BFM TV 🔵 DIRECT. LĂ©gislatives: Éric Ciotti veut un accord LR-RN, des cadres du parti appellent Ă  sa dĂ©mission – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

BFM TV 🔵 DIRECT. Législatives: Éric Ciotti veut un accord LR-RN, des cadres du parti appellent à sa démission

Pierre-Henri Dumont affirme que « la droite française du gĂ©nĂ©ral de Gaulle » n’est « pas celle de la compromission »

Le secrétaire général adjoint des Républicains, Pierre-Henri Dumont, affirme que « la droite française, celle du Général de Gaulle, de Chirac, de Sarkozy, n’est pas celle de la compromission ».

« Ceux qui hier nous ont mené à la débâcle sont prêts à tout pour sauver leurs indemnités. Il n’y a de liberté que dans l’indépendance », ajoute le député LR, appelant à la démission de Ciotti, qui a proposé un peu plus tôt une alliance LR-RN aux législatives.

Wauquiez « ne croit pas » aux « alliances » et aux « petites combinaisons »

« Je vois tous ceux qui sont en train de s’agiter pour faire des coalitions, des alliances, des petites combinaisons. Je le dis tout de suite, je n’y crois pas », dĂ©clare le prĂ©sident LR de la rĂ©gion Auvergne RhĂ´ne-Alpes, Laurent Wauquiez, alors qu’Éric Ciotti a proposĂ© une alliance RN-LR aux lĂ©gislatives.

« Je crois Ă  la politique qui est faite dans la clartĂ©, en dĂ©fendant ses idĂ©es. Parfois on convainc, parfois on ne convainc pas, mais on ne trahit jamais », ajoute celui qui vient d’annoncer sa candidature aux lĂ©gislatives.

« Dans la folie qui est en train de s’emparer de la politique française, je crois plus que jamais Ă  la nĂ©cessitĂ© de retrouver une parole de bon sens », affirme encore Laurent Wauquiez.

CopĂ© assure que Ciotti « ne parle qu’en son nom » et l’appelle Ă  « dĂ©missionner immĂ©diatement »

Le maire LR de Meaux, Jean-François CopĂ©, affirme que « Ciotti ne parle qu’en son nom personnel » lorsqu’il propose une alliance LR-RN pour les lĂ©gislatives.

« Il doit dĂ©missionner immĂ©diatement de la prĂ©sidence des RĂ©publicains, son Ă©loge de l’extrĂŞme droite est inacceptable et contraire Ă  toutes les valeurs que nous dĂ©fendons », ajoute l’ex-prĂ©sident de l’UMP.

« Honte à vous »: Sandrine Rousseau interpelle Éric Ciotti

Alors qu’Éric Ciotti s’exprimait devant le siège des RĂ©publicains, il a Ă©tĂ© interpellĂ© par la dĂ©putĂ©e EELV Sandrine Rousseau. « Honte Ă  vous monsieur Ciotti! », a-t-elle fustigĂ©, après la proposition du prĂ©sident de LR d’alliance avec le RN pour les lĂ©gislatives.

« Vous ne méritez pas le nom qui est sur votre façade », a-t-elle ajouté, montrant le signe des Républicains.

Laurent Wauquiez annonce sa candidature aux législatives

« J’ai pris la dĂ©cision d’être candidat pour porter la voix de la Haute-Loire », a indiquĂ© le prĂ©sident de la rĂ©gion Auvergne-RhĂ´ne-Alpes, lors d’une confĂ©rence de presse ce mardi 11 juin.

« Nous sommes dans un moment très important et difficile pour notre pays », « il faut assumer ses responsabilitĂ©s (…) devant les Français », a dĂ©clarĂ© Laurent Wauquiez lors d’un point-presse Ă  Yssingeaux, la sous-prĂ©fecture

Éric Ciotti « rĂ©cuse » de terme de « cordon sanitaire », qui « n’est plus adapté »

« J’ai pris mes responsabilitĂ©s dans un moment très lourd », assure Éric Ciotti au micro de plusieurs mĂ©dias. « Il fallait construire des alliances, qui reposent pour moi sur des valeurs de droite », justifie-t-il encore après sa proposition d’alliance avec le RN pour les lĂ©gislatives.

« Je ne céderai pas à ce genre de décisions, de propos » affirme Ciotti, répondant à ceux qui au sein de LR demandent sa démission.

« Je rĂ©cuse ce mot de cordon sanitaire, qui aujourd’hui, n’est plus adaptĂ©, est complètement dĂ©calĂ© avec la situation des Français.

Michel Barnier appelle LR à « tirer les conséquences » des déclarations de CIotti

Michel Barnier, ex-ministre de Nicolas Sarkozy, appelle LR Ă  prendre « une autre voie, qui est celle de la responsabilité » et « pas une ligne d’accord avec un parti populiste et anti-europĂ©en ».

Il demande aux RĂ©publicains de « tirer les consĂ©quences de ce qu’il vient de se passer », jugeant que Ciotti a « perdu la lĂ©gitimité » de s’exprimer au nom du parti.

« Vendre son âme pour un plat de lentilles »: ValĂ©rie PĂ©cresse fustige aussi la proposition d’Éric Ciotti

« Vendre son âme pour un plat de lentilles et draper cela dans l’intérêt du pays… C’est ce que j’ai toujours refusé », affirme la présidente LR de la région Île-de-France, Valérie Pécresse.

« L’honneur, la droiture, les convictions ne sont pas des vains mots. Tout ne s’achète pas. Les Républicains doivent dénoncer immédiatement l’accord proposé par Ciotti avec le RN », poursuit-elle.

Larcher assure qu’il « n’avalisera jamais un accord avec le RN »

Le prĂ©sident du SĂ©nat, GĂ©rard Larcher, assure devant les sĂ©nateurs Les RĂ©publicains qu’il « n’avalisera jamais » un accord avec le Rassemblement national, prĂ´nĂ© par le patron de LR Eric Ciotti aux lĂ©gislatives, ont relatĂ© des participants Ă  une rĂ©union du groupe LR Ă  la chambre haute.

« Je n’avaliserai jamais, sous aucun prĂ©texte, un accord avec le RN contraire Ă  l’intĂ©rĂŞt de la France et Ă  notre histoire », a lancĂ© le prĂ©sident de la Haute assemblĂ©e Ă  ses troupes, avant de demander Ă  Eric Ciotti dans un message sur X de quitter la prĂ©sidence de LR.

