CLUBIC 🔵 Test OPPO Reno12 Pro : une autonomie stellaire et un design rĂ©ussi – Shango Media
HighTech-FRNews-FRONT-FR

CLUBIC 🔵 Test OPPO Reno12 Pro : une autonomie stellaire et un design réussi

CLUBIC 🔵 Test OPPO Reno12 Pro : une autonomie stellaire et un design réussi

C’est l’une des surprises de l’Ă©tĂ© : OPPO est de retour aux affaires ! Après un hiatus de plus d’un an qui n’augurait rien de très bon pour la marque chinoise, le fabricant de smartphones se repositionne en France avec sa dernière gamme Reno12.

Une nouvelle gamme au sommet de laquelle trĂ´ne Ă©videmment le Reno12 Pro, qui aura fort Ă  faire pour se tailler une place suffisamment large sur un segment du milieu de gamme plus bouchĂ© qu’il ne l’a jamais Ă©tĂ©. Voyons ce qu’il a dans le ventre !

OPPO Reno12 Pro

7 /10

OPPO Reno12 Pro

Meilleurs prix

Amazon

528,94 €

Fnac

441,11 €
Les plus
  • Autonomie redoutable
  • Design rĂ©ussi
  • La prestation photo globale
  • Logiciel agrĂ©able
Les moins
  • Performances un peu justes
  • L’ultra grand-angle mĂ©diocre
  • Rapport qualitĂ©-prix discutable
  • Beaucoup d’applis prĂ©installĂ©es
Lire la conclusion

Test réalisé sur un smartphone prêté par le constructeur.

Fiche technique OPPO Reno12 Pro

Résumé

Taille de l’Ă©cran6.7 pouces
Taux de rafraîchissement120Hz
MĂ©moire interne512 Go
MĂ©moire vive (RAM)12 Go
Capacité de la batterie5000 mAh
Charge rapideOui
Définition du / des capteur(s) arrière50 Mpx ; 8 Mpx ; 50 Mpx

Caractéristiques techniques

Système d’exploitationAndroid
Version du système d’exploitation14
Surcouche AndroidColorOS 14.1

Affichage

Taille de l’Ă©cran6.7 pouces
Type d’Ă©cranAMOLED
DĂ©finition de l’Ă©cran2412 x 1080 pixels
Taux de rafraîchissement120Hz
Densité de pixels394 ppp
Écran HDROui

MĂ©moire

MĂ©moire interne512 Go

Performance

ProcesseurDimensity 7300-Energy
Finesse de gravure4nm
Nombre de cœurs CPU8 cœurs
Fréquence CPU2.5GHz
GPUMali-G615
MĂ©moire vive (RAM)12 Go

Batterie

Capacité de la batterie5000 mAh
Recharge sans-filNon
Charge rapideOui
Puissance de la charge rapide80W

Appareil Photo

Nombre de caméras (avant & arrière)4
Définition du / des capteur(s) arrière50 Mpx ; 8 Mpx ; 50 Mpx
DĂ©finition du / des capteur(s) avant50 Mpx
Enregistrement vidéo4K30 ; 1080p60
Ouverture objectif photo arrièresƒ/1.8 ; ƒ/2.2 ; ƒ/2.0
Ouverture objectif photo frontauxĆ’/2.0
Zoom Optique2x

RĂ©seau

Carte(s) SIM compatible(s)Nano-SIM
Compatible double SIMOui
Compatible 5GOui
Compatible VoLTEOui

Connectivité

Wi-Fi6
Bluetooth5.4

Equipement

Type de connecteurUSB-C
Lecteur biométrique à empreinte digitaleOui

Caractéristiques physiques

Hauteur161.45mm
Largeur74.79mm
Epaisseur7.4mm
Poids180g
Certification IPNon
Indice de réparabilité7.5/10

Design : un smartphone fin et élégant

Il ne faut pas s’attendre Ă  une rĂ©volution cĂ´tĂ© design. Le Reno12 Pro adopte une esthĂ©tique très conventionnelle et abandonne mĂŞme le petit grain de folie qu’il avait su dĂ©ployer sur ses prĂ©cĂ©dents modèles en ce qui concerne la disposition de ses camĂ©ras. Le smartphone dernière gĂ©nĂ©ration d’OPPO mise sur une disposition verticale qui Ă©voque certains Redmi ou le Samsung Galaxy A55.

