BFM TV 🔵 “C’est ridicule”: un parent d’Ă©lève dĂ©ment l’organisation de prières dans des Ă©coles niçoises – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

BFM TV 🔵 “C’est ridicule”: un parent d’Ă©lève dĂ©ment l’organisation de prières dans des Ă©coles niçoises

Un des parents d’Ă©lèves convoquĂ©s par la mairie assure que les enfants participaient Ă  “un jeu” avec une bâche de chantier dans la cour de rĂ©crĂ©ation.

“C’est ridicule.” L’un des parents d’Ă©lèves reçus par la mairie de Nice vendredi 17 novembre après le signalement de prières organisĂ©es dans plusieurs Ă©coles dĂ©ment auprès de BFM Nice CĂ´te d’Azur la version avancĂ©e par la ville et la rectrice.

“Mon fils a 8 ans. Il jouait. Depuis une semaine, il me dit que l’école est hantĂ©e. Il jouait avec ses copains”, souligne-t-il.

Selon ce parent d’Ă©lève, les prières signalĂ©es par la rectrice n’Ă©taient que des jeux d’enfants. En effet, depuis plusieurs jours, les Ă©coliers s’amusaient avec une bâche de chantier dans la cour de rĂ©crĂ©ation, imaginant qu’il s’agissait d’un fantĂ´me.

“Ça s’est passĂ© Ă  la pause de midi, quand il n’y a plus que le personnel de la mairie. Ils ont dit aux enfants qu’ils risquaient l’exclusion”, raconte le père de l’Ă©lève, ajoutant “qu’aucun des trois enfants n’est musulman”.

Un communiqué incomplet?

Cette version des faits n’est pas mentionnĂ©e par le communiquĂ© de la ville de Nice, partagĂ© Ă  l’issue de la rĂ©union avec les parents des trois Ă©lèves.

“Je tiens Ă  remercier les parents prĂ©sents et saluer l’esprit de responsabilitĂ© de ces trois familles, toutes conscientes des principes et des enjeux de la laĂŻcitĂ©, socle fondamental de notre RĂ©publique”, indiquait le communiquĂ©, citant Christian Estrosi.

Les parents d’Ă©lèves n’ont d’ailleurs pas Ă©tĂ© reçus par l’Ă©dile de Nice, mais seulement par un de ses adjoints, contrairement Ă  ce qui est indiquĂ© dans ce communiquĂ©, toujours selon le père interrogĂ©.

“Christian Estrosi y trouve un intĂ©rĂŞt politique”

Le syndicat CGT-Éduc-Action 06 dénonce une forme de récupération politique de la mairie.

“Pour quelle raison mĂ©diatiser ces affaires-lĂ ? Elles ont lieu dans des Ă©tablissements scolaires, elles doivent ĂŞtre rĂ©glĂ©es en interne. Il n’y a absolument aucune raison de mĂ©diatiser ces histoires, si ce n’est que Christian Estrosi y trouve derrière un intĂ©rĂŞt politique”, dĂ©nonce Arthur Leduc, secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du syndicat, au micro de BFM Nice CĂ´te d’Azur.

“L’Ă©cole n’a pas besoin, en plus des problèmes qu’elle a Ă  traverser depuis plusieurs annĂ©es, d’avoir affaire aux ambitions politiques des uns et des autres”, martèle-t-il.

Sur le mĂŞme sujet

ContactĂ©e par notre antenne, la mairie n’a pas souhaitĂ© s’exprimer Ă  ce stade.

MĂ©lie Lavaud, Margaux Sansano, avec Emilie Roussey

Bouton retour en haut de la page
Fermer