« Toutes les digues ont sauté »: la gauche fustige la proposition d’alliance LR-RN de Ciotti

A gauche aussi, la proposition d’alliance LR-RN pour les lĂ©gislatives portĂ©e par Éric Ciotti fait bondir. La cheffe des dĂ©putĂ©s LFI Mathilde Panot juge que « le cordon sanitaire face au parti fondĂ© par des Waffen SS n’est plus » et que « Les RĂ©publicains n’ont plus de rĂ©publicain que le nom ».

Le secrétaire national du Parti communiste, Fabien Roussel, estime que « toutes les digues ont sauté ». « Notre responsabilité: la résistance. Notre chemin: le Front populaire », écrit-il.

Le prĂ©sident des Jeunes RĂ©publicains, Guilhem Carayon, estime qu’Éric Ciotti « fait le bon choix »

Le prĂ©sident des Jeunes RĂ©publicains et vice-prĂ©sident des RĂ©publicains, Guilhem Carayon, apporte son soutien Ă  la proposition d’alliance LR-RN portĂ©e par Éric Ciotti.

« Avec Éric Ciotti et des milliers de militants Les Républicains, nous faisons le choix du courage et du bon sens. Un choix approuvé par des millions de Français », écrit-il sur X. « Il faut écouter le peuple qui n’en peut plus de la politique de monsieur Macron », ajoute-t-il.

Éric Ciotti affirme qu’il n’est « absolument pas question » qu’il dĂ©missionne

Alors que le chef des dĂ©putĂ©s LR, Olivier Marleix, a demandĂ© la dĂ©mission d’Éric Ciotti de la prĂ©sidence des RĂ©publicains, celui-ci exclut cette possibilitĂ© au micro de BFMTV.

« Je suis LR, je reste LR, je suis prĂ©sident des LR et il n’est absolument pas question que je dĂ©missionne, d’autant que je sais bĂ©nĂ©ficier de la très large confiance des militants », dĂ©clare-t-il.

Plus d’informations ici.

Pour Dati, Ciotti « porte un coup terrible à la droite républicaine »

Rachida Dati, ministre de la Culture du gouvernement Attal, qui a longtemps fait partie des RĂ©publicains, a dĂ©noncĂ© sur X les dĂ©clarations d’Éric Ciotti sur une alliance avec le RN.

« Quand j’ai rejoint le gouvernement, je n’ai pas quitté mes convictions de droite, j’ai quitté une ligne politique qui partait à la dérive. Ce que je redoutais vient d’arriver. En prenant la décision de rallier le RN, Éric Ciotti porte un coup terrible à ma famille politique, la droite républicaine », a-t-elle écrit.

Dupond-Moretti et Darmanin dénoncent le « déshonneur » de Ciotti

Le ministre de l’IntĂ©rieur, GĂ©rald Darmanin, dĂ©clare qu' »Éric Ciotti signe les accords de Munich et enfonce dans le dĂ©shonneur la famille gaulliste en embrassant Marine Le Pen. »

Le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti, affirme de son côté que le président des Républicains « se vautre dans le déshonneur pour sauver sa tête ».

« Offrir Ă  Le Pen le parti du gĂ©nĂ©ral de Gaulle sur un plateau d’argent, la honte a dĂ©sormais un nom. La clarification est Ă  l’œuvre. Les extrĂ©mistes tombent les masques », ajoute-t-il, après la proposition de Ciotti d’une alliance RN-LR pour les lĂ©gislatives.

Julien Dive affirme qu’Éric Ciotti « n’aurait jamais traversĂ© la Manche » en 1940

Le vice-président des Républicains, Julien Dive, estime sur X que « nous savons désormais qu’en juin 1940, Éric Ciotti n’aurait jamais traversé la Manche » pour rejoindre la Résistance.

Le Pen salue « le choix courageux » de Ciotti et son « sens des responsabilités »

Auprès de l’AFP, la cheffe des dĂ©putĂ©s du RN, Marine Le Pen, salue « le choix courageux » d’Éric Ciotti et son « sens des responsabilitĂ©s » après sa demande d’alliance entre LR et le RN pour les lĂ©gislatives du 30 juin et du 7 juillet.

Elle dit espĂ©rer « qu’un nombre consĂ©quent de cadres LR le suivent ». « Quarante ans d’un pseudo cordon sanitaire, qui a fait perdre beaucoup d’Ă©lections, est en train de disparaĂ®tre », fait valoir Marine Le Pen.

Olivier Marleix affirme qu’Éric Ciotti « n’engage que lui » et « doit quitter la prĂ©sidence de LR »

Éric Ciotti « n’engage que lui » en demandant une alliance avec le RN et « doit quitter la prĂ©sidence des RĂ©publicains », affirme le chef des dĂ©putĂ©s LR, Olivier Marleix, sur X.

« J’ai la confiance des militants », revendique de son cĂ´tĂ© Ciotti sur TF1.

Ciotti dit avoir « parlé » avec Bardella et Le Pen

« L’enjeu, c’est qu’on ait encore un groupe puissant Ă  l’AssemblĂ©e nationale », justifie Éric Ciotti sur son souhait de s’allier avec le RN pour les lĂ©gislatives.

« Nous nous sommes parlés avec Jordan Bardella et Marine Le Pen », ajoute le président des Républicains.

Ciotti dit porter « une ligne personnelle » en s’ouvrant Ă  une alliance avec le RN

Les dĂ©putĂ©s LR siĂ©geraient « dans un groupe Les RĂ©publicains », mĂŞme en cas d’alliance avec le RN pour les lĂ©gislatives, assure Éric Ciotti.

« ArrĂŞtons de faire des oppositions fictives, un peu factices », dĂ©clare le prĂ©sident des RĂ©publicains sur TF1, alors qu’une telle alliance fait dĂ©bat au sein du parti.

Il s’agit d’une « ligne personnelle », assure-t-il.

Éric Ciotti affirme que LR a « besoin d’une alliance » avec le RN

Aujourd’hui, LR « est trop faible pour s’opposer aux deux blocs qui sont les plus dangereux », affirme le prĂ©sident du parti, Éric Ciotti, sur TF1.

