20 MINUTES 🔵 Rasage, Ă©pilation… Les hommes de plus en plus sensibles Ă  leurs parties – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

20 MINUTES 🔵 Rasage, Ă©pilation… Les hommes de plus en plus sensibles Ă  leurs parties

Se raser ou ne pas se raser les corones ? Les hommes semblent en tout cas de plus en plus attentifs Ă  celles que les fabricants de rasoirs appellent pudiquement les « zones sensibles Â». Une rĂ©cente enquĂŞte Ipsos rĂ©alisĂ©e pour Wilkinson* en tĂ©moigne. Ă€ l’heure oĂą le fabricant lance son Hydro Trim & Shave, un petit rasoir dĂ©diĂ© au corps et Ă  l’intimitĂ© masculine, 20 Minutes vous dĂ©voile les rĂ©sultats, parfois Ă©tonnants, de cette Ă©tude.

Les parties, quelles parties ?

« Les hommes se rasent de moins en moins le visage et de plus en plus les autres parties du corps Â» constate d’emblĂ©e, sondage Ipsos en mains, Lidwine Lacquemant, responsable de la marque Wilkinson en France. Le phĂ©nomène barbe de trois jours n’est certes pas rĂ©cent (notamment chez les jeunes), mais il apparaĂ®t que les autres parties du corps reçoivent de plus en plus leur attention. Mais aussi celle de personnes plus âgĂ©es.

Ainsi, alors que 18 % des sondĂ©s ne se rasent ni ne s’épilent jamais ; 6 % d’entre eux affirment « retirer Â» leurs poils des bras ; 9 % des jambes ; 13 % du dos ; 23 % du torse : 42 % des aisselles et… 47 % des parties intimes ! RĂ©sultat : « Un homme sur deux entretient ses zones sensibles Â», confirme Lidwine Lacquemant. Instructif : 25 % des plus de 60 ans le font aussi.

Au goût de son ou de sa partenaire

Les personnes ne se rasant pas du tout le corps le justifient avec diffĂ©rents arguments. Si 34 % disent « prĂ©fĂ©rer Â» leur corps avec des poils, 8 % confient que leur partenaire prĂ©fère qu’ils les conservent. 12 % d’entre eux craignent Ă©galement d’avoir l’air moins viril, soit près d’une personne sur dix…

Parmi les arguments avancĂ©s par ceux qui ne se rasent pas ou ne s’épilent pas, semble poindre une vraie crainte du rasage corporel et de ses Ă©ventuelles consĂ©quences. Ainsi, 17 % des hommes sondĂ©s ne se rasant ou ne n’épilant pas le corps disent vouloir Ă©viter les irritations ; 10 % les dĂ©mangeaisons Ă  la repousse des poils ; 8 % les poils incarnĂ©s ; 6 % la douleur ou les micro-coupures. 9 % (tout de mĂŞme) affirment ne « pas aimer s’occuper de leur corps Â».

Parmi les hommes qui ne se rasent pas... le corps, beaucoup craignent les irritations ou la démangeaison à la repousse des poils.
Parmi les hommes qui ne se rasent pas… le corps, beaucoup craignent les irritations ou la dĂ©mangeaison Ă  la repousse des poils. - Wilkinson

« On peut avoir une apprĂ©hension la première fois, confirme la responsable de Wilkinson France, « il faut bien prĂ©parer la peau avant, avoir un bon matĂ©riel, un bon grip, une bonne prise en main. Il est bien aussi que la peau soit un peu tiède. Â» On est rassurĂ©s !

À l’été et au printemps d’abord

Autre constat : il existe pour ceux qui se rasent et s’épilent une vraie temporalitĂ© dans ces soins corporels. Si une personne sur deux revendique le fait de s’épiler tout au long de l’annĂ©e, la majoritĂ© des hommes placent l’étĂ© en premier (66 %), suivi du printemps (27 %). Question de look ? Pas seulement. Si effectivement un homme sur deux (48 %) « trouve plus esthĂ©tique Â» de se retirer les poils du corps, 44 % prĂ´nent la sensation de propretĂ© ; 33 % le fait de se « sentir bien Â» dans leur corps. 26 % avouent aimer avoir la peau lisse et 22 % entretenir leur pilositĂ© pour « faire plaisir Â» Ă  leur partenaire, femme ou homme. 25 %, quand mĂŞme, n’aiment pas l’apparence des poils…

L’opĂ©ration « place nette Â», si l’on peut dire, reste quant Ă  elle très gĂ©olocalisĂ©e Ă  la maison. Notons ici que 70 % des hommes se rasent ou s’épilent dans leur salle de bains, 29 % sous la douche (sous l’eau) et 18 % sous la douche (Ă  sec). 4 % des hommes se rendent Ă  l’institut pour ces soins. Comme leurs homologues fĂ©minines ? ClichĂ© ! « Il y a eu une pĂ©riode ou les femmes allaient davantage vers l’épilation. Aujourd’hui, la tendance est plus sur un mouvement d’acceptation de son corps tel qu’il est Â», commente Lidwine Lacquemant. Un rejet, sans doute aussi, des injonctions.

Rasoir ou tondeuse, on peut choisir

Alors que les beaux jours pointent enfin leur museau et que, si l’on s’en tient au sondage Ipsos, de nombreux hommes risquent de sortir leur fine lame pour soigner leur pilositĂ©, Wilkinson semble arriver Ă  point nommĂ© avec son Hydro Trim & Shave. Un rasoir Ă  petit prix: 14,90 euros. L’appareil Ă©tanche que nous testerons prochainement (si, si !) dispose d’un cĂ´tĂ© d’un rasoir Ă  cinq lames pour se raser Ă  blanc, de l’autre d’une tondeuse « Ă  tĂŞte fine pour atteindre toutes les zones Â» et pour rafraĂ®chir son pelage sur quatre niveaux. Le fabricant y va mĂŞme de sa campagne de publicitĂ© choc : « Stylise ton buisson Â» !

Certes, le constructeur dĂ©barque un peu tardivement sur le marchĂ© du rasage intime pour les hommes (oĂą l’on trouve dĂ©jĂ  Philips et Gilette avec sa marque Intimate), mais ses premières ventes semblent plus qu’encourageantes. MarchĂ© ou apparaissent aussi les Ă©pilateurs Ă  lumière pulsĂ©e pour hommes (comme avec le Silk’n 7, ou le Braun Silk. expert Pro 5) pour, cette fois, une Ă©pilation permanente.

* MenĂ©e en France du 20 mars au 25 mars auprès d’un Ă©chantillon de 1.000 personnes de sexe masculin âgĂ©es de 18 Ă  75 ans et reprĂ©sentatives de la population.

Bouton retour en haut de la page
Fermer