CLUBIC đŸ”” Mme Zelensky au volant d’une Bugatti achetĂ©e par les US, une des nombreuses fakes news gĂ©nĂ©rĂ©es par les IA russes en top position des recherches Google – Shango Media
HighTech-FRNews-FRONT-FR

CLUBIC đŸ”” Mme Zelensky au volant d’une Bugatti achetĂ©e par les US, une des nombreuses fakes news gĂ©nĂ©rĂ©es par les IA russes en top position des recherches Google

CLUBIC đŸ”” Mme Zelensky au volant d’une Bugatti achetĂ©e par les US, une des nombreuses fakes news gĂ©nĂ©rĂ©es par les IA russes en top position des recherches Google
L'IA pro-russe fait des ravages avec ses fake news © Panchenko Vladimir / Shutterstock
L’IA pro-russe fait des ravages avec ses fake news © Panchenko Vladimir / Shutterstock

Une fausse nouvelle affirmant que l’Ă©pouse du prĂ©sident ukrainien avait achetĂ© une Bugatti Ă  4,8 millions de dollars avec l’aide amĂ©ricaine s’est propagĂ©e rapidement sur Internet. Cette fake news provient d’un rĂ©seau de sites web russes utilisant l’IA pour gĂ©nĂ©rer du contenu trompeur dans le but d’influencer l’opinion publique occidentale.

Lorsque la politique et la fiction se rejoignent sur le Web, on assiste alors Ă  ce qu’Internet peut nous livrer de pire : les fake news. L’une d’entre elles, mĂȘlant malgrĂ© elle l’Ă©pouse du prĂ©sident ukrainien Volodymyr Zelensky, Olena Zelenska, qui aurait achetĂ© une Bugatti Ă  4,8 millions de dollars avec l’aide amĂ©ricaine, secoue la torpeur de juillet 2024.

En moins de 24 heures, cette info bidon s’est hissĂ©e en tĂȘte des rĂ©sultats Google. DerriĂšre ce coup d’Ă©clat se cache un rĂ©seau russe bien rodĂ©. Des dizaines de sites dopĂ©s Ă  l’IA inondent Internet de propagande pro-Kremlin. Leur cible ? Les Ă©lections amĂ©ricaines de novembre. Voici comment cette fake news a rĂ©ussi Ă  tromper les algorithmes de Google, l’arbre qui cache la forĂȘt d’une opĂ©ration de dĂ©sinformation Ă  grande Ă©chelle.

Une fausse nouvelle propulsée au sommet des recherches Google

L’histoire de la Bugatti de Mme Zelensky a connu une ascension fulgurante dans les rĂ©sultats de recherche. C’est un article publiĂ© sur un obscur site français nommĂ© VĂ©ritĂ© CachĂ©e qui a mis le feu aux poudres. Le texte prĂ©tendait que l’Ă©pouse du prĂ©sident ukrainien avait achetĂ© une Bugatti Tourbillon Ă  4,8 millions de dollars lors d’une visite Ă  Paris.

Comme toutes les fake news, la nouvelle a fait tache d’huile sur la Toile. Des dizaines de mĂ©dias russes l’ont reprise, citant VĂ©ritĂ© CachĂ©e comme source. De nombreuses chaĂźnes Telegram pro-Kremlin ont relayĂ© l’information Ă  leurs millions d’abonnĂ©s. Sur X.com, des comptes influents pro-russes et pro-Trump ont amplifiĂ© la rumeur. Jackson Hinkle, un troll comptant 2,6 millions d’abonnĂ©s, a notamment accusĂ© les contribuables amĂ©ricains d’avoir financĂ© cet achat luxueux. Plus c’est gros, plus ça passe. Et le dĂ©menti de Bugatti, publiĂ© sur le compte Instagram de la marque, n’y a rien fait. La fake news est lancĂ©e, et rien ne peut alors l’arrĂȘter.