Par chance, la marque nous a gentiment fourni le modèle « argent aurore Â», aux teintes lilas fort agrĂ©ables Ă  l’Ĺ“il. Mais ne vous laissez pas avoir par sa jolie robe, l’OPPO Reno12 Pro est conçu dans un plastique qui ne respire pas vraiment la soliditĂ© et le haut de gamme. Cela lui confère toutefois une lĂ©gèretĂ© de 180 grammes apprĂ©ciable Ă  l’usage.

Le Reno12 Pro est léger, mais semble peu solide © Pierre Crochart pour Clubic
Le Reno12 Pro est léger, mais semble peu solide © Pierre Crochart pour Clubic

Petite originalitĂ© : l’Ă©cran du smartphone (de 6,7 pouces) est très lĂ©gèrement incurvĂ© sur ses quatre cĂ´tĂ©s. C’est lĂ  une coquetterie esthĂ©tique seulement, nous ne sommes pas face Ă  l’un de ces smartphones « edge Â» de la dernière dĂ©cennie. L’Ă©cran est protĂ©gĂ© par un verre Gorilla Glass Victus 2, rĂ©putĂ© pour sa haute rĂ©sistance. Par ailleurs, le Reno12 Pro est certifiĂ© IP65, et peut donc rĂ©sister aux poussières et Ă©claboussures accidentelles.

Le Reno12 Pro est certifié IP65 © Pierre Crochart pour Clubic

Rien Ă  redire sur les boutons, nous sommes encore une fois face Ă  un classicisme absolu. Aussi, le smartphone ne compte qu’un seul haut-parleur, et celui-ci n’est vraiment pas extraordinaire. Son volume en particulier est très faible et oblige Ă  le monter Ă  plus de 50 % pour entendre correctement ce que l’on souhaite Ă©couter. Sans grande surprise, les basses y sont aussi absentes, mais c’est plus attendu.

Le son n’est pas incroyable sur ce modèle © Pierre Crochart pour Clubic

Écran : une dalle lumineuse, mais un peu froide

Avec son Ă©cran AMOLED 120 Hz gĂ©nĂ©reux, le dernier-nĂ© d’OPPO coche toutes les bonnes cases. D’autant que sa grande luminositĂ©, annoncĂ©e Ă  1 200 nits en pic, est idĂ©ale pour la lecture en plein soleil. MalgrĂ© tout, on trouve quelques petites ratures sur la copie.

En effet, OPPO se contente d’une dĂ©finition Full HD (1080p) lĂ  oĂą la concurrence (chez Redmi notamment) est passĂ©e Ă  une rĂ©solution lĂ©gèrement rehaussĂ©e de 1220p. On perd donc un peu en finesse d’affichage, mĂŞme s’il n’y a que nous autres, Ă©normes nerds, pour remarquer pareil dĂ©tail.

La définition est correcte, mais OPPO pourrait faire mieux © Pierre Crochart pour Clubic

Plus remarquable en revanche, la balance des blancs du smartphone en sortie de boĂ®te est un peu trop froide Ă  notre goĂ»t. Les blancs tirent vers le bleu, un trait commun sur les produits d’entrĂ©e et de milieu de gamme. On peut heureusement corriger le tir en optant pour le mode d’affichage « cinĂ©matique Â» ou en jouant avec la roue chromatique dans les rĂ©glages du tĂ©lĂ©phone.

