20 MINUTES 🔵 Le « syndrome du bĂ©bĂ© oublié » alerte sur notre vigilance face au stress – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

20 MINUTES 🔵 Le « syndrome du bébé oublié » alerte sur notre vigilance face au stress

EDIT du 30 mai 2024 : Alors qu’un nouveau drame de bĂ©bĂ© oubliĂ© se retrouve dans l’actualitĂ©, 20 Minutes vous propose la relecture de cet article datant de 2010. Ă€ l’époque, une mère de famille qui avait oubliĂ© son bĂ©bĂ© dans sa voiture a Ă©tĂ© reconnue coupable mais dispensĂ©e de peine par le tribunal de CrĂ©teil. Le professeur Bertrand Fontaine, directeur scientifique de l’Institut du cerveau et de la moelle Ă©pinière (ICM) Ă©tait revenu sur le sujet en vue d’expliquer la situation dans le cadre de cette dĂ©cision de justice.

Comment expliquer le « syndrome du bĂ©bĂ© oubliĂ© Â» ?

Je prĂ©fère parler de « trouble attentionnel Â» puisque l’oubli ne se focalise pas que sur le bĂ©bĂ© dans une voiture mais concerne de manière gĂ©nĂ©rale tous les Ă©lĂ©ments de vie quotidienne. Ce trouble de l’attention provient d’une situation oĂą la personne a manifestement beaucoup de tâches Ă  effectuer au mĂŞme moment et est visiblement en Ă©tat de stress. Le cerveau n’est pas capable de tout faire. Du coup, il a du mal Ă  hiĂ©rarchiser les choses et en oublie l’ordre des prioritĂ©s.

Y a-t-il des signes avant-coureurs ?

Le stress, le trouble du sommeil, la fatigue sont des éléments qui favorisent le trouble attentionnel. C’est quand tous ces éléments se rencontrent à un moment clé que ça peut engendrer ce genre de drame. Tout le monde est susceptible d’avoir ce genre de trouble. Des recherches sont en cours, notamment à l’ICM où l’on étudie l’attention. Pour l’heure, ce qu’on sait est que ça se passe au niveau du lobe frontal, la partie antérieure du cerveau, qui est le chef d’orchestre des activités et où se décident les priorités.

Comment rĂ©duire les risques ?

Ce qui améliore l’attention, c’est de diminuer les risques perturbateurs. Par exemple, quand il y a beaucoup de panneaux le long des routes, le cerveau ne fait plus le tri dans toutes les informations et ne parvient plus à hiérarchiser les priorités. Il y a une réflexion en cours sur le nombre d’informations communiquées sur la route pour déterminer s’il y en a trop. Le simple fait d’en être conscient diminue effectivement le risque du trouble attentionnel. La difficulté est de tenir cette conscience éveillée en permanence.

Bouton retour en haut de la page
Fermer