BFM TV 🔵 TOUT COMPRENDRE. Grève SNCF: pourquoi les contrĂ´leurs font-ils grève? – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

BFM TV 🔵 TOUT COMPRENDRE. Grève SNCF: pourquoi les contrôleurs font-ils grève?

Les deux syndicats majoritaires des chefs de bord maintiennent leurs préavis pour ce week-end malgré les annonces de la direction. Quelles sont les raisons de la colère?

Il y aura donc bien une grève des contrĂ´leurs (chefs de bord) de la SNCF ce week-end de dĂ©parts en vacances pour la zone A. A l’issue d’un nouveau round de nĂ©gociations avec les syndicats lundi soir, deux organisations ont maintenu leur prĂ©avis Ă  partir de jeudi soir et jusqu’Ă  lundi, Ă  savoir SUD-Rail et la CGT qui reprĂ©sentent 60% des contrĂ´leurs.

Un mouvement qui intervient en plein week-end de dĂ©parts en vacances pour les acadĂ©mies de Besançon, Dijon, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, Limoges et Poitiers. Mais Ă©galement au beau milieu des vacances scolaires des acadĂ©mies de l’Ile-de-France ainsi que de Montpellier et Toulouse.

Bruno Poncet : "Les mesures promises par la SNCF en 2022 n'ont pas été tenues !" - 12/02
Bruno Poncet : « Les mesures promises par la SNCF en 2022 n’ont pas Ă©tĂ© tenues ! » – 12/02

Le plan de transport sera connu ce mercredi, la SNCF indique qu’elle mettra la prioritĂ© sur « les trains qui vont aux vacances de neige ».

Quelles sont les raisons de qui poussent les contrôleurs à se mettre en grève?

• Quelles sont les promesses jugées non tenues?

Cela fait (encore) plusieurs mois que la colère monte chez ces salariés réunis au sein de collectifs qui agissent en dehors des syndicats. En cause, des engagements pris par la direction au sortir de la grève de décembre 2022 basées sur les revendications des chefs de bord.

Sont concernĂ©s d’après eux, les nouvelles modalitĂ©s sur la cessation progressive d’activitĂ©, la non prise en compte des contraintes liĂ©es Ă  leurs activitĂ©s (dĂ©placements, travail le week-end, congĂ©s imposĂ©s, pĂ©nibilitĂ©) lors de leur dĂ©part en retraite, la prĂ©sence de deux contrĂ´leurs Ă  bord de tous les TGV et Ă©videmment la rĂ©munĂ©ration Ă  travers une hausse de la prime de travail.

« Aujourd’hui, les contrĂ´leurs veulent se battre pour eux pour des questions de rĂ©munĂ©ration et je pense que les gens entendent ça. Notre outil de revendication, c’est la grève. On n’en a pas d’autres, on ne peut pas bloquer des autoroutes, on ne peut pas mettre de lisier sur les prĂ©fectures », explique ce mardi sur BFMTV, Fabien Villedieu, dĂ©lĂ©guĂ© Sud Rail.

• Quelles sont les propositions de la SNCF?

Face au malaise de ces salariĂ©s et Ă  leurs revendications, la direction de la compagnie ferroviaire a pris le temps de recevoir les syndicats deux fois la semaine dernière, et ce lundi. Le patron de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, s’est lui-mĂŞme impliquĂ© dans les nĂ©gociations.

La SNCF rappelle d’abord que tous les engagements pris en dĂ©cembre 2022 sont tenus ou sont en cours de rĂ©alisation.

Exemple avec la prĂ©sence de deux contrĂ´leurs par TGV. « La montĂ©e du taux d’Ă©quipement est conforme Ă  ce que nous avons convenu », Ă©crit Alain Krakovitch, patron de TGV-IntercitĂ©s dans un courrier interne destinĂ© aux contrĂ´leurs. La SNCF assure que 87% des TVG roulent aujourd’hui avec deux contrĂ´leurs.