Il faut rĂ©gler la balance des blancs dès le dĂ©but de l’utilisation © Pierre Crochart pour Clubic

On trouve Ă©galement une option permettant de faire varier la balance des blancs automatiquement en fonction de la luminositĂ© ambiante, comme sur iPhone et d’autres smartphones. Malheureusement, cette fonctionnalitĂ© est assez peu rĂ©active et ne donne pas des rĂ©sultats renversants pour apaiser nos yeux endoloris.

Performances : on fait la moue

C’est peut-ĂŞtre le point qui nous a le plus déçus lors de notre semaine passĂ©e avec l’OPPO Reno12 Pro. Les performances, assurĂ©es par la puce MediaTek Dimensity 7300 Energy, nous ont semblĂ© bien pauvres par rapport au prix demandĂ© par le fabricant chinois pour son smartphone de milieu de gamme.

Les performances de la puce sont loin d’ĂŞtre incroyables © Pierre Crochart pour Clubic

Ă€ l’heure oĂą l’on trouve des smartphones Ă©quipĂ©s d’une puce de flagship sous les 600 euros (le Pixel 8a ou le POCO F6 Pro de Xiaomi), le contraste fait tache. Si la vitesse de navigation n’est pas honteuse, on n’est clairement pas face Ă  un foudre de guerre non plus. Le lancement des applications n’est pas tout Ă  fait instantanĂ©, et l’utilisation simultanĂ©e de plusieurs applis occasionne parfois quelques ralentissements, notamment lorsqu’on visionne une vidĂ©o ou que l’on Ă©coute un podcast pendant qu’on veut prendre une photo.

Le Reno12 Pro permet de jouer, mais il n’est pas exceptionnel pour autant © Pierre Crochart pour Clubic

Côté GPU, on ne saute pas non plus au plafond. Si le Mali-G615 MC2 permet de lancer les derniers jeux sans problème (notamment le récent Zenless Zone Zero, du studio qui a réalisé Genshin Impact), on est loin de pouvoir pousser les graphismes au maximum. Il faudra se contenter de 60 ips à peu près stables en qualité moyenne. Pas honteux, encore une fois, mais on a vu bien mieux.

Interface : une UI chargée qui ne manque de rien

L’OPPO Reno12 Pro tourne sous Android 14 grâce Ă  la surcouche ColorOS 14.1. L’interface est personnalisable, plutĂ´t agrĂ©able Ă  l’Ĺ“il, et propose de nombreuses fonctionnalitĂ©s apprĂ©ciables (le Zen Space, O Relax).

L’interface est agrĂ©able Ă  explorer © Pierre Crochart pour Clubic

Mais comme souvent, cette impression est vite minĂ©e par la prĂ©sence d’une bonne quinzaine d’applications prĂ©installĂ©es qui tiennent plus de la publicitĂ© masquĂ©e que d’autre chose. Des jeux inconnus au bataillon, des e-shops douteux… OPPO filoute d’ailleurs en empĂŞchant de les dĂ©sinstaller depuis l’Ă©cran d’accueil (on peut simplement les « supprimer Â»). Il faut se rendre dans le menu consacrĂ© aux applications pour les dĂ©sinstaller manuellement.

L’IA embarquĂ©e est loin d’ĂŞtre exceptionnelle © Pierre Crochart pour Clubic

C’est Ă©crit partout sur la boĂ®te du produit : l’OPPO Reno12 Pro propose quelques fonctionnalitĂ©s IA. Vous l’imaginez, au vu des piètres performances du SoC, il s’agit ici de features cloud, que l’on a par ailleurs dĂ©jĂ  vues chez d’autres fabricants (Samsung et Google essentiellement). Il s’agira de retranscrire et de rĂ©sumer des enregistrements de dictaphone et de retoucher des photos. Concernant ce dernier point, la fonctionnalitĂ© d’effacement d’Ă©lĂ©ments importuns est assez efficace, mĂŞme s’il ne faut pas ĂŞtre trop regardant selon les scĂ©narios.

