20 MINUTES 🔵 « Sale arabe »… Une enquĂŞte ouverte pour harcèlement scolaire Ă  Neuilly – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

20 MINUTES 🔵 « Sale arabe »… Une enquête ouverte pour harcèlement scolaire à Neuilly

Une enquête préliminaire pour harcèlement scolaire a été ouverte à Neuilly-sur-Seine, selon le parquet de Nanterre joint par 20 Minutes, après la plainte de la mère d’un élève victime d’insultes racistes répétées, révélée par le journal Le Monde.

L’élève scolarisĂ© en 5e Ă  Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) dĂ©nonce un harcèlement Ă  caractère raciste de la part de quatre camarades de classe qui a dĂ©butĂ© selon sa famille en septembre 2023. Ces insultes ( « sale arabe Â», « terroriste Â», « Sarrasin Â», « lanceur de roquettes Â») ont Ă©tĂ© renouvelĂ©es après l’attaque sans prĂ©cĂ©dent du mouvement islamiste palestinien Hamas le 7 octobre dans le sud d’IsraĂ«l. Les quatre Ă©lèves mis en cause ont Ă©galement « tentĂ© de l’intimider en se rendant devant chez lui et en harcelant tĂ©lĂ©phoniquement sa mère Â», selon la plainte consultĂ©e par l’AFP.

Des élèves changés de classe

Face Ă  cette situation, la famille du collĂ©gien avait dĂ©posĂ© une première plainte au commissariat de Neuilly-sur-Seine le 21 mars. Après cette action, la direction de l’établissement a effectuĂ© un signalement auprès du procureur de la RĂ©publique le 28 mars, qui a selon l’institution « donnĂ© lieu Ă  un envoi dès le 29 mars au commissariat de Neuilly Â» pour « ouverture d’une enquĂŞte prĂ©liminaire pour harcèlement scolaire Â». « La situation a Ă©tĂ© prise très au sĂ©rieux par l’établissement et la direction acadĂ©mique des Hauts-de-Seine Â» explique Ă  20 Minutes le rectorat, qui ajoute que « les Ă©quipes Ă©ducatives collaborent pleinement Â».

Selon Le Monde, le collège a d’abord refusĂ© de changer les Ă©lèves mis en cause de classe. Une fois le signalement effectuĂ©, le chef d’établissement a toutefois convoquĂ© un conseil de discipline et pris des mesures conservatoires : les Ă©lèves concernĂ©s « n’ont pas assistĂ© aux cours dans l’attente du conseil Â», explique le rectorat. Les quatre Ă©lèves concernĂ©s ont rĂ©intĂ©grĂ© le collège une fois passĂ©s par le conseil, Ă©copant d’une exclusion avec sursis, et ont Ă©tĂ© changĂ©s de classe, en consultation avec leurs familles, au titre de mesures Ă©ducatives.

Stress post-traumatique

L’élève victime est quant Ă  lui dĂ©scolarisĂ© sur avis mĂ©dical, selon le rectorat. Un psychothĂ©rapeute a fait Ă©tat de « signes importants de stress post-traumatique : impossibilitĂ© de trouver le sommeil, stress permanent, Ă©tats de peur, difficultĂ©s de concentration et impossibilitĂ© de revenir dans son Ă©tablissement scolaire Â», selon Le Monde. « Un dispositif de continuitĂ© pĂ©dagogique est mis en place, il est accompagnĂ© par une conseillère technique mĂ©decin scolaire et une conseillère Ă©tablissement et vie scolaire Â», prĂ©cise le rectorat de Versailles.

La situation est compliquĂ©e par le fait que les familles des quatre Ă©lèves visĂ©s par les plaintes ont selon le parquet dĂ©posĂ© des mains courantes dans un premier temps, puis une plainte pour l’un des mineurs le 7 mai 2024 pour « violences sur mineur de 15 ans sans incapacitĂ© et harcèlement scolaire Â».

ContactĂ© par 20 Minutes, le rectorat parle d’une « situation de violences verbales gĂ©nĂ©ralisĂ©es au sein d’un groupe d’élèves Â». « Ne donner que les insultes que lui a reçues, c’est ne donner qu’une partie de l’histoire Â», commente Ă  l’oral le rectorat, qui insiste sur le fait qu’il faudrait « montrer l’intĂ©gralitĂ© de la situation Â».

Bouton retour en haut de la page
Fermer