« Nous avons besoin d’une alliance » avec le RN, dĂ©clare-t-il.

Macron exclut de démissionner « quel que soit le résultat » des législatives

Emmanuel Macron exclut de dĂ©missionner de la prĂ©sidence de la RĂ©publique, « quel que soit le rĂ©sultat », Ă  l’issue des Ă©lections lĂ©gislatives apprend-on dans Le Figaro Magazine ce mardi. Le chef de l’État rĂ©pond Ă  l’hypothèse selon laquelle le RN demanderait son dĂ©part en cas de victoire aux lĂ©gislatives.

« Ce n’est pas le RN qui Ă©crit la Constitution, ni l’esprit de celle-ci. Les institutions sont claires, la place du prĂ©sident, quel que soit le rĂ©sultat l’est aussi. C’est un intangible pour moi », dĂ©clare le prĂ©sident de la RĂ©publique.

Plus d’informations ici.

Yaël Braun-Pivet candidate à sa réélection, Clément Beaune aussi

La prĂ©sidente sortante de l’AssemblĂ©e nationale YaĂ«l Braun-Pivet annonce qu’elle retourne en campagne pour les lĂ©gislatives anticipĂ©es, a appris l’AFP auprès de son entourage.

YaĂ«l Braun-Pivet, 53 ans, et Ă©lue dans la cinquième circonscription des Yvelines, a annoncĂ© sa dĂ©cision lors d’une rĂ©union du groupe Renaissance mardi Ă  l’AssemblĂ©e nationale.

ClĂ©ment Beaune, dĂ©putĂ© et ancien ministre, annonce sur X qu’il se reprĂ©sente Ă©galement.

Laurent Wauquiez rejette tout accord avec le RN et demande « une parole claire et indépendante »

« Le devoir de la Droite rĂ©publicaine est de proposer une parole claire et indĂ©pendante entre l’impuissance du ‘en mĂŞme temps’ et le saut dans l’inconnu du RN. Il n’y a aucun avenir pour les combinaisons d’appareil », Ă©crit sur X le prĂ©sident LR de la rĂ©gion Auvergne-RhĂ´ne-Alpes.

Laurent Wauquiez doit annoncer ce mardi en dĂ©but d’après-midi sa candidature dans son fief du Puy-en-Velay en Haute-Loire.

Selon Cazeneuve, « le rassemblement de la gauche de gouvernement ne peut pas se faire avec LFI »

« Le rassemblement de la gauche de gouvernement ne peut pas se faire avec LFI. Sauf à tout trahir de l’héritage de Blum », estime sur X Bernard Cazeneuve, ancien Premier ministre socialiste à la tête du mouvement La Convention.

Jean-François CopĂ© « exige la convocation d’un bureau politique » des RĂ©publicains

Dans un communiquĂ© de presse publiĂ© sur son compte X, le maire LR de Meaux rĂ©agit aux « rumeurs alarmantes » qui « font Ă©tat d’une possible alliance entre le Rassemblement national et les RĂ©publicains ».

« J’ai toujours soutenu appartenir Ă  une droite dĂ©complexĂ©e qui assume d’ĂŞtre une droite forte mais qui a pour condition d’ĂŞtre totalement Ă©tanche avec l’extrĂŞme droite », insiste-t-il.

Cette « question d’une gravitĂ© extrĂŞme » doit conduire selon lui Ă  une « discussion approfondie » et Ă  un « vote dĂ©mocratique ». « C’est pourquoi j’exige la convocation d’un bureau politique dans les 24 herues afin que ce sujet soit dĂ©battu et tranché », souligne Jean-François CopĂ©.

Valérie Pécresse refuse toute « compromission avec les extrêmes »

La prĂ©sidente de la rĂ©gion ĂŽle-de-France n’acceptera « aucune compromission avec les extrĂŞmes », dont elle a « la conviction qu’ils ameneront la France Ă  la faillite et au chaos », Ă©crit-elle sur X.

La Grande mosquĂ©e de Paris appelle les musulmans Ă  voter contre « la montĂ©e inquiĂ©tante de l’extrĂŞme droite »

Le recteur de la Grande mosquĂ©e de Paris Chems-eddine Hafiz appelle les musulmans Ă  voter lors des lĂ©gislatives anticipĂ©es du 30 juin pour contrer « la montĂ©e inquiĂ©tante de l’extrĂŞme droite ».

Avant ces Ă©lections anticipĂ©es, « la France semble naviguer entre les Ă©cueils d’une dĂ©mocratie fragile et les remous d’une montĂ©e inquiĂ©tante de l’extrĂŞme droite », s’inquiète le recteur dans son billet hebdomadaire.

« Une cohabitation avec le parti de Marine Le Pen constitue dĂ©jĂ  un pĂ©ril significatif pour la nation », mais la dissolution « pourrait mĂŞme paver la voie de l’ÉlysĂ©e aux hĂ©ritiers du marĂ©chal PĂ©tain, nous ramenant aux heures les plus obscures de notre histoire, avec une cible bien connue », ajoute le recteur.

« Nous serons candidats sous nos couleurs. Sans arrangements », annonce Olivier Marleix

« Nous serons candidats sous nos couleurs. Sans arrangements. Aucun », annonce sur X Olivier Marleix, chef du groupe LR Ă  l’AssemblĂ©e nationale, alors que des discussions ont lieu entre la droite et l’extrĂŞme droite.

Éric Ciotti va prendre la parole au 13h de TF1

Éric Ciotti va-t-il se prononcer pour une alliance avec l’extrĂŞme droite aux Ă©lections lĂ©gislatives? SommĂ© de s’expliquer, y compris par son camp, le prĂ©sident LR va s’exprimer au 13h de TF1.

La confĂ©rence de presse d’Emmanuel Macron reportĂ©e Ă  mercredi Ă  la mi-journĂ©e

La confĂ©rence de presse d’Emmanuel Macron, prĂ©vue ce mardi après-midi, est reportĂ©e Ă  ce mercredi Ă  la mi-journĂ©e, a appris BFMTV, auprès de l’entourage du chef de l’État. Ă€ cette occasion, le prĂ©sident « indiquera l’orientation qu’il croit juste pour la Nation. »

« La clarification politique appelĂ©e de ses vĹ“ux dimanche par le President de la RĂ©publique est actuellement Ă  l’œuvre. Les forces rĂ©publicaines d’un cĂ´tĂ©, les forces extrĂ©mistes de l’autre se positionnent », estime l’entourage du chef de l’État.