© Pierre Crochart pour Clubic

© Pierre Crochart pour Clubic

Enfin, Ă  l’inĂ©vitable question du suivi de mises Ă  jour, OPPO annonce trois mises Ă  jour majeures d’Android (jusqu’Ă  Android 17 donc) et quatre ans de patchs de sĂ©curitĂ©. PlutĂ´t correct pour du milieu de gamme.

Appareil photo : une prestation en demi-teinte

Voici la configuration photo de l’OPPO Reno12 Pro :

  • Grand-angle : 50 Mpx ; 1/1,95 pouce ; Ć’/1.8 ; OIS ;
  • Ultra grand-angle : 8 Mpx ; 1/4.0 pouce ; Ć’/2.2 ;
  • TĂ©lĂ©objectif 2x : 50 Mpx ; 1/2,75 pouces ; PDAF ;
  • Selfie : 50 Mpx ; 1/2,75 pouces ; Ć’/2.0.
Les objectifs du Reno12 Pro © Pierre Crochart pour Clubic

Grand-angle

La camĂ©ra principale de l’OPPO Reno12 Pro est de loin son meilleur atout. MĂŞme si, a priori, ses caractĂ©ristiques ne sortent pas particulièrement du lot (on a vu des capteurs bien plus grands rĂ©cemment), le rendu n’est pas vilain pour un sou. Alors, oui, le traitement numĂ©rique est peut-ĂŞtre un peu agressif. Les clichĂ©s sont très chaleureux, trop sans doute, mais il est indĂ©niable que nos photos ressortent un peu plus belles que la rĂ©alitĂ©. Et est-ce qu’on n’a pas besoin de ça de nos jours, finalement ?

© Pierre Crochart pour Clubic

© Pierre Crochart pour Clubic

© Pierre Crochart pour Clubic

Mais force est de constater que le piquĂ© est Ă  l’avenant. Les images sont assez dĂ©taillĂ©es, et l’exposition Ă©quilibrĂ©e. En bref, nous avons affaire Ă  une bonne prestation globale.

Ultra grand-angle

« Une bonne prestation globale Â» n’est cependant pas une phrase que nous rĂ©utiliserons en parlant de l’ultra grand-angle du Reno12 Pro. IncomprĂ©hensible, affreux, inutile sont des termes qui conviennent mieux Ă  l’impression que nous laisse ce capteur secondaire. Quand on observe la diffĂ©rence de qualitĂ© entre l’ultrawide et le grand-angle, on en vient Ă  se demander pourquoi OPPO a mĂŞme pris la peine d’intĂ©grer ce capteur que personne de sensĂ© n’utilisera jamais.

© Pierre Crochart pour Clubic

© Pierre Crochart pour Clubic

© Pierre Crochart pour Clubic

© Pierre Crochart pour Clubic

Le gain de champ de vision est bien trop pauvre pour justifier une telle perte de qualitĂ©. L’image est brouillonne, les couleurs fades, baveuses. MĂŞme en plein jour, les clichĂ©s sont bruitĂ©s. N’allons pas plus loin : il est Ă  fuir.

Téléobjectif et zoom

LĂ  oĂą le Reno12 Pro dĂ©tonne, c’est dans l’adoption d’une troisième camĂ©ra surmontĂ©e d’un tĂ©lĂ©objectif. Une raretĂ© sur le milieu de gamme.

Zoom 2x
Zoom 2x

© Pierre Crochart pour Clubic

Depuis que la rĂ©solution des capteurs dĂ©passe rĂ©gulièrement les 50 mĂ©gapixels, bon nombre de constructeurs proposent un grossissement numĂ©rique 2x offrant de très bons rĂ©sultats. Ici, la diffĂ©rence est qu’il s’agit d’un zoom optique, donc de meilleure qualitĂ©. C’est vrai, l’image est de très belle facture, mĂŞme si le traitement numĂ©rique est encore plus gĂ©nĂ©reux sur la tempĂ©rature.

