EURONEWS 🔵 6 000 personnes ont marchĂ© pour commĂ©morer le massacre de Srebrenica – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

EURONEWS 🔵 6 000 personnes ont marché pour commémorer le massacre de Srebrenica

6 000 personnes, hommes femmes et enfants ont marché pendant 3 jours pour atteindre Potocari, la ville où se situe le mémorial pour le massacre de Srebrenica.

PUBLICITÉ

Après trois jours de marche, environ 6 000 personnes sont arrivées à Potocari , en Bosnie Herzégovine, la ville où se situe le Mémorial du génocide de Srebrenica.

Ils ont emprunté le même chemin que beaucoup de bosniaques ont arpenté il y a presque 30 ans, pour fuir la guerre qui faisait rage.

Parmi eux, des enfants de combattants et civils de Srebrenica, entrant bras dessus, bras dessous, tout comme le firent leurs pères il y a 29 ans.

Le 11 juillet 1995, l’enclave de Srebrenica tombait aux mains des forces serbes de Bosnie dirigĂ©es par le gĂ©nĂ©ral Ratko Mladić.

C’Ă©tait le dĂ©but du plus grand massacre de civils depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. 8 372 hommes et adolescents bosniaques, musulmans, Ă©taient arrĂŞtĂ©s puis exĂ©cutĂ©s avant d’ĂŞtre ensevelis dans des fosses communes.

Hommage Ă©galement Ă  Belgrade

Dans le mĂŞme temps dans la capitale serbe, quelques dizaines de militants des droits de l’homme ont commĂ©morĂ© l’anniversaire du massacre.

Sur des banderoles ont pouvait lire, « SolidaritĂ© – Nous n’oublierons jamais le gĂ©nocide de Srebrenica » mais aussi DĂ©clarez ! DĂ©clarez ! DĂ©clarez ! Un message destinĂ© aux autoritĂ©s serbes qui refusent de parler de « gĂ©nocide » considĂ©rant que ce terme stigmatise l’ensemble du peuple serbe.

Belgrade refuse Ă©galement l’instauration d’une JournĂ©e internationale de commĂ©moration et ce malgrĂ© un rĂ©cent vote Ă  l’ONU , qui a adoptĂ© une rĂ©solution en mai dernier.

Les survivants et les proches des victimes avaient saluĂ© cette dĂ©cision de l’ONU de faire du 11 juillet une journĂ©e de commĂ©moration, alors que les Serbes avaient estimĂ© de leur cĂ´tĂ©, que ce choix allait compliquer davantage les tentatives de rĂ©conciliation des diffĂ©rentes minoritĂ©s qui composent la Bosnie-HerzĂ©govine.

Bouton retour en haut de la page
Fermer