BFM TV 🔵 Judith Godrèche estime que « lutter contre l’extrĂŞme-droite, c’est aussi lutter contre les violences » – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

BFM TV 🔵 Judith Godrèche estime que « lutter contre l’extrême-droite, c’est aussi lutter contre les violences »

La commission d’enquĂŞte sur les violences sexuelles pour laquelle l’actrice s’Ă©tait battue a disparu avec la dissolution de l’AssemblĂ©e nationale. Elle appelle Ă  poursuivre le travail.

Deux jours après le succès du Rassemblement national au scrutin europĂ©en, suivi par la dissolution de l’AssemblĂ©e nationale par le prĂ©sident Macron, Judith Godrèche prend la parole. La figure de proue du mouvement #MeToo dans le cinĂ©ma français, inquiète de voir « l’extrĂŞme-droite aux portes du pouvoir », parle de « lutter contre » dans les colonnes de Mediapart.

« Contre les violences, on sait bien qu’on ne peut pas compter sur l’extrême-droite: en France comme en Italie ou ailleurs, elle menace directement les droits des femmes et des groupes minorisés. Lutter contre l’extrême-droite, c’est donc aussi lutter contre les violences. »

« Les victimes ne s’y trompent pas – et elles seront nombreuses à aller voter », poursuit-elle. « Il n’est pas question de mettre en attente ou entre parenthèses ce combat. »

La commission d’enquĂŞte dissoute

Le scrutin des Ă©lections europĂ©ennes du dimanche 9 juin s’est conclu sur un succès pour la liste du Rassemblement national menĂ©e par Jordan Bardella, qui a remportĂ© 31,36% des suffrages. Derrière lui, celle de la majoritĂ© dirigĂ©e par ValĂ©rie Hayer, a fait moins de la moitiĂ© de ce rĂ©sultat avec finalement 14,60% des voix. RaphaĂ«l Glucksmann, tĂŞte de liste du Parti socialiste et de Place publique, complète le podium (13,83%).

L’annonce de la dissolution de l’AssemblĂ©e nationale qui a suivi a occasionnĂ© une dĂ©convenue personnelle pour Judith Godrèche. La crĂ©ation de la commission d’enquĂŞte sur les violences sexistes et sexuelles dans le cinĂ©ma français, pour laquelle elle avait militĂ© et que l’AssemblĂ©e avait votĂ©e Ă  l’unanimitĂ© le 2 mai dernier, s’est vue elle aussi dissoute.

« Dans les semaines qui viennent, bien sûr, ce qui va occuper les esprits, ce sont les élections », déclare-t-elle à Mediapart. « Mais j’aimerais que tous les partis qui vont faire barrage à l’extrême-droite s’engagent à relancer, dès le lendemain des élections (législatives anticipées, les 30 juin et 7 juillet, NDLR), la commission d’enquête dont nous avions réussi à obtenir la création. »

« Nous allons militer pour que cette commission soit recréée »

« Nous le savons, la lutte contre les violences envers les femmes n’est jamais portée par l’extrême-droite », ajoute-t-elle. « Au contraire. Il est donc important que soient élus des députés qui voudront continuer le travail. »

Et de conclure: « Évidemment, dès le premier jour de la nouvelle Assemblée, nous allons militer pour que cette commission soit recréée. Quoi qu’il arrive, on ne peut plus revenir en arrière. »

Judith Godrèche a dĂ©voilĂ© sa sĂ©rie Icon of French Cinema en dĂ©cembre dernier. Ce rĂ©cit autobiographique a menĂ© l’actrice de 52 ans Ă  porter plainte pour viols sur mineure contre les rĂ©alisateurs BenoĂ®t Jacquot et Jacques Doillon, des annĂ©es après les faits prĂ©sumĂ©s.

Depuis, elle s’est imposĂ©e comme le visage de la libĂ©ration de la parole dans le cinĂ©ma français. Après un discours engagĂ© lors de la dernière Ă©dition des CĂ©sar, elle s’est exprimĂ©e devant le SĂ©nat pour rĂ©clamer des mesures de protection des plus jeunes sur les plateaux de tournage. En mai dernier, elle a prĂ©sentĂ© son court-mĂ©trage Moi aussi, sur les violences sexuelles, au Festival de Cannes.

Bouton retour en haut de la page
Fermer