20 MINUTES 🔵 Dans ces communes oĂą Bardella a dĂ©passĂ© les 50 % aux EuropĂ©ennes – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

20 MINUTES 🔵 Dans ces communes où Bardella a dépassé les 50 % aux Européennes

Trois en 2022, près de quarante en 2024. Le nombre de communes du Bas-Rhin oĂą la liste du Rassemblement national (RN) a dĂ©passĂ© les 50 % des suffrages a explosĂ© en deux ans. Partout dans le dĂ©partement et pas uniquement dans les tout petits villages.

Exemple ? A Weitbruch, un bourg de 3.000 habitants Ă  une trentaine de kilomètres de Strasbourg. L’endroit n’a rien de la campagne profonde. Haguenau est Ă  proximitĂ© et de nombreux services sont accessibles : Ă©cole, crèche, boulangerie, supĂ©rette… « Mais il n’y a plus de restaurant et le bureau de tabac a fermĂ© Â», fait remarquer Laurence.

La quadragĂ©naire le dit fièrement : elle a votĂ© Jordan Bardella dimanche aux Ă©lections europĂ©ennes, comme 51,11 % des Weitbruchois qui se sont dĂ©placĂ©s. Pourquoi ? « C’est le seul qui nous Ă©coute. (Emmanuel) Macron devrait plus s’intĂ©resser aux Français que de balancer de l’argent dans la Seine Â», image-t-elle en rĂ©fĂ©rence aux travaux pour les Jeux olympiques.

Son vote, c’est celui d’un « ras-le-bol Â». Un peu contre tout. « La facture d’électricitĂ© qui augmente Â», « le sentiment d’insĂ©curitĂ© Â», « les immigrĂ©s qui nous font chier… Â». « Moi, je suis seulement raciste avec les cons Â», prĂ©cise-t-elle vite en assurant que son champion n’est pas xĂ©nophobe non plus. « Bardella, ce n’est pas Jean-Marie Le Pen. Lui, je ne pouvais pas, il tenait des propos intolĂ©rables. Maintenant, je pense vraiment que le Rassemblement national peut nous sortir de tout ça. Â»

« Taper dans la fourmilière Â»

AttablĂ©es un peu plus loin sur une terrasse, Marina et VĂ©ronique tiennent Ă  peu près le mĂŞme discours. Cette perte de pouvoir d’achat, ce sentiment de dĂ©classement et de non-prĂ©fĂ©rence nationale… « Macron, tout ce qu’il fait, c’est pour les riches. Regardez, il a supprimĂ© l’ISF alors que nous, on n’a pas d’aides tant que ça. Ceux qui viennent chez nous en ont plus Â», ajoutent-elles en prĂ©cisant qu’elles votent « depuis longtemps pour l’extrĂŞme-droite, mĂŞme au temps du Front Â».

Pas Audrey, qui se promène avec son jeune enfant de 2 ans. La presque quadragĂ©naire a franchi le pas « pour taper dans la fourmilière. Â». « C’est malheureux mais il n’y a plus que ça pour se faire entendre. Avec mon conjoint, on travaille tous les deux et quand on a tout payĂ©, on est content de s’offrir une semaine de vacances par an. L’état aide trop ceux qui ne veulent rien faire. Il faut que ça change. Â»

A Weitbruch, 51,11 % des votants ont glissé dans l'urne un bulletin Jordan Bardella.
A Weitbruch, 51,11 % des votants ont glissĂ© dans l’urne un bulletin Jordan Bardella.  - T. Gagnepain

Comment ? Aucun ne dit avoir peur d’une arrivĂ©e au pouvoir du Rassemblement national et d’éventuels chamboulements sociĂ©taux ou Ă©conomiques. « On a eu la droite, la gauche, il faut leur laisser leur chance Â», revient chez plusieurs interlocuteurs, tous motivĂ©s Ă  l’idĂ©e de remettre le mĂŞme bulletin dans l’urne aux prochaines lĂ©gislatives anticipĂ©es.

« Moi je pense plutĂ´t qu’il faut craindre le Rassemblement national Â», nuance Alain, un retraitĂ© croisĂ© Ă  Landersheim. Sa petite commune de 200 habitants, qui abritait jusqu’en 2015 le siège d’Adidas, a aussi largement portĂ© en tĂŞte le parti de Jordan Bardella (51,92 %) dimanche. « Je ne comprends pas trop, ça me semble ĂŞtre un vote punition mais il fait bon vivre ici Â», ajoute le retraitĂ©.

Un peu plus loin, Jean-Vincent, 74 ans, est dans le mĂŞme flou. « Les gens se plaignent des Ă©trangers mais il n’y en a pas ici. Si, ma femme qui est d’origine portugaise mais on est lĂ  depuis trente ans ! On ne manque de rien, on a la paix, il y a du travail partout. Je n’ai jamais entendu un problème ici. Â»

« On n’est plus sĂ»r de rien aujourd’hui Â»

Mais ailleurs, oui. Beaucoup se rĂ©fèrent Ă  ce qu’ils voient dans les mĂ©dias pour orienter leur vote. « Regardez partout en France, il y a tellement de jeunes qui se font tuer… Les Français ont peur pour leurs enfants, on n’est plus sĂ»r de rien aujourd’hui Â», tĂ©moigne Christelle en parlant aussi d’une vie devenue « trop chère Â» et d’un « laisser-aller gĂ©nĂ©ral Â». « On devrait ĂŞtre plus dur avec ceux qui n’ont pas des comportements corrects Â», insiste-t-elle sans dire ou non si elle a votĂ© pour le RN.

A une dizaine de kilomètres, Ă  Crastatt, ce sont mĂŞme 58,50 % des votants, soit 86 personnes sur 143, qui ont choisi la liste Bardella. « Ă‡a ne m’étonne pas, les gens en ont marre et veulent se faire entendre comme ça Â», estime Christelle, une jeune mère de famille. « Moi ça m’inspire un meilleur avenir Â», pousse, elle, MĂ©gane, avant de synthĂ©tiser tous les arguments dĂ©jĂ  entendus.

Tous les résultats des Européennes par ici

« On se sent oubliĂ©. On ne vit pas mal mais tout a augmentĂ© et on ne nous aide pas, contrairement Ă  d’autres. Il faut vraiment faire le tri sur l’immigration car ça ne va plus. L’insĂ©curitĂ© a augmentĂ©, regardez Ă  Strasbourg dans certains quartiers… Macron ne pense pas Ă  nous alors que Bardella si. Il est jeune, au plus proche des gens, il comprend nos problèmes. Pourquoi il n’y arriverait pas ? Â»

Bouton retour en haut de la page
Fermer