La direction a par ailleurs confirmĂ© le recrutement de 200 contrĂ´leurs, une hausse de l’indemnitĂ© de rĂ©sidence (50 euros de plus par mois pour 80% des contrĂ´leurs), 400 euros de prime versĂ©e en mars (en plus d’une prĂ©cĂ©dente prime de 400 euros) et 1.200 euros d’intĂ©ressement qui seront versĂ©s en mai.

Face Ă  ces annonces confirmĂ©es, la SNCF estime avoir fait ce qu’il faut: « Ce sont de vraies avancĂ©es sociales: le pacte est respectĂ© et des nouvelles mesures sont annoncĂ©es. Dès lors, il sera difficile de comprendre que le mouvement perdure », souligne Alain Krakovitch dans son courrier.

• Quels sont les points qui bloquent?

Selon nos informations, lors des négociations, Sud Rail et la CGT ont exigé une augmentation mensuelle de 500 euros (via la prime de travail) pour les chefs de bord, une demande inacceptable pour la direction.

« Les contrĂ´leurs voient que les trains sont pleins, ils savent que la SNCF fait beaucoup d’argent. La SNCF est l’entreprise ferroviaire la plus rentable d’Europe. Les cheminots se disent « pourquoi je n’ai pas ma part de gâteau ? » et une part de gâteau, ce n’est pas une prime de 400 euros au mois de mars. C’est une vraie augmentation de salaire et en l’occurrence de la prime de travail revendiquĂ©e par les contrĂ´leurs », indique Fabien Villedieu, dĂ©lĂ©guĂ© Sud Rail.

Ce mardi sur RTL, Jean-Pierre Farandou, PDG de la SNCF rappelle que « pour les contrĂ´leurs comme les autres cheminots, la rĂ©munĂ©ration mensuelle moyenne a augmentĂ© de 20% en trois ans, ce qui est beaucoup plus que l’inflation ».

« Si on arrivait Ă  une augmentation mensuelle brute de 150 Ă  200 euros, on pourrait Ă©viter cette grève », indique aujourd’hui Fabien Villedieu de Sud Rail.

Autre point sensible, les modalitĂ©s sur la cessation progressive d’activitĂ©. Selon nos informations, la direction de la SNCF ne veut pas s’engager dans des nĂ©gociations catĂ©gorielles mĂŞme si elle est prĂŞte Ă  avancer le calendrier de discussions.

Pour la compagnie, ces questions, tout comme la rĂ©munĂ©ration, doivent faire partie de nĂ©gociations globales et pluriannuelles Ă  travers une « plateforme de progrès social ». Pour le groupe, c’est une question d’Ă©quitĂ© et de mĂ©thode selon elle.

Jean-Pierre Farandou a d’ailleurs mis l’accent sur « la cohĂ©rence et l’unitĂ© sociale » dans les rangs de la SNCF, rappelant que « ce que je donne aux contrĂ´leurs, il faut que je puisse le donner Ă  tous les cheminots, sinon c’est inĂ©gal. »

• Quel est le malaise dénoncé par les chefs de bord?

Au-delĂ  des revendications, c’est le manque de considĂ©ration qui est Ă  nouveau dĂ©noncĂ© par ces salariĂ©s.

« La colère monte depuis 2007 en rĂ©alitĂ© avec la dĂ©gradation de nos conditions de travail, la question de l’avancement, la hausse de la pĂ©nibilitĂ© du travail de contrĂ´leur et toujours plus de responsabilitĂ©s. En fait, la non reconnaissance des difficultĂ©s de notre mĂ©tier. On considère qu’il y a une vraie maltraitance de la part de la direction et un vrai manque de dialogue social », nous expliquait un des fondateurs du collectif de chefs de bord CNA-ASCT qui compte Ă  ce jour 3.700 membres sur Facebook.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business

Bouton retour en haut de la page
Fermer