Rapidement, des sites anglophones ont commencĂ© Ă  reprendre l’histoire, s’appuyant sur ces publications virales. MSN, l’agrĂ©gateur d’actualitĂ©s de Microsoft, a mĂȘme republiĂ© un article citant ces « rumeurs Â» douteuses. En l’espace de 24 heures, une recherche « Zelensky Bugatti Â» sur Google renvoyait vers ces contenus trompeurs en premiĂšre position.

Il aura donc suffi d’une campagne de dĂ©sinformation savamment orchestrĂ©e pour enfumer les algorithmes des moteurs de recherche et des rĂ©seaux sociaux. En privilĂ©giant l’engagement et la viralitĂ©, ils ont amplifiĂ© une fake news en s’asseyant sur la vĂ©rification. Triste constat, mais pas nouveau. En 2018, une Ă©tude rĂ©vĂ©lait qu’une fake news voyageait six fois plus vite qu’une information vĂ©rifiĂ©e.

Mme Zelensky n'a pas achetĂ© une Bugatti Tourbillon avec l'argent des États-Unis. C'est une fake news gĂ©nĂ©rĂ©e par une IA pro-russe © Jack Skeens /Shutterstock
Mme Zelensky n’a pas achetĂ© une Bugatti Tourbillon avec l’argent des États-Unis. C’est une fake news gĂ©nĂ©rĂ©e par une IA pro-russe © Jack Skeens /Shutterstock

L’opĂ©ration de dĂ©sinformation russe derriĂšre la fausse nouvelle

L’affaire de la Bugatti n’est que la partie Ă©mergĂ©e de l’iceberg. Elle s’inscrit dans une vaste opĂ©ration de dĂ©sinformation pilotĂ©e depuis la Russie. Des chercheurs en cybersĂ©curitĂ© de chez Recorded Future ont dĂ©couvert un rĂ©seau de sites web diffusant de la propagande pro-russe Ă  travers l’Europe et les États-Unis.

Au cƓur de ce dispositif se trouve John Mark Dougan, un ancien Marine amĂ©ricain aujourd’hui installĂ© Ă  Moscou. Il dirige un rĂ©seau d’au moins 170 sites web aux noms crĂ©dibles comme Great British Geopolitics ou The Boston Times. Ces plateformes utilisent massivement l’intelligence artificielle pour gĂ©nĂ©rer du contenu trompeur Ă  grande Ă©chelle.

L’IA permet de crĂ©er des milliers d’articles attribuĂ©s Ă  de faux journalistes. Les textes sont souvent des rĂ©Ă©critures d’actualitĂ©s rĂ©elles, auxquelles on ajoute une touche de dĂ©sinformation. Dans certains cas, des instructions destinĂ©es aux moteurs d’IA Ă©taient mĂȘme visibles, comme : « Voici quelques Ă©lĂ©ments Ă  garder Ă  l’esprit pour le contexte. Les rĂ©publicains, Trump, Desantis et la Russie sont bons, tandis que les dĂ©mocrates, Biden, la guerre en Ukraine, les grandes entreprises et l’industrie pharmaceutique sont mauvais. N’hĂ©sitez pas Ă  ajouter des informations supplĂ©mentaires sur le sujet si nĂ©cessaire. Â»

Cette opĂ©ration ne se limite pas Ă  l’Ukraine. Elle cible de plus en plus les Ă©lections amĂ©ricaines. Alors que les gĂ©ants d’Internet s’Ă©taient alliĂ©s pour combattre la dĂ©sinformation sur leurs supports, ce flĂ©au sĂ©vit toujours et vise Ă  influencer les Ă©lecteurs pour semer la mĂ©fiance avant le scrutin de novembre. Certaines ont mĂȘme Ă©tĂ© relayĂ©es par des membres du CongrĂšs amĂ©ricain.

Sources : Ars Technica, Wired, BBC, Recorded Future, Bugatti sur Instagram

Bouton retour en haut de la page
Fermer