Zoom 2x / 5x © Pierre Crochart pour Clubic

Zoom 5x / 30x © Pierre Crochart pour Clubic

L’interface de l’application photo permet d’accĂ©der en un clic Ă  un zoom numĂ©rique 5x. Lui aussi donne des rĂ©sultats intĂ©ressants, mĂŞme si l’on remarque vite une inĂ©vitable perte de qualitĂ© et des textures un peu plus brouillonnes. Enfin, le smartphone offre aussi la possibilitĂ© de pousser jusqu’Ă  un zoom numĂ©rique 30x, lequel dĂ©grade encore plus l’image.

Zoom 2x © Pierre Crochart pour Clubic

Zoom 5x/30x © Pierre Crochart pour Clubic

Photos de nuit

Comme d’habitude, la prestation photo de nuit n’est que le reflet des qualitĂ©s et des dĂ©fauts d’un capteur en plein jour. Sans grande surprise, le grand-angle surnage, le tĂ©lĂ©photo rend une copie dans la moyenne… et l’ultrawide est six pieds sous terre.

Ultrawide
Grand-angle
Zoom
Ultrawide
Grand-angle
Zoom

© Pierre Crochart pour Clubic

Portraits et selfies

OPPO vante les capacitĂ©s en portrait de son Reno12 Pro, et cela n’est pas usurpĂ©. Grâce Ă  la grande rĂ©solution de ses diffĂ©rents capteurs (mĂŞme celui Ă  l’avant propose 50 mĂ©gapixels), il est en mesure d’afficher les trognes dans leur plus belle imperfection. Blague Ă  part, le dĂ©tourage est de qualitĂ©, le flou assez raisonnable par dĂ©faut (et de toute façon rĂ©glable), et la carnation plutĂ´t respectĂ©e.

© Pierre Crochart pour Clubic

Mais le Reno12 Pro n’est pas un smartphone qui aime le mouvement. Si vous voulez faire un joli portrait, assurez-vous que le sujet est parfaitement immobile. Tenter de capturer le quart d’heure de folie d’un chat est tout bonnement impossible, toutes les photos seront floues. La faute Ă  un SoC qui, encore une fois, dĂ©veloppe des performances en deçà de nos attentes.

© Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

© Pierre Crochart pour Clubic

Le capteur avant, lui, fait parfaitement son travail. On notera cependant une grosse diffĂ©rence de traitement d’image entre une photo classique et un portrait. Le clichĂ© est, encore une fois, rĂ©chauffĂ©, et les traits lissĂ©s avec une certaine exagĂ©ration. Plus qu’avec le capteur grand-angle Ă  l’arrière. Étonnant.

© Pierre Crochart pour Clubic

Vidéo

En vidĂ©o, l’OPPO Reno12 Pro se dĂ©brouille sans nous dĂ©crocher la mâchoire. Plafonnant en 4K Ă  30 images par seconde, il profite heureusement d’une stabilisation optique correcte. L’image, elle, n’est pas renversante, mais permettra de conserver quelques souvenirs Ă  la volĂ©e.

Pour des fichiers plus fluides, il faut abaisser la rĂ©solution Ă  du 1080p, qui dĂ©grade d’autant plus la qualitĂ© de l’image. Un genre de compromission qu’on aimerait ne plus faire, en 2024, sur un tĂ©lĂ©phone Ă  presque 600 euros.

Enfin, pour offrir une chute Ă  la hauteur de la blague qu’est le module ultra grand-angle, sachez que ce dernier ne permet de filmer qu’en 720p… Ă  30 images par seconde. Alors, c’est comment 2014 ?

Autonomie : du jamais-vu

Si le SoC embarquĂ© dans l’OPPO Reno12 Pro ne paie pas de mine cĂ´tĂ© performances, on sait pourquoi MediaTek a choisi d’y apposer la particule « Energy Â». C’est simple : cela fait des annĂ©es que l’on n’a pas testĂ© un smartphone aussi endurant. Pendant la semaine que nous avons passĂ©e avec le tĂ©lĂ©phone, il n’a Ă©tĂ© rechargĂ© que trois fois.

