CLUBIC 🔵 Grâce Ă  ChatGPT, il Ă©change avec un nombre stupĂ©fiant de femmes pendant un an sur Tinder – Shango Media
HighTech-FRNews-FRONT-FR

CLUBIC 🔵 Grâce à ChatGPT, il échange avec un nombre stupéfiant de femmes pendant un an sur Tinder

Un russe du nom d’Aleksandr Zhadan a entamĂ© la discussion avec plus de 5 000 femmes sur Tinder sur une pĂ©riode d’un an. NĂ©anmoins, ce n’Ă©tait pas lui qui discutait rĂ©ellement, mais son ersatz numĂ©rique, assistĂ© par ChatGPT.

L’an dernier, l’application Tinder a ouvert la chasse aux personnes faisant leur promotion pour leurs rĂ©seaux sociaux personnels. En revanche, il n’existe pour le moment encore aucun garde-fou empĂŞchant d’utiliser l’IA pour Ă©changer avec d’autres personnes. Une faille que ce moscovite a rĂ©ussi Ă  exploiter, puisqu’il a Ă©changĂ© avec pas moins de 5 329 femmes pendant un an sur la cĂ©lèbre application de rencontres. Pour cela, il s’est crĂ©Ă© son propre assistant intelligent, alimentĂ© grâce Ă  ChatGPT, pour assister ses conversations numĂ©riques.

Recherche assistée et fiançailles algorithmiques

Ă€ la suite d’une rupture en 2021, Aleksandr a choisi de s’inscrire sur Tinder et de rejoindre ainsi les 75 millions d’utilisateurs de l’application. Après des dĂ©buts pas rĂ©ellement convaincants, oĂą celui-ci n’a pas rĂ©ussi Ă  obtenir de rendez-vous, une idĂ©e « fabuleuse Â» lui a traversĂ© l’esprit. Il a dĂ©cidĂ© de se servir du modèle GPT-2 d’Open AI pour entièrement automatiser ses interactions.

Premièrement, il a personnalisĂ© son outil afin que celui-ci agisse comme un filtre de ses prĂ©fĂ©rences personnelles et que l’application puisse lui proposer des personnes en adĂ©quation avec ses goĂ»ts. Comme on le sait tous, ChatGPT est capable de gĂ©nĂ©rer du texte plus ou moins cohĂ©rent, Aleksandr a fait en sorte qu’il puisse Ă©galement tenir des conversations avec les utilisatrices de l’application. MalgrĂ© quelques bugs, c’est grâce Ă  ce subterfuge que celui-ci est parvenu Ă  entamer la conversation avec ces quelques milliers de femmes et Ă  obtenir une centaine de rendez-vous rĂ©els.

Une stratégie largement discutable, mais qui lui a permis de rencontrer Karina Vyalshakaeva en décembre 2022. Les deux amoureux sont désormais fiancés.

Tinder (homme) © © Kaspars Grinvalds / Shutterstock

Quand trouver l’amour ne se rĂ©sume qu’Ă  optimiser un algorithme © Kaspars Grinvalds / Shutterstock

L’amour scriptĂ© dans un monde sur-connectĂ©

Le plus fou dans cette histoire, c’est qu’Aleksandr a choisi de laisser discuter ChatGPT Ă  sa place pendant plusieurs mois avant de rencontrer Karina. Lorsqu’elle a dĂ©couvert le pot-aux-roses, celle-ci s’est simplement estimĂ©e « choquĂ©e Â», mais cela ne l’a pas pour autant mise en colère. De son point de vue, les Ă©changes qu’elle entretenait avec l’IA Ă©taient assez fidèles Ă  la personnalitĂ© d’Aleksandr. Ce dernier a tout de mĂŞme pris le relais de la conversation au bout d’un certain temps.

Plus qu’une quĂŞte amoureuse numĂ©rique singulière, cette Ă©trange histoire montre Ă  quel point un modèle d’IA relativement basique peut troubler la fine frontière sĂ©parant l’homme de la machine. Nous sommes dĂ©jĂ  arrivĂ©s au stade oĂą la moindre Ă©motion peut ĂŞtre simulĂ©e par une simple ligne de code. L’amour restera-t-il Ă  jamais une affaire de cĹ“ur ? Peut-ĂŞtre devrions-nous considĂ©rer qu’il ne devienne qu’un artefact de plus dans notre collection dĂ©jĂ  bien large d’illusions numĂ©risĂ©es.

Sources : Trust My Science, Gizmodo

Bouton retour en haut de la page
Fermer