20 MINUTES 🔵 Calvaire, chiens, dispute… Que sait-on du meurtre sauvage d’un Vosgien ? – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

20 MINUTES 🔵 Calvaire, chiens, dispute… Que sait-on du meurtre sauvage d’un Vosgien ?

Une histoire affreuse. Depuis le 26 janvier, la commune de Plainfaing, dans les Vosges, est secouĂ©e par un fait divers sordide. Avec une victime sauvagement tuĂ©e après avoir Ă©tĂ© longtemps humiliĂ©e, des diffĂ©rents familiaux profonds, des animaux maltraitĂ©s… 20 Minutes fait le point.

Une scène de crime « d’une extrĂŞme violence Â»

L’expression est signĂ©e du procureur de la RĂ©publique d’Epinal, FrĂ©dĂ©ric Nahon. Trois jours après les faits, il avait tenu une confĂ©rence de presse afin d’expliquer ce qu’il s’était passĂ© ce vendredi soir dans cet appartement situĂ© au-dessus d’une ancienne Ă©cole communale. Vers 21h30, les gendarmes avaient alors Ă©tĂ© appelĂ©s par un individu « leur dĂ©clarant avoir tuĂ© un homme Â». Puis, sur place, ils dĂ©couvraient le corps de la victime dans un sale Ă©tat. Avec « plusieurs dizaines de plaies sur le corps, localisĂ©es dans le dos, les jambes et un visage complètement dĂ©figurĂ© Â», avait expliquĂ© le magistrat en parlant donc d’une scène de crime « d’une extrĂŞme violence Â». FrĂ©dĂ©ric Nahon avait Ă©galement dĂ©taillĂ© les armes du crime : « les objets prĂ©sents dans le salon, Ă  savoir un couteau, une serpette et une batte de base-ball Â».

OĂą en est l’enquĂŞte ?

Les militaires n’ont pas eu longtemps Ă  chercher les coupables. InterpellĂ©s puis incarcĂ©rĂ©s, la compagne de la victime et ses deux beaux-fils de 27 et 30 ans ont reconnu les faits. Les deux hommes ont Ă©tĂ© mis en examen pour homicide aggravĂ©. Leur mère, 54 ans, est poursuivie pour meurtre prĂ©cĂ©dĂ©, accompagnĂ© ou suivi d’actes de tortures et actes de barbarie, ainsi que des chefs d’abstention volontaire d’empĂŞcher un crime et de non-assistance Ă  personne en danger. Ce soir-lĂ , une dispute a Ă©clatĂ© entre les quatre. « Ils ont souhaitĂ© avoir une explication avec leur beau-père […] en prĂ©sence de leur mère, et les choses ont dĂ©gĂ©nĂ©rĂ©, les beaux-fils ont vu rouge et se sont acharnĂ©s sur la victime Â», avait expliquĂ© le procureur d’Epinal. Aucun des mis en cause n’était sous l’empire de l’alcool ou de stupĂ©fiants.

Pourquoi une telle violence ?

Le placement Ă  la SPA des chiens de ses beaux-fils par la victime, sans leur accord, a Ă©tĂ© Ă©voquĂ© dans un premier temps pour expliquer cette terrible dispute. Une thèse aujourd’hui balayĂ©e par l’association Au nom des animaux (Anda). Plusieurs de ses membres sont justement intervenus avec la SPA le soir du drame, Ă  20 heures, afin de rĂ©cupĂ©rer les sept chiens et quatre chats. Plusieurs signalements avaient Ă©tĂ© effectuĂ©s et les animaux souffraient de maltraitance dans un logement insalubre. « Le mobile qu’ils ont prĂ©sentĂ© est faux, Eddy Marchand n’est pas mort Ă  cause des chiens : on a un SMS de sa compagne qui prouve qu’elle Ă©tait d’accord de nous cĂ©der les animaux Â», s’est Ă©tonnĂ©e l’Anda auprès du Parisien. « Les animaux, c’étaient leurs souffre-douleurs […] On nous a dit que les chiens se faisaient frapper Ă  mort. Â» Ils n’étaient visiblement pas les seuls Ă  en croire le quotidien.

La victime, qui travaillait aux hĂ´pitaux civils de Colmar (Haut-Rhin), Ă©tait rĂ©gulièrement humiliĂ©e par sa compagne. « Il Ă©tait soumis, sĂ»rement battu et ça, je l’ai compris trop tard Â», a tĂ©moignĂ© un voisin. « J’ai vu une Ă©norme tristesse dans son regard, il m’a dit :  »vous ne savez pas ce que je vis » Â», a encore tĂ©moignĂ© un des membres de l’Anda. Sur sa page Facebook, la quinquagĂ©naire avait officialisĂ© la fin de son couple ce soir-lĂ . « Monsieur […] a rendu sa bague Â», Ă©crivait-elle quelques heures avant le meurtre. Avec deux smileys dont un qui symbolise la fĂŞte.

Bouton retour en haut de la page
Fermer