BFM TV 🔵 « Non »: GĂ©rard Larcher assure qu’il ne sera pas Premier ministre et restera prĂ©sident du SĂ©nat – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

BFM TV 🔵 « Non »: GĂ©rard Larcher assure qu’il ne sera pas Premier ministre et restera prĂ©sident du SĂ©nat

Le prĂ©sident Les RĂ©publicains du SĂ©nat indique qu’il a « plaidé » auprès d’Emmanuel Macron « pour que nous prenions du temps » pour choisir le nouveau gouvernement et affirme qu’il appellera Ă  « censurer » un gouvernement issu du Nouveau Front populaire.

« Non ». InterrogĂ© sur BFMTV-RMC ce jeudi 11 juillet, GĂ©rard Larcher l’assure: il ne sera pas Premier ministre. « J’ai tout entendu, on a mĂŞme dessinĂ© des profils qui, paraĂ®t-il, me ressemblaient », affirme-t-il, ajoutant:

« Je pense que le SĂ©nat a besoin aujourd’hui de son prĂ©sident ».

« J’ai vocation Ă  ĂŞtre prĂ©sident du SĂ©nat, j’ai eu la confiance il y a neuf mois de mes collègues sĂ©nateurs, j’entends bien l’exercer pleinement », ajoute GĂ©rard Larcher, qui entend toutefois « contribuer Ă  ce que le pays retrouve une perspective ».

Il appellera à « censurer » un gouvernement NFP

Selon le prĂ©sident du SĂ©nat, « il y a beaucoup d’autres personnalitĂ©s qui ont sans doute cette qualitĂ© de rassembler et d’avoir le sens de l’État », rappelant que « c’est au prĂ©sident de la RĂ©publique de choisir ».

GĂ©rard Larcher Ă©voque notamment la possibilitĂ© d’un Premier ministre dit « technique », c’est-Ă -dire sans affiliation partisane particulière qui pourrait notamment gĂ©rer les affaires courantes, citant notamment les exemples prĂ©cĂ©dents de Jean Castex ou, plus lointain, de Raymond Barre.

Il veut toutefois ĂŞtre « clair »: si Emmanuel Macron choisi un Premier ministre issu du Nouveau Front populaire, pourtant arrivĂ© en tĂŞte lors des Ă©lections lĂ©gislatives avec le plus grand nombre de sièges Ă  l’AssemblĂ©e nationale, GĂ©rard Larcher « combattra ce choix ».

« Je demanderai à ce que le gouvernement soit censuré car ça ne correspond pas à la volonté profonde des Français », défend-il.

« Prendre du temps »

Sur BFMTV-RMC, le prĂ©sident du SĂ©nat indique Ă©galement avoir « plaidé » auprès d’Emmanuel Macron « pour que nous prenions du temps » pour choisir qui gouvernera le pays, lors d’une rencontre ce mardi.

« J’ai plaidé pour que nous prenions du temps, que nous enjambions la période importante où nous accueillons le monde aux Jeux olympiques et paralympiques et qu’ensuite au début du mois de septembre soit engagé la phase qui est la conséquence de ces élections », explique-t-il.

Salomé Robles

Bouton retour en haut de la page
Fermer