20 MINUTES 🔵 Hugo Auradou accusĂ© d’avoir « sauvagement frappé » la plaignante argentine – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

20 MINUTES 🔵 Hugo Auradou accusé d’avoir « sauvagement frappé » la plaignante argentine

L’entretien accordĂ© mercredi par Me Natacha Romano, avocate de la plaignante argentine accusant de viol les deux rugbymen français Hugo Auradou (20 ans) et Oscar Jegou (21 ans) fait froid dans le dos. Celle-ci Ă©voque « une violence terrible Â» de la part des deux joueurs, arrĂŞtĂ©s lundi Ă  Buenos Aires et transfĂ©rĂ©s mercredi Ă  Mendoza, oĂą ils attendent d’être prĂ©sentĂ©s Ă  la justice dans le cadre d’une enquĂŞte ouverte pour violences sexuelles.

En droit argentin, cela peut caractériser des faits allant de l’agression sexuelle jusqu’au viol aggravé, qui pourraient être passibles de vingt ans de prison. La plaignante se serait selon son avocate rendue avec Hugo Auradou à l’hôtel des Bleus à Mendoza, vers 4h30 dans la nuit de samedi à dimanche, après une rencontre en boîte de nuit.

Elle aurait tentĂ© de s’échapper « au moins cinq fois Â»

« Ils entrent dans la chambre et la victime se rend compte que l’invitation Ă  boire un verre est un piège, explique Natacha Romano. Lorsqu’elle se rend compte de la situation, elle lui demande d’aller aux toilettes mais il s’aperçoit qu’elle veut s’enfuir. Il l’attrape immĂ©diatement, la jette sur le lit, commence Ă  la dĂ©shabiller et se met Ă  la frapper sauvagement d’un coup de poing, dont l’hĂ©matome est visible sur le visage de la victime. Â»

« Il l’étouffe, au point qu’elle a l’impression de se sentir partir, poursuit l’avocate. Et une fois qu’elle ne peut plus se dĂ©fendre, qu’elle n’a plus aucune chance de s’échapper, elle est abusĂ©e sexuellement par cette première personne. Â» Selon le tĂ©moignage de la plaignante, Oscar Jegou apparaĂ®t une heure plus tard dans la chambre, et « commence sauvagement Ă  commettre les mĂŞmes actes de violence et d’abus sexuels Â».

La plaignante aurait tentĂ© de s’échapper « au moins cinq fois Â», sans y parvenir jusqu’à 8h30, oĂą elle se serait finalement enfuie de l’hĂ´tel. Durant ces quatre heures, elle aurait subi de nombreuses violences, surtout de la part d’Hugo Auradou, d’après les propos de Natacha Romano.

« Oscar Jegou part prendre un bain, et Hugo Auradou continue Ă  abuser d’elle, en lui donnant diffĂ©rents coups. C’est-Ă -dire qu’elle a des traces de morsures, des griffures, des coups sur les seins, les jambes, les cĂ´tes et le dos. Hugo Auradou lui a mĂŞme urinĂ© dessus. Il s’agirait d’une agression sexuelle particulièrement atroce, avec accès charnel, avec la participation de deux personnes, avec violence. L’un d’entre eux, Ă  savoir Hugo Auradou, l’a agressĂ©e Ă  plusieurs reprises, au moins six fois, et l’autre l’a agressĂ©e une fois sans aucune protection. Â»

« Les preuves sont le corps de la victime Â»

Dans cette enquĂŞte pĂ©nale prĂ©liminaire, outre « l’accusation d’agression sexuelle Â», l’avocate argentine voit « une privation de libertĂ© pour ne pas l’avoir autorisĂ©e Ă  partir lorsqu’elle l’a demandĂ© Â», une « violence sexiste extrĂŞme Â», et un « dĂ©nigrement lui aussi extrĂŞme Â». Natacha Romano tient Ă©galement Ă  dĂ©crire le profil de la plaignante : « On a d’abord dit qu’il s’agissait d’une jeune fille qui cherchait sa chance dans une boĂ®te de nuit. Mais non, il s’agit d’une femme de 39 ans, fille et sĹ“ur d’avocats, une femme d’honneur. Elle est dĂ©nigrĂ©e, dĂ©vastĂ©e, voire honteuse Â».

Hugo Auradou ici lors d'un entraînement avec le XV de France à Buenos Aires, le 28 juin.
Hugo Auradou ici lors d’un entraĂ®nement avec le XV de France Ă  Buenos Aires, le 28 juin. - L. Robayo / AFP

Alors que l’avocat des joueurs, Me Rafael Cuneo Libarona, nie les accusations (« La plaignante prĂ©tend avoir Ă©tĂ© battue, les camĂ©ras de surveillance disent qu’elle ne l’a pas Ă©tĂ© Â») et affirme que ces relations sexuelles Ă©taient « consenties Â», Natacha Romano est formelle : « Les preuves sont celles qui ont poussĂ© le procureur Ă  lancer un mandat d’arrĂŞt aussi promptement : le corps de la victime. Le seul moyen pour elle de trouver du rĂ©confort passera par la justice Â».

De son cĂ´tĂ©, le prĂ©sident de la FĂ©dĂ©ration française de rugby (FFR) Florian Grill explique : « Les versions sont assez diffĂ©rentes. On a creusĂ© avec un avocat et on arrive Ă  des informations qui semblent quand mĂŞme questionner beaucoup la version diffusĂ©e dans les mĂ©dias argentins. Nous, on n’est pas juges, on n’est pas enquĂŞteurs mais on pense qu’il faut quand mĂŞme que la justice argentine regarde le dossier très très rapidement Â».

Bouton retour en haut de la page
Fermer