Zemmour va s’entretenir avec MarĂ©chal pour « connaĂ®tre ce qu’elle cherche vraiment Ă  obtenir »

Éric Zemmour indique sur X qu’il va recevoir Marion MarĂ©chal ce mardi pour « connaĂ®tre vraiment ce qu’elle cherche Ă  obtenir », après que l’eurodĂ©putĂ©e ReconquĂŞte a rencontrĂ© sa tante Marine Le Pen et Jordan Bardella la veille.

« Pour le moment, les modalitĂ©s d’un rassemblement ne m’ont toujours pas Ă©tĂ© communiquĂ©es. Je sais que de nombreux soutiens de ReconquĂŞte s’en Ă©tonnent », Ă©crit le prĂ©sident du parti d’extrĂŞme droite.

La veille sur BFMTV, le maire RN Louis Alliot s’est exprimĂ© concernant une alliance avec ReconquĂŞte, parlant de la « conception assez particulière du rassemblement » d’Éric Zemmour, avec lequel il semble « exclu » de travailler pour le RN: « Il vous crache sur la figure, mais il vous dit ‘il faut se rassembler »‘, a dĂ©plorĂ© l’Ă©dile de Perpignan.

« Il va falloir que Marion prenne ses responsabilités et clarifie sa position avec Éric Zemmour », a-t-il exhorté.

Macron envisage trois interventions par semaine jusqu’aux élections législatives

Emmanuel Macron a exprimĂ© son souhait de multiplier les prises de parole pendant le mois de juin, a appris BFMTV auprès de sources concordantes, confirmant ainsi une information de L’Express.

Comme nous l’a appris l’hebdomadaire, « trois interventions par semaine jusqu’aux Ă©lections lĂ©gislatives » sont envisagĂ©es. « Le premier acte fort de ce plan de communication massif sera la confĂ©rence de presse d’aujourd’hui » glisse un proche. 

Gabriel Attal dit qu’il ira « au bout de son devoir » pour « éviter le pire »

« J’irai au bout de mon devoir de citoyen attaché à son pays qui donnera tout pour éviter le pire », a assuré le Premier ministre devant les députés sortants de Renaissance, selon son entourage.

Gabriel Attal a Ă©galement indiquĂ© qu’il ferait de mĂŞme pour ses fonctions de Premier ministre, expliquant qu’il agirait « au service des Français jusqu’Ă  la dernière minute ».

Notre article

« Rien n’est jouĂ© d’avance »: le message d’Attal aux dĂ©putĂ©s Renaissance sortants

Le Premier ministre Gabriel Attal s’est exprimĂ© devant les dĂ©putĂ©s sortants de Renaissance en rĂ©union de groupe ce mardi. La dissolution de l’AssemblĂ©e nationale Ă©tait « une dĂ©cision brutale pour vous, vos collaborateurs et j’en suis pleinement conscient », a-t-il dĂ©clarĂ©, selon son entourage, appelant nĂ©anmoins Ă  « aller de l’avant ».

Soucieux de mobiliser les troupes, le chef du gouvernement a martelĂ©: « C’est un nouveau combat qui s’ouvre dans lequel rien n’est gagnĂ© d’avance. »

Lors des lĂ©gislatives, les Français seront « confrontĂ©s Ă  un choix de sociĂ©té », a jugĂ© le chef du gouvernement. Deux solutions, d’après lui: « le choix du rejet, de la haine de l’autre, ou le choix du respect des règles, des personnes », a-t-il soulignĂ©, avant de poursuivre:

« Le choix du chaos financier, du chaos social, ou le choix de responsabilité. »

Annie Gennevard affirme que LR a « actĂ© une position d’indĂ©pendance » ce lundi

Annie Genevard, secrĂ©taire gĂ©nĂ©rale de LR, est interrogĂ©e sur BFMTV concernant une information du Figaro, selon laquelle Éric Ciotti envisage une alliance avec l’extrĂŞme droite pour les Ă©lections lĂ©gislatives.

Lors d’une rĂ©union avec les pontes du parti, dont Éric Ciotti et GĂ©rard Larcher, « nous avons actĂ© une position d’indĂ©pendance », dit-elle. « LR doit courir sous ses couleurs ».

« Je pense qu’il y a dans cette pĂ©riode beaucoup de conjectures, beaucoup aussi de fausses informations. A ce stade, je n’ai rien qui me confirme cette hypothèse avancĂ©e par Le Figaro », dĂ©clare la dĂ©putĂ©e du Doubs, ajoutant:

« Si tel est le cas, ce serait grave. »

Notre article

Pour Yannick Jadot, « les électorats de gauche ne sont pas irreconciliables »

« Les Ă©lectorats Ă  gauche ne sont pas irrĂ©conciliables », affirme Yannick Jadot sur France Inter. Le sĂ©nateur des Ă©cologistes appelle la gauche Ă  conserver son unitĂ©, après qu’elle a plaidĂ© pour la constitution d’un front populaire ce lundi.

« Si dans les dix jours qui viennent, nous regardons ce qui nous sĂ©pare, on y arrivera pas », met en garde l’ancien candidat Ă  la prĂ©sidentielle.

Sandrine Rousseau souhaite une « personne consensuelle » pour incarner la campagne de la gauche

Qui pour incarner la campagne de la gauche, après son appel à constituer un front populaire?

« Ça fait partie des discussions », répond la députée écologiste Sandrine Rousseau sur LCI, notant plusieurs « propositions », comme celle de Laurent Berger formulée par Raphaël Glucksmann ou le député insoumis, François Ruffin qui a appelé à ce front populaire dès dimanche.

Cette personnalitĂ© peut-elle ĂŞtre Jean-Luc MĂ©lenchon? « Aujourd’hui, la question sur Jean-Luc MĂ©lenchon n’est pas consensuelle au sein de cet accord », souligne Sandrine Rousseau. « On va trouver une personne qui est consensuelle ».

