13OR DU HIP-HOP 🔵 Manon Fiorot tacle CĂ©dric DoumbĂ© : « Si tu as besoin de ça pour remporter…» – Shango Media
Afrique-FRPeople-FR

13OR DU HIP-HOP 🔵 Manon Fiorot tacle Cédric Doumbé : « Si tu as besoin de ça pour remporter…»

Manon Fiorot tacle Cédric Doumbé

Manon Fiorot n’est pas fan du trashtalking comme la pratique Cédric Doumbé, elle préfère se concentrer sur le combat au lieu d’user des provocations pour tenter de déstabiliser ses adversaires. La combattante française de MMA, s’est récemment exprimée sur le sujet, notamment en faisant référence au comportement de The Best face à ses rivaux avant un affrontement.

Manon Fiorot n’a pas besoin d’entrer dans un personnage comme Cédric Doumbé !

C’est lors de son passage dans l’émission Clique que Manon Fiorot a expliqué pourquoi elle n’apprécie pas la pratique trashtalking. Si certains combattants, comme Conor McGregor et Doumbé en France, sont connus pour leurs provocations envers leurs adversaires, la pratiquante de MMA habituée à fait son entrée dans la cage sur un titre de Rohff n’est pas du même avis. Elle a confié : “Cédric Doumbé c’est son truc. Si c’est ton truc, j’approuve. Si c’est toi, si tu es comme ça et que tu as besoin de ça pour remporter ton combat, fais-le“.

Manon Fiorot poursuit ses propos, “Ce n’est pas mon truc, je ne vais pas me forcer et rentrer dans un personnage. Ce n’est pas moi. Moi, ça serait l’effet inverse. Je me mettrais trop la pression. Je vais me dire : « Ouais maintenant, j’ai parlé, j’ai fait ça, j’ai fait ci, j’ai fait ça »”. Elle conclut ensuite : “Je pense que je combattrais moins bien, donc non, moi, je sais que ce n’est pas pour moi. Je ne le changerai pas“.

Manon Fiorot a également révélé avoir déjà été victime de provocations, voire d’insultes, de la part de ses adversaires. Elle a confié : “C’est arrivé (…), quand je combattais en Afrique du Sud pour la ceinture de l’EFC. (…) Je suis tellement concentrée sur mon combat, je me dis que je me suis tellement entraînée que ça ne m’atteint pas et même à l’inverse, ça m’enlève un peu de stress, un peu de pression.”. Cependant, Manon a tout de même posé des limites quant aux provocations qu’elle pourrait accepter : “Je pense que ça serait si on parle mal de ma famille ou des gens proches en fait”.




Bouton retour en haut de la page
Fermer