CAPITAL 🔵 Reconversion : former les salariĂ©s de l’automobile, une nĂ©cessitĂ© pour Ă©viter la casse sociale – Shango Media
Finance-FR

CAPITAL 🔵 Reconversion : former les salariés de l’automobile, une nécessité pour éviter la casse sociale

Tribune libre

reconversion


Temps de lecture:

L’électrification ne va pas forcément conduire à une casse sociale dans l’industrie automobile. A condition que les pouvoirs publics et les entreprises agissent pour former les salariés et ainsi aligner leurs compétences sur les futurs besoins du secteur. Par Nadine Guerin Roquel, directrice programmes de reconversion chez LHH, cabinet de conseil en ressources humaines.

Les statistiques reprises ça et lĂ  dans les mĂ©dias pourraient faire froid dans le dos : quand cinq mĂ©caniciens sont nĂ©cessaires pour produire un moteur thermique, essence ou diesel, trois suffiraient pour la version Ă©lectrique. SalariĂ©s de l’automobile, se dirige-t-on vers une gigantesque casse sociale ? Pas forcĂ©ment. D’abord parce qu’avant d’être un dĂ©fi, aussi immense soit-il, la reconversion de la filière peut reprĂ©senter une formidable opportunitĂ© pour les 220 000 emplois directs qui la composent. Ensuite parce que dans l’automobile, comme dans de nombreux autres secteurs, la clĂ© rĂ©side dans son Ă©cosystème, soit l’ensemble de la chaĂ®ne de valeur qui s’agrège autour du noyau dur industriel.

Pour qu’elle soit rĂ©ussie, la reconversion des salariĂ©s doit donc s’effectuer dans une logique de transfert global de compĂ©tences. Dans le cas de l’automobile, par exemple, elle ne s’articulera pas seulement autour du moteur, mais bien au-delĂ , en incluant l’ensemble des composants complĂ©mentaires : plateformes et châssis dĂ©diĂ©s, batterie, mais Ă©galement architecture logicielle, semi-conducteurs, connectique et faisceaux.

La suite sous cette publicité

Publicité

La suite sous cette publicité

Publicité

>> Notre service – Trouvez la formation professionnelle qui dopera ou rĂ©orientera votre carrière grâce Ă  notre moteur de recherche spĂ©cialisĂ© (Commercial, Management, Gestion de projet, Langues, SantĂ© …) et entrez en contact avec un conseiller pour vous guider dans votre choix

Des actions déjà lancées pour aligner les compétences des salariés avec les besoins de l’industrie automobile

Les initiatives ne manquent pas. Elles sont menĂ©es par les entreprises elles-mĂŞmes, mais Ă©galement la Plateforme automobile française (PFA), les organismes de formation, les territoires ou encore les institutions. Citons le cas de Douvrin (Pas-de-Calais). Les Hauts-de-France, l’Union des industries et mĂ©tiers de la mĂ©tallurgie (UIMM) de la rĂ©gion et Stellantis y ont inaugurĂ© en 2023 le Battery training center, un centre europĂ©en de formation aux mĂ©tiers de la batterie. Objectif : prĂ©parer les ouvriers et professionnels du site, mais aussi dans tout le territoire, Ă  travailler dans la gigafactory voisine ACC (Automotive Cells Company, une coentreprise française crĂ©Ă©e par Stellantis et TotalEnergies, rejoints ensuite par l’allemand Mercedes-Benz). Avec un principe simple : aligner les besoins attendus de ces usines gĂ©antes spĂ©cialisĂ©es dans le stockage Ă©lectrique avec les compĂ©tences du territoire. Au total, 400 heures de formation (dont 150 dans le centre de Douvrin) permettront aux stagiaires d’obtenir le Graal : un CQPM (certificat de qualification paritaire de la mĂ©tallurgie), crĂ©Ă© spĂ©cifiquement et reconnu par l’Etat. Autant de compĂ©tences susceptibles de rĂ©pondre aux besoins futurs de la filière sur ce territoire, estimĂ©s Ă  18 000 emplois directs et indirects.

La suite sous cette publicité

Publicité

Ă€ lire aussi :

10 formations diplômantes ou certifiantes 100% en ligne pour booster votre carrière en 2024

Tout n’est pas parfait, loin s’en faut. Il n’est pas toujours simple pour les entreprises de dĂ©tacher temporairement des collaborateurs pour les mettre en formation. Il faut savoir Ă©galement les emmener, leur expliquer pourquoi leur environnement de travail va se transformer radicalement dans les dix annĂ©es Ă  venir. On ne s’affranchit pas d’un claquement de doigts d’une technologie qui Ă©quipe aujourd’hui dans le monde la quasi-totalitĂ© des 1,4 milliard d’automobiles. Mais les grands donneurs d’ordre qui structurent la filière se sont, bon grĂ© mal grĂ©, dĂ©jĂ  rendus Ă  l’évidence : l’électron remplacera tĂ´t ou tard la combustion. Tous ont en ligne de mire la date butoir fixĂ©e par l’Union europĂ©enne : 2035, l’annĂ©e oĂą la commercialisation des voitures thermiques sera dĂ©finitivement interdite.

Ă€ lire aussi :

Voici comment seront équipées nos voitures en 2035

Un modèle à suivre dans d’autres secteurs en pleine transition énergétique

«L’électrique reprĂ©sentait 2% des ventes en 2017, rappelle Fatih Birol, le directeur exĂ©cutif de l’Agence internationale de l’énergie (AIE). Il dĂ©passera sans doute les 50% en 2030.» La moitiĂ© du parc mondial de voitures Ă©lectriques est dĂ©jĂ  produit en Chine. Mais l’autre moitiĂ© peut offrir d’ambitieuses perspectives d’emplois pour tous ceux qui auront choisi de prendre en main leur reconversion plutĂ´t que de la subir. D’autres secteurs y trouveront inspiration : le BTP par exemple, sommĂ© lui aussi de mener sa transition Ă©nergĂ©tique, ou le nuclĂ©aire, dont 100 000 postes sont Ă  pourvoir dans les dix annĂ©es Ă  venir pour construire les futurs rĂ©acteurs.

La suite sous cette publicité

Publicité

La suite sous cette publicité

Publicité

Le choix du ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, de se rendre ce vendredi 29 mars en compagnie d’Edouard Philippe Ă  l’usine Renault de Sandouville, pour dĂ©rouler sa feuille de route «RĂ©industrialisation de la France», ne doit rien au hasard. Le site, d’oĂą sont sortis de nombreux modèles phare de l’ex-rĂ©gie, a su lui aussi mettre en place un accompagnement des salariĂ©s dans leur reconversion. La production d’un nouveau fourgon Ă©lectrique va d’ailleurs y ĂŞtre lancĂ©e prochainement. De quoi conforter celles et ceux qui ont dĂ©jĂ  une longue carrière dans d’autres secteurs : la route ne s’arrĂŞte Ă©videmment jamais au premier virage.

Bouton retour en haut de la page
Fermer