Marion MarĂ©chal Ă©voque un « moment historique » pour « l’union des droites »

Marion MarĂ©chal Ă©voque sur CNews un « moment historique », avant les lĂ©gislatives anticipĂ©es. « Il y a l’opportunitĂ© de voir le bloc national l’emporter », dit l’eurodĂ©putĂ©e ReconquĂŞte d’extrĂŞme droite, qui a rencontrĂ© sa tante Marine Le Pen et Jordan Bardella ce lundi.

Une entrevue qui ne s’est pas faite pour « rejoindre le Rassemblement national », mais « pouvoir Ă©changer sur la manière de construire une potentielle coalition ».

Le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du PS indique que la gauche n’est pas encore parvenue Ă  « un accord formalisé »

Le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du PS, Pierre Jouvet, indique sur BFMTV que la gauche « ouvre les discussions aujourd’hui pour aboutir Ă  un accord » aux lĂ©gislatives après une première rĂ©union la veille.

« L’objectif, c’est d’arriver Ă  constituer un nouveau front populaire Ă©cologique et social en disant une chose simple: nous serons l’alternative Ă  l’extrĂŞme droite », explique celui qui a Ă©tĂ© Ă©lu dĂ©putĂ© europĂ©en ce dimanche.

« Aujourd’hui, on est sur des discussions, il n’y a pas un accord formalisé », prĂ©cise-t-il. La gauche a indiquĂ© lundi vouloir « soutenir des candidatures uniques dès le premier tour ». Mais il reste encore Ă  s’accorder sur un programme.

« Jamais avec nous »: Ciotti rĂ©affirme son refus d’une alliance avec le camp prĂ©sidentiel

Si Éric Ciotti est attendu sur sa position vis-Ă -vis de l’extrĂŞme droite, le prĂ©sident de LR affirme Ă  nouveau son opposition Ă  une alliance avec le camp prĂ©sidentiel aux Ă©lections lĂ©gislatives.

« Jamais avec nous », Ă©crit-il sur X, rĂ©pondant ainsi Ă  la main tendue par Édouard Philippe un peu plus tĂ´t. Alors que l’ancien Premier ministre n’a pas fermĂ© la porte au PS – en ciblant surtout ses Ă©lecteurs – Éric Ciotti ajoute:

« Édouard Philippe prône une alliance avec ceux qui se sont déshonorés en acceptant l’alliance avec les amis de Mélenchon! »

Xavier Bertrand appelle Éric Ciotti à clarifier la position de LR face au RN

Le parti Les RĂ©publicains est non seulement pressĂ© par le gouvernement de clarifier sa position vis-Ă -vis de l’extrĂŞme droite, mais aussi par une des figures de son parti: Xavier Bertrand. Le prĂ©sident des Hauts-de-France dĂ©plore que l’appel au « rassemblement » lancĂ© par Marine Le Pen n’ait pas encore Ă©tĂ© rejetĂ©.

« On doit la vĂ©ritĂ© Ă  nos Ă©lecteurs », affirme-t-il sur France Info. « C’est ce matin qu’il faut qu’il y ait cette clarification, une fois pour toutes », ajoute-t-il.

Laurent Berger Premier ministre? Pour Roussel, « c’est une initiative personnelle » de Glucksmann

La gauche doit-elle proposer Laurent Berger comme Ă©ventuel Premier ministre de cohabitation pour sa campagne? RaphaĂ«l Glucksmann a proposĂ© le nom de l’ancien secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de la CFDT ce lundi sur France 2 au 20h, sans que l’on sache la position de l’intĂ©ressĂ©.

Comme le coordinateur de LFI Manuel Bompard, Fabien Roussel Ă©voque une « initiative personnelle » de RaphaĂ«l Glucksmann. « Hier soir » lorsque la gauche s’est rĂ©unie « personne en a parlé », assure le secrĂ©taire national du Parti communiste français.

Bardella assure qu’il veut « bâtir la majoritĂ© la plus large possible » et annonce que le RN « va soutenir » des candidats Les RĂ©publicains

Sur RTL ce matin, Jordan Bardella affirme que « le Rassemblement national peut gagner ces Ă©lections lĂ©gislatives » et que pour ce faire, il s' »adresse aussi Ă  d’autres formations politiques en leur proposant de travailler dans un gouvernement d’union nationale ».

« Je veux bâtir la majorité la plus large possible », assure le président du Rassemblement national.

« Dans les candidat que mon mouvement politique va soutenir pour ces Ă©lections lĂ©gisatives, (…) il y aura aussi des gens issus des RĂ©publicains et moi j’appelle vraiment LR Ă  cesser d’ĂŞtre la bĂ©quille politique d’Emmanuel Macron, je vous tends la main, venez travailler Ă  nos cĂ´tĂ©s », a-t-il encore dit. Le dĂ©tail des appels Ă  l’alliance de Jordan Bardella sont Ă  lire dans cet article.

Notre article

Bruno Le Maire met en garde contre « une crise de régime »

Au micro de BFMTV-RMC, le ministre de l’Économie Ă©voque une potentielle « crise de rĂ©gime » après les Ă©lections lĂ©gislatives, qui pourraient aboutir sur l’absence de majoritĂ© absolue.

« Ce qui se joue dans les quelques semaines, c’est l’avenir de la nation française », dit-il. « Soit il y a une majoritĂ© claire, soit nous courons le risque de la crise de rĂ©gime », selon lui.

Bruno Le Maire demande si LR va refuser « avec clarté » un accord avec l’extrĂŞme droite

Le ministre de l’Économie s’attaque ensuite au parti Les RĂ©publicains, dont le prĂ©sident Éric Ciotti a dĂ©jĂ  annoncĂ© son refus de faire une « coalition » avec le camp prĂ©sidentiel.

Alors que Jordan Bardella, prĂ©sident du RN, a Ă©voquĂ© lundi des « discussions avec des cadres LR », tout en leur tendant la main, Bruno Le Maire dĂ©clare Ă  l’adresse de son ancienne famille politique:

« Monsieur Ciotti est-ce que vous pouvez dire avec la mĂŞme, clartĂ© que votre parti ne fera jamais d’accord avec le Rassemblement national? »

Bruno Le Maire s’en prend au « spectacle pathĂ©tique » des oppositions

« Il y en a qui doivent avoir du mal à dormir », tacle Bruno Le Maire sur BFMTV-RMC, après que la gauche a annoncé un accord pour présenter un candidat unique dans chaque circonscription lors des législatives.

