BFM TV 🔵 Digues, transfert de sable, suivi aĂ©rien… Les communes du littoral s’adaptent au recul des cĂ´tes – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

BFM TV 🔵 Digues, transfert de sable, suivi aĂ©rien… Les communes du littoral s’adaptent au recul des cĂ´tes

Avec le changement climatique, la montée des eaux augmente les risques de phénomènes de vague-submersion sur le littoral. Les communes concernées tentent de trouver des solutions.

Sur le littoral, les communes exposĂ©es Ă  la rĂ©currence des phĂ©nomènes de vague-submersion, comme ce week-end, multiplient les initiatives pour tenter de freiner l’Ă©rosion du trait de cĂ´te, des digues amovibles au transfert de sable en passant par la modĂ©lisation scientifique.

Au Pays basque, qui compte 35 kilomètres de cĂ´te sableuse et rocheuse, plus de 500 habitats individuels et collectifs et une quarantaine de commerces sont menacĂ©s d’ici 20 ans par la montĂ©e des eaux et ses consĂ©quences, estime la CommunautĂ© d’agglomĂ©ration. Avec huit communes cĂ´tières qui concentrent 40% de la population, celle-ci prĂ©voit 242 millions d’euros d’investissements pour adapter la gestion des lieux.

« Ce sont des arbitrages assez difficiles, entre les enjeux pour les personnes et l’activitĂ© Ă©conomique », commente Matthias Delpey, responsable recherche et dĂ©veloppement de Rivages Pro Tech.

Ce centre d’expertise spĂ©cialisĂ© dans la gestion des milieux aquatiques, filiale de Suez, a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en 2014 au Pays basque pour « anticiper la gestion de crise » et Ă©tudier l’impact des tempĂŞtes et inondations cĂ´tières.

Six seuils d’alerte

Cette annĂ©e-lĂ , les tempĂŞtes hivernales avaient causĂ© pour 500.000 euros de dĂ©gâts Ă  Biarritz (PyrĂ©nĂ©es-Atlantiques), rappelle Michel Laborde, adjoint au maire chargĂ© de l’amĂ©nagement du littoral. Depuis, la Ville a dĂ©veloppĂ© une stratĂ©gie sur plusieurs fronts.

AidĂ©e par Rivages Pro Tech, elle a mis en place six seuils d’alerte face au risque de submersion. « On n’observe pas forcĂ©ment une hausse de la frĂ©quence mais des phĂ©nomènes plus forts », affirme l’Ă©lu. « Ce que l’on sait, c’est que le niveau de l’eau monte et que si la tendance se poursuit, la frĂ©quence des Ă©pisodes va s’intensifier », renchĂ©rit Matthias Delpey.

Montée des eaux, la France est-elle prête à faire face ? - 04/11
MontĂ©e des eaux, la France est-elle prĂŞte Ă  faire face ? – 04/11

La Ville, lancée dans des travaux massifs de renforcement de ses falaises, a aussi déployé de gros sacs de sable, puis un dispositif de digues amovibles mis au point par la société « Wave Bumper ».

Testée pour la première fois à Biarritz en 2016, cette solution a depuis séduit plusieurs villes du littoral atlantique comme La Rochelle (Charente-Maritime), Capbreton (Landes) ou La Tranche-sur-Mer (Vendée), ainsi que des communes méditerranéennes comme Saint-Cyprien (Pyrénées-Orientales) ou Vallauris (Alpes-Maritimes).

« On travaille sur l’impact des vagues sur des zones donnĂ©es, en fonction de leur vulnĂ©rabilité », explique l’inventeur, Romain Chapron.

La Tranche-sur-Mer a investi, fin 2022, environ 150.000 euros pour dĂ©ployer ce système sur 80 mètres linĂ©aires de la plage du Rocher, la plus exposĂ©e Ă  l’Ă©rosion marine.

Suivi aérien du recul du trait de côte

Fin 2023, le littoral vendĂ©en a Ă©tĂ© frappĂ© par de nombreuses tempĂŞtes. Avec un an de recul, le maire constate que « le niveau de sable est remontĂ© sur la plage et que la dune, au-dessus des blocs, s’est reconstituĂ©e ».

Le laboratoire transfrontalier Kostarisk, entre France et Espagne, travaille, lui, à des solutions fondées sur la science, en orientant les sujets de recherche vers les problématiques du terrain.

« L’Ă©tat actuel des connaissances ne permet pas de bien gĂ©rer ces risques, ni de les apprĂ©hender », justifie Matthias Delpey, Ă©galement co-directeur de ce laboratoire.

Autre outil, un suivi aĂ©rien du recul du trait de cĂ´te, Ă  hauteur de Labenne et Capbreton dans les Landes, a Ă©tĂ© entrepris par la sociĂ©tĂ© Evotech. Grâce Ă  des vols en ULM, elle a assemblĂ© des milliers de photos pour mesurer l’impact des tempĂŞtes de l’automne 2023.

Transfert de sable

« On voit que beaucoup de sable se dĂ©place, que les tempĂŞtes ont cassĂ© les arĂŞtes et arrondi les crĂŞtes », relève Anthony Gavend, fondateur d’Evotech. L’entreprise propose aussi un « Flood simulator » pour modĂ©liser en 3D une crue ou un Ă©pisode de vague-submersion sur un territoire.

Capbreton a Ă©galement optĂ©, depuis plusieurs annĂ©es, pour un transfert de sable entre ses plages du Nord, plus fournies grâce Ă  la dĂ©rive sĂ©dimentaire des courants, et celles du Sud. « On le transfère par tuyau hydraulique, c’est une technique qui vient d’Australie mais on est les seuls Ă  l’utiliser en Europe », souligne l’Ă©lu chargĂ© du littoral, Jean-Luc Aschard.

En parallèle, la commune qui consacrera 13 millions d’euros dans les 5 ans Ă  venir Ă  l’entretien de son trait de cĂ´te, collabore avec l’UniversitĂ© de Bordeaux pour modĂ©liser la dĂ©rive sĂ©dimentaire et l’impact du gouf de Capbreton, ce vaste canyon sous-marin qui s’enfonce jusqu’Ă  3 kilomètres de profondeur au large du port.

JLD avec AFP

Bouton retour en haut de la page
Fermer