20 MINUTES 🔵 Pourquoi les volcans en Ă©ruption nous fascinent-ils autant ? – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

20 MINUTES 🔵 Pourquoi les volcans en éruption nous fascinent-ils autant ?

Depuis le week-end dernier, les yeux sont rivĂ©s vers la ville de Grindavik, en Islande, oĂą trois habitations ont Ă©tĂ© brĂ»lĂ©es ces dernières heures. La faute Ă  un volcan, entrĂ© en Ă©ruption dimanche Ă  proximitĂ© de ce port de pĂŞche de 4.000 habitants, tous Ă©vacuĂ©s depuis. La lave n’avait pas atteint de maisons depuis cinquante-et-un ans. « C’est irrĂ©el. C’est comme regarder un film », a dĂ©clarĂ© l’un d’eux Ă  l’AFP ce lundi. S’ils sont très souvent synonymes de danger, pourquoi les volcans nous fascinent-ils autant, notamment lorsqu’ils entrent en activitĂ© ? ElĂ©ments de rĂ©ponses avec Jacques-Marie Bardintzeff, volcanologue Ă  l’universitĂ© Paris-Saclay et auteur de l’ouvrage Volcanologue (L’Harmattan).

Pourquoi est-on attirĂ© par les images de volcans en Ă©ruption ?

Difficile de dĂ©crocher son regard d’un reportage montrant des images de l’Islande. Certains touristes sont mĂŞme prĂŞts Ă  traverser la planète pour s’approcher au plus près de ces volcans en activitĂ©. Pour Jacques-Marie Bardintzeff, ce sont les multiples paradoxes qui les entourent qui expliqueraient une telle fascination du public. « Les volcans sont Ă  la fois majestueux, mais aussi très inquiĂ©tants. Il y a le beau d’un cĂ´tĂ©, et l’aspect destructeur de l’autre Â».

Car au-delĂ  d’un impressionnant phĂ©nomène gĂ©ologique, le volcan en Ă©ruption nous ramène Ă  la mythologie. « Depuis que l’humain existe, le volcan a toujours Ă©tĂ© dĂ©ifiĂ©, chez les Grecs, les Romains, les Mexicains, ou encore les Hawaiens, poursuit Jacques-Marie Bardintzeff. Lors d’une Ă©ruption, tous les Ă©lĂ©ments se rencontrent : la terre, l’air, le feu, l’eau parfois… Comme une lutte, tels des dieux qui se battent. Â»

N’est-ce pas aussi tout simplement parce que c’est joli ?

C’est aussi car on ne sait pas exactement ce qui se dĂ©roule sous nos pieds que ces Ă©vĂ©nements ont quelque chose de mystĂ©rieux. « Tout se passe Ă  100 km sous terre, alors que le rayon de la Terre est de 6.000 km. C’est Ă  la fois beaucoup et peu, explique le volcanologue. LĂ , la tempĂ©rature et la pression sont telles que la roche peut fondre, ce qu’on appelle du magma. Il peut ensuite remonter par des fractures ce qui, si elles s’ouvrent, crĂ©e une Ă©ruption. S’il reste liquide, une coulĂ©e de lave se forme, comme actuellement en Islande. Il peut aussi se produire des projections, on parle alors d’une Ă©ruption explosive. Â»

Dans le premier cas, le spectacle vaut aussi le coup d’œil pour son aspect esthĂ©tique. « La roche en fusion devient rouge, orange, ou jaune quand elle est particulièrement chaude. La nature est vraiment belle quand elle se dĂ©chaĂ®ne, avec toutes ces couleurs, surtout sur un fond de ciel bleu, de roche noire, sur de la neige…, estime le scientifique. Quand vous ĂŞtes lĂ , Ă  quelques mètres, c’est exceptionnel. On assiste Ă  la naissance d’une roche, comme en dĂ©but ou en fin du monde. Â»

MĂŞme s’ils sont destructeurs, a-t-on le droit d’être fan des volcans ?

S’ils offrent de superbes images, les volcans ont aussi provoquĂ© de terribles catastrophes, comme encore en 1985 en Colombie oĂą le volcan Nevado del Ruiz a fait 25.000 morts. Et notamment lors des nuĂ©es ardentes, ces nuages de gaz et de cendre qui peuvent dĂ©bouler Ă  300 km/h ne laissant aucune chance Ă  ceux qui se trouvent sur leur passage.

Mais les volcans sont aussi source de vie, rappelle Jacques-Marie Bardintzeff. « L’Islande n’existerait pas sans eux ! Ce sont des volcans sous-marins qui ont Ă©mergĂ© et ont crĂ©Ă© l’Islande, oĂą l’on vit la plupart du temps très bien, rappelle le volcanologue. En fait, ils font partie de l’écosystème et sont le tĂ©moin de la bonne santĂ© de la planète Terre : elle produit de l’énergie, la libère, et celle-ci se transforme en sĂ©ismes, en ocĂ©ans qui s’ouvrent, en chaĂ®nes de montagnes qui grandissent… Les planètes qui n’ont pas de volcans sont des planètes mortes, comme la Lune. Â»

Aujourd’hui, on estime Ă  1.600 le nombre de volcans actifs sur les continents. Avec, en moyenne, 50 Ă©ruptions par an.

Bouton retour en haut de la page
Fermer