« Le spectacle que donnent les oppositions est un spectacle pathĂ©tique », dit-il, alors que le Rassemblement national cherche aussi Ă  rassembler. Le ministre de l’Économie tance: « Si les valeurs n’existent pas en politique, alors tout est permis. »

Ciblant LFI et plus particulièrement des propos de l’insoumise Danièle Obono, Bruno Le Maire ajoute: « Alors oui, on peut avoir des Ă©lus qui dĂ©fendent le Hamas comme une organisation de rĂ©sistance (…) s’allier avec des gens du PS. »

Plus d’informations ici.

Bruno Le Maire ne devrait pas être candidat aux élections législatives

Bruno Le Maire s’exprimera « ce soir » Ă  l’occasion d’un dĂ©placement dans l’Eure sur sa dĂ©cision d’ĂŞtre candidat aux lĂ©gislatives ou non Ce ne sera probablement pas le cas.

InvitĂ© de BFMTV-RMC, le ministre de l’Économie se prĂ©sente comme un « homme de parole ». « Quand je dis qu’il faut limiter le nombre de mandats de dĂ©putĂ© Ă  trois, je tiens parole », dit celui qui a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© Ă©lu dĂ©putĂ© de l’Eure trois fois.

« Je n’ai pas de point de chute, pas de parachute », assure-t-il.

Bardella assure que « chaque jour qui passe (le) prĂ©pare Ă  l’exercice du pouvoir »

Sur RTL, le prĂ©sident du Rassemblement national Jordan Bardella, annoncĂ© comme le candidat du RN pour devenir chef de gouvernement en cas de majoritĂ© Ă  l’AssemblĂ©e nationale, a assurĂ© ĂŞtre prĂŞt, Ă  28 ans, Ă  devenir devenir Premier ministre.

« Chaque jour qui passe me prĂ©pare Ă  l’exercice du pouvoir », a assurĂ© le dĂ©putĂ© europĂ©en.

« Je fais Ă  28 ans ce que je devrais faire en politique Ă  45 ou Ă  50, donc j’ai cessĂ© de me poser cette question. Un leader est aussi jugĂ© Ă  la capacitĂ© qu’il a Ă  s’entourer et je ne suis Ă©videmment pas seul », a-t-il encore dĂ©fendu.

Notre article

Roussel veut crĂ©er un « espoir nouveau » avec l’union de la gauche

« Qui pourrait nous reprocher aujourd’hui de nous unir quand l’extrĂŞme droite est aux portes du pouvoir? », questionne Fabien Roussel sur France 2, alors que la gauche se rassemble Ă  nouveau, après s’ĂŞtre fracturĂ©e sur plusieurs sujets ces derniers mois, comme la guerre entre le Hamas et IsraĂ«l.

« Il est essentiel de s’unir pour reprĂ©senter un espoir nouveau pour les Français », dit le secrĂ©taire national du PCF. S’il faut Ă©crire que le Hamas est une organisation terroriste « nous l’Ă©crirons », mĂŞme si LFI a refusĂ© de qualifier le mouvement islamiste ainsi, promet-t-il

Fabien Roussel veut « tout faire » pour « empĂŞcher l’extrĂŞme droite de gagner »

Fabien Roussel alerte au micro de France 2 sur un « vĂ©ritable danger qui pèse sur la France. » « Quand l’extrĂŞme droite est aux portes du pouvoir, nous devons tout faire pour prĂ©senter un gouvernement qui [l’]empĂŞchera de gagner et permettra d’apporter une politique nouvelle qui rĂ©ponde enfin aux attentes des Français », dĂ©clare le secrĂ©taire national du Parti communiste français.

Il met ensuite en avant « le front populaire », la nouvelle coalition voulue par la gauche, qui s’est accordĂ©e ce lundi sur l’objectif de prĂ©senter des candidatures uniques aux lĂ©gislatives.

« Cette grande coalition que nous avons su construire […] va tout de suite mettre sur la table 10-15 propositions », promet-il, alors qu’il reste un accord programmatique Ă  trouver. Et de se projeter dans un gouvernement de cohabitation: « dès le 1er aoĂ»t, nous pourrons dire, les salaires, les pensions vont augmenter. »

Philippe promet de « faire campagne tous les jours » et s’attaque au RN

Édouard Philippe sera-t-il candidat aux Ă©lections lĂ©gislatives? « Moi, je suis maire du Havre », rĂ©pond l’intĂ©ressĂ©, qui promet nĂ©anmoins de « faire campagne tous les jours ».

Et de s’attaquer au RN, dont le programme prĂ©sente, selon lui « un certain nombre de choses destinĂ©es Ă  faire plaisir aux Français et qui ne seront pas faites, ou pire, si elles seront faites provoqueront des crises importantes. »

Édouard Philippe s’adresse aux forces politiques du « bloc central »

Avec qui construire cette « nouvelle majorité » rĂ©clamĂ©e par Édouard Philippe? L’ex-Premier ministre en appelle Ă  « toutes les forces politiques » du « bloc central ».

Si Éric Ciotti, prĂ©sident de LR, a dĂ©jĂ  fait savoir son refus d’une alliance, Édouard Philippe lance un appel sur RTL Ă  l’adresse de son ancienne famille politique: « Nous pouvons construire ensemble une des politiques qui sont indispensables pour le pays ».

Concernant le PS, l’ancien de LR ajoute: « Je suis certains que plein de gens – je ne sais pas si c’est au Parti socialiste ou dans l’Ă©lectorat socialiste – qui entendent ce que je viens de dire comme prioritĂ©s et peuvent s’y retrouver. »

Édouard Philippe appelle à « construire une nouvelle majorité »

Avant les lĂ©gislatives, l’ancien Premier ministre plaide sur RTL pour une « nouvelle majorité », « en commençant pas les idĂ©es ».

« Il faut d’abord partir du principe simple qu’aucun parti politique Ă  lui seul n’est en mesure de mettre en Ĺ“uvre quelque chose Ă  la hauteur des enjeux des Français », dit l’ancien de LR appelant Ă  ĂŞtre « ouvert » sur un « certains nombre de points ».

