Les Républicains.

Alors qu’il vient d’appeler l’ensemble des responsables des partis de gauche Ă  s’unir en vue des lĂ©gislatives du 30 juin et du 7 juillet, *le dĂ©putĂ© LFI de la Somme François Ruffin a qualifiĂ© Erici Ciotti de « rĂ©fugiĂ© politique du RN ».* « Il est pour la retraite Ă  64 ans, pour les coupes drastiques dans le budget de l’hĂ´pital, pour les privilèges fiscaux des plus riches » a t’il ajoutĂ©.

« Avec le ralliement de LR d’Éric Ciotti au RN, après le ralliement de la nièce de Marine Le Pen, on est dans la situation oĂą l’hypothèse d’une victoire avec une majoritĂ© absolue pour l’extrĂŞme droite devient parfaitement crĂ©dible », s’est inquiĂ©tĂ© Olivier Faure au micro. Le premier secrĂ©taire du Parti Socialiste Ă©tait venu devant ses troupes au SĂ©nat, prĂ©senter les avancements des nĂ©gociations qui ont Ă©tĂ© enclenchĂ©es hier soir entre les partis de gauche, en vue de la constitution d’un nouveau « front populaire ».

Bouton retour en haut de la page
Fermer