© Pierre Crochart pour Clubic

Très concrètement, nous avons Ă©tĂ© en mesure d’accumuler trois jours d’utilisation sur le Reno12 Pro. Sur un week-end, certes, oĂą notre utilisation du smartphone Ă©tait un peu rĂ©duite. Mais mĂŞme si vous ĂŞtes du genre bourrin avec votre mobile, il est quasiment impossible de venir Ă  bout de la batterie en une journĂ©e seulement. Cette autonomie stratosphĂ©rique s’illustre encore dans le test d’endurance de PCMark, qui Ă©tablit pas loin d’un record avec 19 h 51 pour passer de 100 Ă  20 % de batterie.

CĂ´tĂ© recharge, si vous ĂŞtes correctement Ă©quipĂ©, le Reno12 Pro propose Ă©galement une vitesse très rapide. D’après le fabricant, avec un chargeur de 80 watts, on passe de 0 Ă  100 % en 46 minutes chrono. Avec notre chargeur de 65 watts, cela nous a pris environ 55 minutes. C’est correct, mĂŞme si la concurrence fait parfois mieux.

OPPO Reno12 Pro : prix, disponibilité et concurrence

L’OPPO Reno12 Pro est dĂ©jĂ  disponible dans les coloris violet (testĂ©) et noir, dans une unique configuration incluant 12 Go de RAM et 512 Go de stockage interne. Il est proposĂ© Ă  549 euros.

Ce prix, assez commun pour des smartphones de milieu de gamme, vous fera donc hésiter avec le Pixel 8a de Google, le Galaxy A55 de Samsung, ou encore le Xiaomi Redmi Note 13 Pro+.

OPPO Reno12 Pro : l’avis de Clubic

Conclusion
Note générale
7 / 10

Si l’on peut se rĂ©jouir du retour d’OPPO sur le marchĂ© français, ce Reno12 Pro laisse comme un petit goĂ»t d’inachevĂ©, de trop peu. Reprenant exactement lĂ  oĂą il s’Ă©tait arrĂŞtĂ©, le fabricant a comme oubliĂ© de prendre en compte que, dans l’intervalle, la concurrence n’a pas mĂ©nagĂ© ses efforts pour proposer des produits toujours plus impressionnants Ă  des tarifs autrement plus allĂ©chants.

Le problème du Reno12 Pro ? Essentiellement son prix. Le smartphone est bon, excellent mĂŞme si l’on n’en a que pour l’autonomie, mais pas pour 550 euros. En cause, des performances insuffisantes et un ultra grand-angle en tout point honteux en 2024. Heureusement, la partie photo est bien rattrapĂ©e au vol par une camĂ©ra principale honorable et un tĂ©lĂ©objectif qui, bien que limitĂ©, permet de s’amuser en variant les plaisirs.

Une reprise en douceur pour le constructeur chinois donc, qui va devoir se remonter les manches pour se montrer Ă  la hauteur de sa rĂ©putation d’excellence. Ă€ charge de revanche ?

Les plus
  • Autonomie redoutable
  • Design rĂ©ussi
  • La prestation photo globale
  • Logiciel agrĂ©able
Les moins
  • Performances un peu justes
  • L’ultra grand-angle mĂ©diocre
  • Rapport qualitĂ©-prix discutable
  • Beaucoup d’applis prĂ©installĂ©es
Sous-notes
Design et construction

7

Écran

7

Performances

6

Autonomie et charge

9

Photo et vidéo

8

Logiciel et mises Ă  jour

7

Meilleurs prix

Amazon

528,94 €

Voir l’offre
528,94 €

Fnac

441,11 €

Voir l’offre
441,11 €
Bouton retour en haut de la page
Fermer