Édouard Philippe appelle Ă  avoir l’idĂ©e claire, souhaitant que la France « refuse l’immobilisme » face Ă  un monde qui « change Ă  toute vitesse ». « La deuxième chose, c’est qu’il faut remettre de l’ordre […] dans nos comptes […] dans nos rues » et Ă©galement « dans nos tĂŞtes » face Ă  « des tentations inouĂŻes d’antisĂ©mitisme ».

Plus d’informations ici.

Édouard Philippe estime que « redonner la parole aux Français n’est jamais une mauvaise idĂ©e »

InvitĂ© de RTL, Édouard Philippe prend la parole pour la première fois depuis l’annonce de la dissolution de l’AssemblĂ©e nationale. L’ancien Premier ministre Ă©voque une « phase compliquĂ©e et dĂ©terminante pour le pays ».

Est-il en accord avec la dĂ©cision d’Emmanuel Macron? « Les causes et les motivations du prĂ©sident de la RĂ©publique pour prononcer cette dissolution lui appartiennent », rĂ©pond-il ajoutant: « Redonner la parole aux Français, ce n’est jamais une mauvaise idĂ©e. Donc de ce point de vue lĂ , je suis heureux que les Français puissent avoir leur destin en main ».

« Personne n’avait prĂ©vu la dissolution le soir des Ă©lections, il y a un effet de surprise Ă©videmment », reconnaĂ®t ensuite le patron d’Horizons.

Un premier sondage donne le RN Ă  34% d’intentions de vote

Un premier sondage pour ces Ă©lections lĂ©gislatives prĂ©dit une vague d’extrĂŞme droite. Selon cette Ă©tude Harris Interactive x Toluna pour Challenges publiĂ©e ce lundi, le RN est crĂ©ditĂ© de 34% des voix au premier tour contre 18,7% en 2022. La gauche, prĂ©sentĂ©e dans sa configuration de 2022, celle de la Nupes, est donnĂ©e Ă  22%, le camp macroniste Ă  19%.

Dans le dĂ©tail, l’extrĂŞme droite obtiendrait une majoritĂ© relative avec 235 Ă  265 sièges, contre 89 aujourd’hui. La gauche unie aurait entre 115 et 145 sièges (contre 149 sous la prĂ©cĂ©dente lĂ©gislature). La majoritĂ©, elle, passerait de 249 dĂ©putĂ©s Ă  un nombre compris entre 125 et 155.

Des projections qu’il convient de relativiser au regard des jeux d’alliances qui se font jour, notamment Ă  gauche.

« Un vrai sprint »: les macronistes déja en campagne

Si tous les dĂ©putĂ©s de la majoritĂ© prĂ©sidentielle ne repartiront pas en campagne, d’autres sont dĂ©jĂ  Ă  pied d’Ĺ“uvre. C’est le cas par exemple du dĂ©putĂ© Renaissance Bertrand Sorre, rencontrĂ© Ă  Granville par BFMTV ce mardi matin.

L’Ă©lu de la Manche est lancĂ© « dans un vrai sprint » pour ces Ă©lections lĂ©gislatives, mĂŞme s’il ne sait pas encore s’il sera investi, avant un « bureau exĂ©cutif (de Renaissance) Ă  18h ce soir ».

ComplexitĂ© de la campagne: Bertrand Sorre va devoir rendre sa permanence palrmentaire « d’ici la fin de la semaine ». Il ne « bĂ©nĂ©ficie plus d’aucun moyen de l’AssemblĂ©e nationale », n’Ă©tant plus dĂ©putĂ© depuis la dissolution de dimanche.

Le dilemme des Ă©lecteurs LR

Que faire aux élections législatives pour les électeurs Les Républicains? Pas simple, à entendre les différents témoignages recueillis par BFMTV.

Certains ne se « retrouvent plus dans aucun parti politique », dĂ©sormais. D’autres voteront en fonction de la conjoncture et choisiront « celui qui a le plus de chance d’y arriver ».

Il y a Ă©galement ceux qui refuseront, quoi qu’il arrive, de donner une voix Ă  l’extrĂŞme droite. Une Ă©lectrice affirme rester « droit dans ses bottes ». Se prĂ©sentant comme une « fille de la guerre », elle explique « avoir connu dĂ©jĂ  tous ces trucs-là » et affirme: « moi, voter extrĂŞme droite, il n’y a rien Ă  faire, ça ne passe pas ».

Un avis qui n’est pas partagĂ© par toutes les personnes interrogĂ©es. L’une d’elles, qui vote dĂ©sormais extrĂŞme droite, se dit « déçue » par la droite.

L’ex-ministre Damien Abad, mis en examen pour tentative de viol, candidat Ă  sa rĂ©Ă©lection

L’ex-ministre Damien Abad, mis en examen pour tentative de viol en 2010, est candidat Ă  sa rĂ©Ă©lection dans l’Ain, a appris BFMTV ce lundi. Il ne portera aucune Ă©tiquette.

3 députés Renaissance sur 169 ne veulent pas se représenter, selon un premier décompte de BFMTV

En coulisses, beaucoup de dĂ©putĂ©s Renaissance se posent la question de se reprĂ©senter ou pas… au vu du contexte politique.
Sont-ils prĂŞts Ă  financer une campagne pour Ă©ventuellement la perdre?

Selon un 1er dĂ©compte de BFMTV, seuls 3 dĂ©putĂ©s Renaissance sur 169 ont exprimĂ© leur volontĂ© de ne pas se reprĂ©senter. Il s’agit de JoĂ«l Giraud, dĂ©putĂ© Renaissance des Hautes-Alpes et ancien ministre, qui a annoncĂ© quitter la politique, de Mireille Clapot, dĂ©putĂ©e de la DrĂ´me et Jean-Fraçois Lovisolo, dĂ©putĂ© du Vaucluse.

« L’union de nouveau »: MĂ©lenchon souhaite « jeter la rancune Ă  la rivière »

« L’union de nouveau », titre Jean-Luc MĂ©lenchon dans sa dernière note de blog, après que la gauche s’est accordĂ©e ce lundi soir pour prĂ©senter des candidatures uniques aux Ă©lections lĂ©gislatives prĂ©vues les 30 juin et 7 juillet prochains.

