20 MINUTES 🔵 Des drogues toujours plus fortes et plus pures en Europe – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

20 MINUTES 🔵 Des drogues toujours plus fortes et plus pures en Europe

C’est un marchĂ© dĂ©crit comme « extrĂŞmement complexe et en Ă©volution rapide Â». Et ce ne sont pas les substances de synthèse Ă  forte teneur, les mĂ©langes inĂ©dits, ou la polyconsommation, qui viendront freiner le puissant marchĂ© des drogues en Europe, au contraire.

Selon le directeur de l’Observatoire europĂ©en des drogues et des toxicomanies (EMCDDA) Alexis Goosdeel, « les drogues illicites Ă©tablies sont largement accessibles et de nouvelles substances de synthèse Ă  forte teneur continuent d’émerger Â». Une nouvelle menace parmi d’autres dĂ©taillĂ©es dans le rapport annuel de l’observatoire, publiĂ© ce mardi.

De nouvelles substances psychoactives

Le rapport pointe des consommateurs dĂ©sormais exposĂ©s Ă  « un Ă©ventail plus large de substances psychoactives, qui sont souvent plus puissantes ou plus pures ou apparaissent sous de nouvelles formes, dans de nouveaux mĂ©langes ou en nouvelles combinaisons Â».

Comme chaque annĂ©e, le document fait Ă©galement le point sur les nouvelles substances psychoactives (NSP). En 2023, 26 nouvelles drogues ont Ă©tĂ© signalĂ©es pour la première fois en Europe, portant le nombre total des substances psychoactives surveillĂ©es par l’EMCDDA Ă  plus de 950.

Les cocktails de plus en plus fréquents

La polyconsommation – le fait de prendre de manière simultanée ou successive, deux ou plusieurs substances psychoactives – est aussi suivie de près. Les cocktails les plus fréquents sont la consommation de benzodiazépines avec des opioïdes ou de la cocaïne avec de l’alcool.

La majeure partie de l’hĂ©roĂŻne consommĂ©e en Europe provient d’Afghanistan, oĂą l’interdiction de la culture du pavot Ă  opium depuis avril 2022 risque de rĂ©duire prochainement sa disponibilitĂ© sur les marchĂ©s, voire conduire Ă  des pĂ©nuries.

Les autoritĂ©s craignent donc que le manque d’hĂ©roĂŻne conduise Ă  combler les lacunes du marchĂ© par des opioĂŻdes de synthèses Ă  forte teneur. L’EMCDDA pointe ainsi la menace Ă©mergente des nitazènes, 500 fois plus puissants que la morphine. « En 2023, les nitazènes ont Ă©tĂ© associĂ©s Ă  une forte augmentation du nombre de dĂ©cès en Estonie et en Lettonie et Ă  des foyers d’intoxication localisĂ©s en France et en Irlande Â», souligne le rapport.

Toujours plus de cocaĂŻne

Pour la sixième annĂ©e consĂ©cutive, la cocaĂŻne produite en AmĂ©rique du Sud dĂ©ferle toujours plus, arrivant en grandes quantitĂ©s par ses ports, dissimulĂ©e dans des conteneurs maritimes, avec un total de 323 tonnes saisies en 2022, après 301 en 2021.

Le rapport de l’EMCDDA s’alarme aussi de la prĂ©sence d’ateliers de fabrication de cocaĂŻne sur le territoire : 39 laboratoires y ont Ă©tĂ© dĂ©mantelĂ©s en 2022 (après 34 en 2021).

Et sa grande disponibilitĂ© en Europe a une incidence de plus en plus nĂ©gative sur la santĂ© publique : la poudre blanche, consommĂ©e par 4 millions d’adultes, est associĂ©e Ă  environ un cinquième des dĂ©cès par surdose signalĂ©s en 2022, souvent en combinaison avec d’autres substances. « Il s’agit de la deuxième drogue illicite la plus frĂ©quemment signalĂ©e tant par les personnes admises en traitement pour la première fois (29.000 en 2022) que par celles qui se prĂ©sentent aux services d’urgence des hĂ´pitaux Â», alerte l’EMCDDA.

Les dérivés du cannabis inquiètent

Loin devant, le cannabis reste la première drogue consommĂ©e par plus de 22,8 millions d’adultes europĂ©ens en 2023, dont 15,1 millions chez les jeunes adultes. Le rapport s’inquiète cette annĂ©e encore de l’impact des dĂ©rivĂ©s synthĂ©tiques du cannabis sur la santĂ© publique, comme l’hexahydrocannabinol (HHC), premier cannabinoĂŻde semi-synthĂ©tique signalĂ© dans l’UE. En mars 2024, le HHC a Ă©tĂ© inscrit sur la liste des substances rĂ©glementĂ©es dans au moins 18 États membres de l’UE.

Bouton retour en haut de la page
Fermer