20 MINUTES 🔵 Le point sur l’enquĂŞte après le viol d’une patiente au CHU de Toulouse – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

20 MINUTES 🔵 Le point sur l’enquête après le viol d’une patiente au CHU de Toulouse

Un sans domicile fixe de 32 ans a Ă©tĂ© mis en examen et Ă©crouĂ© Ă  Toulouse pour « viol sur personne vulnĂ©rable Â», indique le parquet de la Ville rose ce mardi matin. Il est soupçonnĂ© du viol d’une patiente de 18 ans, samedi soir, au sein du CHU de Purpan. 20 Minutes fait le point sur cette enquĂŞte, et sur autre, qui concerne aussi l’agression sexuelle d’une patiente.

Que s’est-il passĂ© samedi soir ?

La police a été prévenue samedi soir, vers 23 heures, par le personnel du CHU de Purpan, lui-même alerté par la victime, une jeune femme de 18 ans hospitalisée aux urgences psychiatriques. De source policière, la patiente a été abordée par un inconnu alors qu’elle fumait une cigarette à l’extérieur du bâtiment. Il lui a demandé de lui indiquer les toilettes. Elle a accepté de le guider dans le hall jusqu’aux sanitaires les plus proches, où il l’aurait forcée à entrer avec lui avant de la violer. L’homme a été arrêté peu après par les agents de sécurité du CHU puis livré aux policiers.

Qu’en est-il de la deuxième agression sexuelle, la mĂŞme nuit ?

EvoquĂ©e dès lundi par les syndicats, une deuxième agression sexuelle prĂ©sumĂ©e sur une patiente a eu lieu la mĂŞme nuit Ă  Purpan. « Une patiente hospitalisĂ©e au sein du service des urgences aurait Ă©tĂ© agressĂ©e par un autre patient lui aussi pris en charge dans ce service Â», prĂ©cise la direction du CHU ce mardi matin. « Le personnel soignant, qui a constatĂ© la prĂ©sence du patient aux cĂ´tĂ©s de cette patiente est immĂ©diatement intervenu afin d’éloigner celui-ci et de s’assurer de l’état de santĂ© de la jeune femme Â», poursuit-elle. Selon nos informations, la victime se trouvait sous contention au moment de l’agression prĂ©sumĂ©e. Cette affaire ne concernant ni la mĂŞme victime, ni le mĂŞme suspect, une deuxième enquĂŞte est en cours.

Quelle prise en charge pour les victimes

Le CHU salue « la rĂ©action […] immĂ©diate et exemplaire pour prendre en charge les patientes et leur apporter le soutien psychologique nĂ©cessaire Â». Les familles des deux patientes, Ă  qui le CHU fait part de toute sa « compassion Â», ont Ă©tĂ© reçues dès ce week-end par l’équipe mĂ©dicale et la directrice de garde. Les Ă©quipes soignantes ont quant Ă  elles Ă©tĂ© reçues lundi.

Quelle sĂ©curitĂ© au CHU ?

Dès lundi, constatant le « choc Â» et le « dĂ©sarroi Â» qu’ont causĂ© ces deux malheureux Ă©vĂ©nements, les syndicats Sud SantĂ© et CGT du CHU ont dĂ©clenchĂ© une alerte interne pour « danger grave et imminent Â». Ils dĂ©noncent la diminution progressive des possibilitĂ©s de prise en charge psychiatrique sur l’ensemble du territoire de Toulouse.

Le CHU prĂ©cise que les Ă©quipes de santĂ© et de sĂ©curitĂ© « Ă©taient en effectifs complets Â» samedi soir. Il ajoute que ses agents de sĂ©curitĂ© sont prĂ©sents « 24 h/24 Â» dans les diffĂ©rents sites, en plus des 600 camĂ©ras installĂ©es.

« L’hĂ´pital qui accueille toutes les personnes ayant besoin de soins aussi bien dans le domaine somatique que psychiatrique se doit d’être un lieu de respect et de bienveillance, souligne aussi la direction. Le CHU de Toulouse reçoit en effet dans ses services d’urgence tous les ans plus de 220 0000 patients, toutes urgences confondues. A ce titre, le CHU a dimensionnĂ© ses organisations mĂ©dico-soignantes pour assurer la prise en charge des patients psychiatriques Â». Mais, reconnaĂ®t aussi l’établissement, « cette prise en charge est confrontĂ©e Ă  une situation de tension de lits d’aval sur le territoire Â».

Bouton retour en haut de la page
Fermer