Si le leader de LFI renvoie aux autres partis la responsabilitĂ© d’une gauche dispersĂ©e aux Ă©lections europĂ©ennes, il ajoute:

« La leçon à en tirer n’est pas une vendetta sans fin. Comme au lendemain de la présidentielle de 2022 je l’avais proposé, je le répète: il faut jeter la rancune à la rivière! Sinon quoi? La vendetta sans fin? Il faut chercher sans cesse le moyen d’avancer. Nous en avons les moyens. »

Programme, candidats… Ces points qui restent Ă  trancher pour un « front populaire » Ă  gauche

Quels seront les candidats qui composeront cette nouvelle alliance des gauches sous la bannière « Front populaire »? Quel sera leur programme commun? Plusieurs questions restent encore en suspens ce mardi 11 juin.

Après avoir prĂ©sentĂ© l’objectif d’un candidat unique dans chaque circonscription aux Ă©lections lĂ©gislatives, les principales formations doivent poursuivent leurs discussions.

Si une avancĂ©e primordiale a eu lieu la veille, il reste encore du chemin, en attestent les propos d’Aurore Lalucq, co-prĂ©sidente de Place Publique, le parti de RaphaĂ«l Glucksmann. Cette dernière a tempĂ©rĂ© l’enthousiasme qui rĂ©gnait Ă  gauche en fin de soirĂ©e:

« Ce n’est pas un accord, juste une ouverture de discussion qui a permis de poser nos conditions », a-t-elle déclaré.

Notre article

RN, LR, ReconquĂŞte… Une « union des droites » aux lĂ©gislatives? Les grandes manĹ“uvres commencent

« Une chance historique de permettre au camp national de remettre la France sur les rails ». Marine Le Pen a répété que le Rassemblement national était en mesure de gouverner le pays après le 7 juillet.

Mais pour obtenir une majoritĂ© au Palais Bourbon, le RN doit gagner 201 sièges. Pour cela, il compte « s’ouvrir » Ă  d’autres mouvements politiques pour constituer une large coalition.

Marine Le Pen a ainsi annoncé que son parti était « bien sûr capable » de ne pas présenter de candidat face à des LR avec lesquels un accord aurait été trouvé.

Les discussions à gauche vont reprendre sur le programme du Front populaire et la répartition des circonscriptions

Le plus dur commence. Après l’accord de principe annoncĂ© tard hier soir par EELV, le PS, LFI et le PCF pour la crĂ©ation d’un Front populaire, les discussions ont pris fin peu avant minuit. Selon les informations de RMC, elles reprendront Ă  9 heures et porteront sur le programme de cette union de la gauche ainsi que sur la rĂ©partition des circonscriptions pour les Ă©lections lĂ©gislatives.

Laurent Wauquiez va tenir une conférence de presse à 14 heures

Après l’annonce de la dissolution de l’AssemblĂ©e nationale, Laurent Wauquiez, membre des RĂ©publicains et prĂ©sident de la rĂ©gion Auvergne-RhĂ´ne-Alpes va tenir une confĂ©rence de presse en Haute-Loire Ă  14 heures, a appris BFMTV auprès de son entourage.

L’ex-ministre Damien Abad, mis en examen pour tentative de viol, candidat Ă  sa rĂ©Ă©lection

L’ex-ministre Damien Abad, mis en examen pour tentative de viol en 2010, est candidat Ă  sa rĂ©Ă©lection dans l’Ain, a appris BFMTV. Il ne portera aucune Ă©tiquette.

« Un bon travail qui dĂ©joue la division sur laquelle comptaient Macron et Le Pen »: MĂ©lenchon se rĂ©jouit de l’annonce des partis de gauche

« Accord d’union signĂ© pour un nouveau Front populaire. Candidatures communes dès le premier tour, programme commun en cours de prĂ©paration », a Ă©crit sur X Jean-Luc MĂ©lenchon, après l’accord annoncĂ© par les partis de gauche.

Programme, candidature unique… Les partis de gauche avancent pour crĂ©er un « nouveau Front populaire »

Après avoir Ă©changĂ© pendant des heures hier, les quatre partis de gauche – EELV, LFI, le PS et le PCF – ont appelĂ© dans une lettre Ă  « la constitution d’un nouveau Front populaire rassemblant dans une forme inĂ©dite toutes les forces de gauche humanistes, syndicales, associatives et citoyennes ».

« Nous souhaitons porter un programme de ruptures sociales et écologiques pour construire une alternative à Emmanuel Macron et combattre le projet raciste de l’extrême droite », écrivent les partis.

Alors que cinq syndicats ont appelé à manifester « le plus largement possible » ce week-end, les partis de gauche exhortent également « à rejoindre les cortèges ».

Marine Le Pen se dit prête à ne pas présenter de candidats RN face à des candidats LR pour « faire le rassemblement »

Marine Le Pen s’est dite prĂŞte sur le plateau de TF1 Ă  faire un pacte d’amitiĂ© et ne pas prĂ©senter de candidats RN face Ă  des candidats LR pour « faire le rassemblement« .

« Si on est d’accords sur des points (…) eh bien on construit cette majoritĂ© et on permet aux Français Ă  nouveau d’espĂ©rer », a ajoutĂ© la cheffe des dĂ©putĂ©s RN.

La campagne des élections législatives commence, Emmanuel Macron va prendre la parole

Bonjour Ă  toutes et Ă  tous, et bienvenue sur ce direct consacrĂ© au suivi de l’actualitĂ© politique. Emmanuel Macron a crĂ©Ă© la surprise dimanche soir en annonçant la dissolution de l’AssemblĂ©e nationale quelques dizaines de minutes après l’annonce de la victoire de Jordan Bardella aux Ă©lections europĂ©ennes.

Depuis, les diffĂ©rentes forces politiques s’organisent pour mener campagne. Les prochaines Ă©lections lĂ©gislatives auront lieu les dimanche 30 juin et 7 juillet.

Emmanuel Macron doit ainsi tenir dans l’après-midi une confĂ©rence de presse. Le RN appelle de son cĂ´tĂ© au « rassemblement », en visant notamment LR, et la gauche au « Front populaire », avec des candidatures communes espĂ©rĂ©es dans chaque circonscription.

Bouton retour en haut de la page
Fermer